Traduction du discours du président Obama à la conférence politique de l’AIPAC par Alyaepress-News

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

 

 

Publicité 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le président des Etats Unis  Barack Obama :

« Bonjour. Rosy, je vous remercie pour vos aimables paroles. Vous avez longtemps été un ami pour moi, et un défenseur infatigable des liens indestructibles entre Israël et les États-Unis. En tant que Président, je salue votre leadership et votre engagement.

Je tiens à remercier le conseil d’administration. Comme toujours, je suis heureux de voir mes amis de longue date au sein de la délégation de Chicago. Je tiens également à remercier les membres du Congrès qui sont aussi avec nous ici aujourd’hui, et  au cours des prochains jours. Vous avez travaillé dur pour maintenir le partenariat entre les Etats-Unis et Israël. Et je tiens tout particulièrement à remercier mon ami intime, et le chef du Comité national démocrate, Debbie Wasserman Schultz.

Je suis heureux que notre ambassadeur en Israël, Dan Shapiro, soit avec nous. Je comprends que Dan doit perfectionner son hébreu pour sa nouvelle affectation, et j’apprécie sa proximité pour le peuple israélien. Je suis également heureux que de nombreux responsables israéliens, y compris l’ambassadeur Michael Oren soient parmi nous. Et demain, je suis impatient d’accueillir le Premier ministre Netanyahou et sa délégation de retour à la Maison Blanche.

Chaque fois que je viens à l’AIPAC, je suis impressionné de voir autant de jeunes ici -Les étudiants de tous les coins du pays  font entendre leur voix et participent à notre débat démocratique. Vous portez avec vous un héritage extraordinaire de plus de six décennies d’amitié entre les Etats-Unis et Israël. Et vous avez la possibilité  et la responsabilité  que cela continu . Vous pouvez remarquer la présence honorifique d’un homme au sein  de cette conférence – mon ami, le président Shimon Peres.

Shimon est né un monde loin d’ici, dans un shtetl, en Pologne, quelques années après la fin de la première guerre mondiale. Mais son cœur a  toujours été en Israël, la patrie historique du peuple juif, et quand il était à peine un jeune adolescent, il a traversé terres et la mer pour rejoindre sa maison.

Dans sa vie, il a lutté pour l’indépendance d’Israël, et il a combattu pour la paix et la sécurité. En tant que membre de la Haganah et membre de la Knesset et en tant que ministre des Affaires étrangères et de la défense, comme un premier ministre et en tant que Président – Shimon a aidé à construire la nation qui prospère aujourd’hui: l’Etat juif d’Israël. Mais au-delà de ces réalisations extraordinaires, il a également été une voix puissante morale et droite.

Shimon nous décrit l’histoire du peuple juif car il a prouvé que, « , les attaques, les flèches et les chambres à gaz peuvent anéantir l’homme, mais ne peuvent  détruire les valeurs humaines, la dignité et la liberté. » Il a vécu ces valeurs. Il nous a appris à faire plus que nous le pouvons, et à faire preuve d’empathie avec nos frères humains. Je suis reconnaissant pour le travail tout au long de sa vie et son exemple, et je suis fier d’annoncer que plus tard ce printemps, je vais inviter Shimon Peres à la Maison Blanche pour lui présenter  la plus haute distinction civile – la Médaille présidentielle de la Liberté d’Amérique.

À bien des égards, ce prix est un symbole des liens qui unissent nos nations. Les États-Unis  partagent des intérêts avec Israël, mais nous partageons aussi des valeurs humaines comme Shimon . Un engagement à la dignité humaine. Une conviction pour la liberté est un droit qui est donné à tous les enfants de Dieu. Une expérience qui nous montre que la démocratie est la seule et unique solution pour un gouvernement qui veut être vraiment sensible aux aspirations des citoyens.

Comme le cas du président Truman, en décidant  de reconnaître formellement Israël à seulement quelques minutes après qu’il a déclaré son indépendance: «J’ai eu la foi en Israël avant qu’il ne soit mis en place, » at-il dit. «Je crois qu’il y a un avenir glorieux pour ce pays – non seulement comme une nation souveraine, mais comme un mode de réalisation des grands idéaux de notre civilisation. »

Pendant plus de six décennies, le peuple américain a gardé la foi. Oui, nous sommes liés à Israël en raison des intérêts que nous partageons – en matière de sécurité pour nos communautés, de prospérité pour notre peuple, et de nouvelles frontières dont  la science qui peut éclairer le monde. Mais ce sont nos idéaux communs qui fournissent le véritable fondement de notre relation. C’est pourquoi l’engagement de l’Amérique à Israël a perduré pendant toutes les mandats des présidents démocrates et républicains, et les leaders du Congrès des deux partis. Aux États-Unis, notre soutien à Israël est reciproque, et c’est ainsi que cela doit rester.

Le travail de l’AIPAC nourrit sans cesse ce lien. Et  l’efficacité de l’AIPAC sera mis en évidence au cours des prochains jours, vous entendrez beaucoup de belles paroles des élus décrivant leur attachement à la relation américano-israélienne. Mais lorsque vous examinez mon engagement, vous n’allez pas seulement compter sur des mots. Vous pourrez aussi constater mes actes. Parce qu’au cours des trois dernières années, en tant que président des États-Unis, j’ai gardé mes engagements à l’Etat d’Israël. A chaque moment crucial – à chaque embranchement de la route – nous avons été là pour Israël. Chaque fois .

Il ya quatre ans, je me tenais devant vous pour vous dire  que « la sécurité d’Israël est sacro-sainte et non-négociable. « Cette croyance a guidé mes actions en tant que président. Le fait est, l’engagement de mon Administration de la sécurité d’Israël a été sans précédent. Notre coopération militaire et stratégique n’a jamais été aussi proche. Nos exercices conjoints de formation n’ont jamais été plus puissants. Malgré un contexte budgétaire difficile, notre assistance à la sécurité a augmenté chaque année. Nous investissons dans de nouvelles capacités. Nous mettons à la disposition d’Israël, une technologie plus avancée . Et ne vous méprenez pas: nous ferons ce qu’il faut pour préserver Israël d’avantage militairement – parce qu’Israël doit avoir la capacité de se défendre par lui-même, contre toute menace.

Ce n’est pas seulement une question de chiffres sur un bilan. En tant que sénateur, j’ai parlé à des soldats israéliens à la frontière libanaise. J’ai visité des familles qui ont connu la terreur des tirs de roquettes à Sderot. C’est pourquoi, en tant que président, j’ai fourni un financement essentiel pour déployer le système Iron Dome qui a intercepté des roquettes qui pourraient avoir touché des maisons, des hôpitaux et des écoles dans cette ville et d’autres. Maintenant, notre aide est d’accroître les capacités défensives d’Israël, de sorte que plus d’Israéliens peuvent vivre sans la crainte de roquettes et de missiles balistiques. Parce qu’aucune famille, aucun citoyen, doit vivre dans la peur.

Tout comme nous avons été présent pour la sécurité, nous le serons pour la diplomatie. Lorsque le rapport Goldstone a injustement critiqué Israël, nous l’avons remis en question. Quand Israël a été isolé à la suite de l’incident de la flottille, nous les avons soutenu. Lorsque la conférence de Durban a été commémoré, nous avons boycotté, et  rejeter l’idée que le sionisme est du racisme. Concernant les résolutions partiales  mises en place au Conseil des droits humains, nous les avons combattu. Lorsque les diplomates israéliens craignaient pour leur vie au Caire, nous sommes intervenus pour les sauver. Quand il y a eu des actes pour boycotter ou  désinvestir d’Israël, nous étions là pour defendre. Et chaque fois qu’ il y a un moyen pour délégitimer l’Etat d’Israël, mon administration s’oppose à eux.

Donc, si au cours de cette saison politique,  vous avez entendu quelques soutiens de mon administration pour Israël, rappelez-vous que ce n’est pas seulement de l’apparence. Et rappelez-vous que la relation américano-israélienne est trop importante pour être déformé par la politique étrangère. La sécurité nationale des États-Unis est trop importante. La sécurité d’Israël est trop importante.

Bien sûr, il ya ceux qui remettent en question  ma sécurité et mes engagements diplomatiques, pour la  poursuite d’un plan de  paix entre Israéliens et Palestiniens. Alors laissez-moi vous dire ceci: je ne m’excuse pas pour de devoir de paix. Les dirigeants d’Israël comprennent eux mêmes la nécessité de la paix. Le Premier ministre Netanyahou, le ministre de la Défense Barak, et le président Peres – chacun d’entre eux ont appelé à deux Etats, un Israël en sécurité qui vit côte à côte d’État palestinien indépendant.

Je crois que la paix est profondément dans l’intérêt de la sécurité d’Israël. La réalité qu’Israël est confronté à une l’évolution démographique, aux technologies émergentes, à un environnement extrêmement difficile internationale  qui exige une résolution de cette question. Et je crois que la paix avec les Palestiniens est compatible avec les valeurs fondatrices d’Israël – en raison de notre croyance partagée dans l’auto-détermination, et parce que la place d’Israël en tant qu’Etat juif et démocratique doit être protégé.

Bien sûr, la paix est difficile à réaliser et c’est la  raison pour laquelle, elle est restée inaccessible pendant six décennies. Le bouleversement et l’incertitude en ‘Israël est beaucoup plus difficile face à la violence horrible qui fait rage en Syrie, et la transition en Égypte. Mais aussi la division au sein de la direction palestinienne qui rend le processus de pais plus difficile encore – et plus particulièrement, avec le rejet continu du Hamas sur Israël et son existence.

Mais aussi difficile que cela peut être, nous ne devons pas nous tourner dans le cynisme ou le désespoir. Les changements qui s’opèrent dans la région vers  la paix sont  plus importants. Et je l’ai dit clairement qu’il n’y aura pas de paix durable que si les préoccupations de la sécurité d’Israël sont remplies. C’est pourquoi nous continuons d’exhorter les dirigeants arabes pour tendre la main à Israël, et continuer à soutenir le traité de paix avec l’Egypte. C’est pourquoi  nous encourager Israël à être résolue dans la poursuite de la paix – nous avons continué à insister pour que tout les partenaires palestiniens doivent reconnaître le droit d’Israël à exister, à rejeter la violence, et d’adhérer aux accords existants. Et c’est pourquoi mon administration a systématiquement rejeté tous les efforts à  coupées court aux  négociations ou d’imposer un accord entre les parties.

L’année dernière, je me tenais devant vous pour vous promettre que: « . Les États-Unis  se lèveront faces à l’Organisation des Nations Unies pour les efforts soutenus d’Israël » Comme vous le savez tous, cette promesse a été tenue. En Septembre, je me tenais devant l’Assemblée générale des Nations Unies pour réaffirmé que toute paix durable doit reconnaître la légitimité fondamentale d’Israël et de ses préoccupations pour la sécurité. J’ai dit que l’engagement américain à la sécurité d’Israël est inébranlable, notre amitié avec Israël est durable, et que Israël doit être reconnu. Aucun président n’a fait une telle  déclaration aussi clair au sujet du soutien face à Israël et devant l’Organisation des Nations Unies à un moment si difficile. Les gens donnent généralement ces types de discours devant des auditoires comme celui-ci  de l’Assemblée générale.

Ce jour ci, il n’y avait pas beaucoup d’applaudissements. Mais c’était le meilleure chose à dire. Et le résultat, aujourd’hui,  ne fait aucun doute – n’importe où dans le monde –  les États-Unis insistent sur ​​la sécurité d’Israël et sa légitimité. Ce sera également vrai que nous poursuivrons nos efforts à notre quête de la paix. Et cela sera vrai quand il s’agit de la question du programme nucléaire de l’Iran – une menace qui a le potentiel de réunir le pire rhétorique sur la destruction d’Israël avec des armes les plus dangereuses au monde.

Commençons par une vérité fondamentale que vous comprenez tous: aucun gouvernement israélien ne peut tolérer une arme nucléaire dans les mains d’un régime qui nie l’Holocauste, menace de rayer Israël de la carte, et parraine des groupes terroristes commis à la destruction d’Israël. Et je comprends donc l’obligation historique profonde qui pèse sur les épaules de Bibi Netanyahou, Ehoud Barak, et tous les dirigeants d’Israël.

Un Iran nucléaire est tout à fait contraire aux intérêts de la sécurité d’Israël. Mais il est également à l’encontre des intérêts de la sécurité nationale des États-Unis. En effet, le monde entier a intérêt à empêcher l’Iran d’acquérir une arme nucléaire. Il ya des risques que l’arme nucléaire iranienne pourrait tomber entre les mains d’une organisation terroriste. Il est presque certain que d’autres dans la région se sentiraient obligés d’obtenir leur propre arme nucléaire, ce qui déclenchera une course aux armements dans les régions les plus instables du monde. Il encourage un régime qui a brutalisé son propre peuple, et il a encourageait les procurations de l’Iran, qui ont mené des attaques terroristes du sud-ouest en Asie.

C’est pourquoi, il y a quatre ans, j’ai pris un engagement devant le peuple américain, et dit que nous allions utiliser tous les éléments de la puissance américaine pour faire pression sur l’Iran et l’empêcher d’acquérir une arme nucléaire. C’est ce que nous avons fait.

Lorsque j’ai pris mes fonctions, les efforts pour appliquer la pression sur l’Iran étaient en lambeaux. L’Iran avait passé de zéro centrifugeuses à des milliers, sans être dérangé. Dans la région, l’Iran était ascendante – de plus en plus populaire. En d’autres termes, la direction iranienne était unie , et la communauté internationale était divisée sur la décision à prendre

Pendant mes premiers mois au pouvoir, nous avons proposé un choix très clair au régime iranien: un chemin qui leur permettrait de rejoindre la communauté internationnale si elles respectent ses obligations, ou un chemin qui mène à une escalade et des conséquences. En fait, notre politique d’engagement – rapidement repoussé par le régime iranien – nous a permis de rallier la communauté internationale comme jamais auparavant; pour exposer l’intransigeance de l’Iran, et appliquer une pression qui va bien au-delà de ce que les États-Unis voulaient.

 

En raison de nos efforts, l’Iran est sous une pression plus forte que jamais. Les gens prédisent que la Russie et la Chine ne vont pas se joindre à ce conflit. En 2010 le Conseil de sécurité a plébiscité un effort global des sanctions. Il ya eu un ralentissement du programme nucléaire iranien et la modification de l’économie iranienne  en 2011. Beaucoup se demande si nous pouvions tenir économiquement depuis que nous avons déménagé de la Banque centrale de l’Iran et les exportations de pétrole. Mais nos amis en Europe et en Asie et ailleurs se joignent à nous. Et en 2012, le gouvernement iranien est confronté à la perspective de sanctions encore plus écrasantes.

Voilà où nous en sommes aujourd’hui. L’Iran est isolé, son leadership divisé et sous pression. Et le printemps arabe n’a fait que croître ces tendances, et l’hypocrisie du régime iranien est exposé, et son allié – le régime d’Assad – est en ruine.

Bien sûr, tant que l’Iran ne remplit pas ses obligations, ce problème demeure non résolu. La mise en œuvre effective de notre politique ne suffit pas – nous devons accomplir notre objectif.

Dans cet effort, je crois fermement que l’occasion de la diplomatie est la meilleure solution – soutenu par la pression – pour réussir. Les Etats-Unis et Israël ont évalué que l’Iran ne dispose pas encore d’une arme nucléaire, et nous sommes extrêmement vigilants dans la surveillance de son programme. Maintenant, la communauté internationale a la responsabilité d’utiliser le temps et l’espace qui existe. Des sanctions vont aller en augmentant, et jiusqu’à  Juillet – grâce à notre coordination diplomatique  et une interdiction européenne des importations de pétrole iranien . Face à ces conséquences désastreuses, les dirigeants iraniens auront la possibilité de prendre la bonne décision. Ils peuvent choisir un chemin qui les ramène dans la communauté internationnale, ou ils peuvent continuer vers une impasse.

Compte tenu de leur histoire, il ya bien sûr aucune garantie que le régime iranien feront le bon choix. Mais à la fois Israël et les Etats-Unis ont un intérêt à voir ce défi se resoudre diplomatiquement. Après tout, la seule façon de vraiment résoudre ce problème est pour le gouvernement iranien de prendre une décision d’abandonner les armes nucléaires. C’est ce que l’histoire nous apprend.

En outre, en tant que président et commandant en chef, j’ai une préférence profondément ancrée pour la paix que la guerre. J’ai envoyé des hommes et des femmes dans des situations dangereuses. J’ai vu les conséquences de ces décisions dans les yeux de ceux que je rencontre qui reviennent gravement blessés, et l’absence de ceux qui ne font pas .  Pour cette raison, dans le cadre de mon obligation solennelle au peuple américain, je ne peux  recourir à la force tant que le temps et les circonstances l’exigent. Et je sais que les dirigeants israéliens savent aussi bien que moi que  les coûts et les conséquences de la guerre, alors même qu’ils reconnaissent leur obligation de défendre leur pays seront très graves.

Nous préférons résoudre ce problème diplomatiquement. Cela dit, les dirigeants iraniens devraient avoir aucun doute sur la volonté des États-Unis, tout comme ils ne doivent pas douter de droit souverain d’Israël à prendre ses propres décisions sur ce qui est nécessaire pour répondre à ses besoins de sécurité. Cela inclut tous les éléments de la puissance américaine. Un effort politique visant à isoler l’Iran; un effort diplomatique pour soutenir notre coalition et faire en sorte que le programme iranien soit  surveillé; un effort économique pour imposer des sanctions paralysantes, et,  un effort militaire pour être prêt à toute éventualité.

 

Les dirigeants iraniens doivent savoir que je n’ai pas une politique d’endiguement, j’ai une politique visant à empêcher l’Iran d’obtenir une arme nucléaire. Je n’hésiterai pas à utiliser la force lorsque cela sera nécessaire pour défendre les États-Unis et ses intérêts.

Aller de l’avant, c’est ce qu je voudrais, et que nous nous souvenons de toutes la gravité de ces questions, les enjeux impliqués pour Israël, pour l’Amérique, et pour le monde. Déjà, il ya trop de propos inconsidérés de la guerre. Au cours des dernières semaines, de tels propos n’a fait que  bénéficié le gouvernement iranien, en faisant grimper le prix du pétrole, dont ils dépendent pour financer leur programme nucléaire. Pour des raisons de sécurité d’Israël, de la sécurité de l’Amérique, et la paix et la sécurité du monde, ce n’est pas le temps pour des fanfaronnades; il est maintenant temps de laisser les pressions extérieurs et envisager une vaste coalition internationale  . Il est maintenant temps de tenir compte de ce conseil intemporel de Teddy Roosevelt: parler doucement, tout en portant un gros bâton. Comme nous le faisons, soyez assuré que le gouvernement iranien saura notre détermination, et que notre coordination avec Israël va se poursuivre.

Ce sont des moments difficiles. Mais nous avons vécu des moments plus difficiles que les États-Unis et Israël ont traversé ensemble. En raison de notre coopération, les citoyens de nos deux pays ont bénéficié des liens qui nous unissent. Je suis fier d’être une de ces personnes. Dans le passé, j’ai partagé ce monde parmi divers épisodes de ma vie avec ‘un grand-oncle qui a aidé à libérer Buchenwald, et mes souvenirs d’y retourner avec Elie Wiesel; de partager des livres avec Shimon Peres, ou se reunir autour du seder avec mon personnel  chaque année depuis  ma campagne électorale et qui continue à la Maison Blanche, entourés d’innombrables amis que je connais dans cette salle, à cette notion de Tikkun Olam, qui a enrichi ma vie.

Comme l’a compris Harry Truman, l’histoire d’Israël un espoir. Nous ne pouvons pas être d’accord sur chaque question – nous sommes deux nations , et nos démocraties contiennent une riche diversité de vues. Mais nous sommes d’accord sur les grands prinicipes – des choses qui comptent. Et ensemble, nous travaillons à bâtir un monde meilleur – celui où nos gens peuvent vivre à l’abri de la peur,  où la paix est fondée sur la justice; celui où nos enfants puissent connaître un avenir qui est plus prometteur que le présent.

Il ne manque pas de discours sur l’amitié entre les Etats-Unis et Israël. Mais je suis aussi conscient de ce proverbe: «Un homme est jugé par ses actes, non par ses paroles. » Donc, si vous voulez savoir où mon cœur réside, ne cherchez pas plus loin que ce que j’ai fait – de se tenir debout pour Israël; et garantir la fois de nos pays, et de voir que les eaux agitées de notre temps vont nous conduire vers un rivage pacifique et prospère. Merci. Que Dieu vous bénisse. Que Dieu bénisse Israël. Et Dieu bénisse les États-Unis d’Amérique.

 

Ce discours a été traduit par l’un de nos redacteurs de Alyaexpress-News

Merci de le publier avec un lien actif et sans modification du  titre.

🟦 ANNONCE 🟦