Shurat HaDin demande l’exclusion du rappeur anti-israélien de la campagne contre les violences sexuelles

L’organisation Shurat HaDin a prévenu jeudi le ministre du Travail, des Affaires sociales et des Services sociaux, Meir Cohen, qu’elle demanderait à la Cour suprême de retirer le rappeur palestinien Tamer Nafar de la campagne de prévention des violences sexuelles.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Ces dernières semaines, le ministère des Affaires sociales a lancé une nouvelle campagne pour la prévention des violences sexuelles dans le secteur arabe. Nafar, qui s’identifie comme « un Palestinien de citoyenneté israélienne », a été choisi comme présentateur principal de la campagne.

Suite à cette nomination, Shurat HaDin a envoyé une lettre à Cohen, exigeant que Nafar soit retiré de la campagne et que le ministère des Affaires sociales présente des excuses publiques pour les positions anti-israéliennes de Nafar et son implication avec BDS.

🟦 ANNONCE 🟦

La lettre ajoute que si Cohen ne se conforme pas à ses demandes, Shurat HaDin demandera à la Cour suprême de s’impliquer, citant la loi de boycott qui dit que les appels publics au boycott d’Israël seront considérés comme une injustice civile.

Dans les chansons interprétées par le groupe de Nafar, Israël est accusé de génocide ethnique (« Tu m’as tué, tu as tué mes ancêtres »), Israël est comparé au régime nazi (« La démocratie ? Pourquoi ? Ça me rappelle les nazis »), des actes de la terreur sont justifiés (« Tu as violé l’âme arabe, et elle est tombée enceinte et a donné naissance à des enfants appelés actes de terreur »), les actes de terreur contre les Juifs sont encouragés (« Non ! Mon sang n’est pas bon marché, et je me protégerai même si vous me traitez de terroriste ») et de nombreux autres exemples anti-israéliens.

Publicité 

« La loi sur le boycott interdit au gouvernement d’accorder des avantages à une personne qui appelle publiquement au boycott d’Israël », a déclaré la présidente de Shurat HaDin, Nitsana Darshan-Leitner. « Comment cet ‘artiste’ peut-il diffamer de manière dégradante les soldats de Tsahal, nous comparer aux nazis et en même temps être payé par le gouvernement israélien ? Je n’ai aucun doute que dans le secteur arabe, vous pouvez trouver de nombreux artistes qui ne promeuvent pas de messages de soutien au BDS, au racisme et à la promotion de la terreur. »

« C’est craché sur le visage du public israélien en général et, en particulier, de la communauté arabe. [Meir] Cohen doit immédiatement retirer la participation de Nafar à la campagne. « 

 

🟦 ANNONCE 🟦