Un nouveau développement pourrait grandement optimiser le traitement par chimiothérapie et prévenir le développement de métastases cancéreuses dans le cancer du sein

Un nouveau développement de l’Université de Tel Aviv pourrait considérablement optimiser le traitement par chimiothérapie chez les patientes atteintes d’un cancer du sein et réduire le risque de développer des métastases cancéreuses après le traitement de 52 % à seulement 6 %. Dans le cadre de l’étude, qui a été menée sur des animaux modèles, les chercheurs ont identifié le mécanisme qui produit l’environnement inflammatoire dans la zone du corps traitée par la chimiothérapie, et ont constaté qu’en associant un facteur anti-inflammatoire à la chimiothérapie, les métastases peut être prévenu.

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

La recherche a été menée sous la direction du professeur Neta Erez du Département de pathologie de l’École de médecine et des membres de l’équipe du laboratoire : Leah Montran, Dr Noor Arscheid, Yael Zeit et Yaela Sharaf, ainsi qu’en collaboration avec le professeur Iris Barshak du Sheba Medical Center et le Dr Amir Sonnenblik du Tel Aviv Medical Center (Ichilov). L’article a été publié dans la prestigieuse revue Nature Communications et a été financé par la Communauté européenne (ERC), la Société du cancer et la Fondation Emerson pour la recherche sur le cancer.

« Dans de nombreux cas de cancer du sein, la tumeur est enlevée chirurgicalement, puis la patiente reçoit une série de traitements de chimiothérapie, dans le but d’éliminer les restes de cancer que le chirurgien n’a pas pu enlever ou qui se sont déjà propagés dans tout le corps », explique le professeur Erez. « La chimiothérapie tue en effet les cellules cancéreuses, mais souvent elle a aussi des effets secondaires indésirables. L’un des plus graves d’entre eux est la création de dommages aux tissus sains et d’inflammation qui, paradoxalement, peut aider les cellules cancéreuses restantes à développer des métastases dans d’autres organes de le corps. Nous voulions examiner comment cela se produit et essayer de trouver une solution à ce phénomène mortel. »

Dans le cadre de l’étude, les chercheurs ont créé un modèle d’animaux atteints d’un cancer du sein, qui ont suivi un parcours similaire à celui des femmes malades : ablation chirurgicale de la tumeur primaire, suivie d’une chimiothérapie et d’un suivi pour détecter une récidive métastatique de la maladie. dès que possible. Les chercheurs ont suivi l’état des animaux et les résultats étaient alarmants : chez un nombre important d’entre eux, des métastases se sont développées dans les poumons – à un rythme similaire au développement de métastases dans le groupe témoin.

Le résultat inverse de la chimiothérapie

Maintenant, les chercheurs ont voulu suivre le processus de développement des métastases. À cette fin, ils ont examiné l’état des poumons des animaux modèles à un stade intermédiaire – lorsque des micro-métastases cachées peuvent déjà s’y être formées, mais qu’elles ne peuvent pas être détectées même avec des méthodes d’imagerie avancées telles que la tomodensitométrie. « Chez l’homme, cette période entre le traitement de chimiothérapie et l’apparition de métastases détectables est une sorte de ‘boîte noire' », explique le Pr Erez. « Chez les animaux de laboratoire, nous avons pu vérifier ce qui s’y passait réellement, et nous avons trouvé un mécanisme important qui n’était pas connu jusqu’à présent : le traitement de chimiothérapie a déclenché une réaction inflammatoire dans les fibroblastes, qui sont les cellules du tissu conjonctif des poumons. , et ces cellules ont convoqué des cellules immunitaires de la moelle osseuse vers le site. Ainsi, un environnement inflammatoire a été créé dans la zone qui soutient réellement leur développement des micrométastases, et elles se sont transformées en véritables métastases cancéreuses. Conclusion : la chimiothérapie, qui a été conçu pour lutter contre le cancer, a en fait obtenu le résultat opposé. »

Les chercheurs ont identifié le mécanisme par lequel les fibroblastes recrutaient les cellules du système immunitaire puis les « éduquaient » pour aider la tumeur. « Nous avons découvert qu’en réponse au traitement de chimiothérapie, les fibroblastes sécrétaient des protéines appelées » protéines du complément « . Ce sont des protéines qui médient et augmentent l’inflammation, en partie en recrutant des globules blancs du système immunitaire dans les zones où il y a une infection ou des lésions tissulaires ( un processus connu sous le nom de chimiotaxie). Lorsque les cellules du système immunitaire ont atteint les poumons, elles ont créé un environnement inflammatoire qui soutient les cellules cancéreuses et les aide à se développer. »

Ajout d’un facteur anti-inflammatoire au traitement de chimiothérapie

En guise de contre-mesure, les chercheurs ont décidé de combiner le traitement de chimiothérapie avec un médicament qui inhibe l’activité des protéines du complément, dans le but de prévenir l’effet indésirable du traitement. Les résultats ont été extrêmement encourageants : la proportion d’animaux modèles qui n’ont pas du tout développé de métastases après traitement est passée de 32 % à 67 % ; Et la proportion de ceux qui ont développé des métastases dans de nombreux foyers de leurs poumons est passée de 52 % avec la chimiothérapie standard à 6 % avec la chimiothérapie plus l’inhibiteur de l’inflammation.

« Dans nos recherches, nous avons pu découvrir le mécanisme d’un grave problème dans le traitement des patientes atteintes d’un cancer du sein : une proportion importante d’entre elles développent des métastases même après l’ablation de la tumeur primitive et une chimiothérapie. Nous avons identifié un mécanisme inflammatoire. par lequel la chimiothérapie aide réellement le développement des métastases, et nous avons même trouvé une solution : ajouter un facteur inhibiteur de l’inflammation au traitement Chimiothérapie. Nous espérons qu’à l’avenir, nos découvertes parviendront à la clinique et permettront aux médecins de fournir un traitement plus efficace pour cancer, et peut-être même pour d’autres types de cancer – un traitement qui empêchera la récurrence de la maladie et sauvera la vie de nombreux patients partout dans le monde », conclut le professeur Erez.

Informez vous en temps réel !

Rejoignez nous sur Telegram en cliquant sur ce lien :

https://t.me/infoisraelnews

Telegram  

Je rappelle à tous les lecteurs qu’il y a trois sites liés à la société d'informations de défense d'Israel de la société reconnue Alyaexpress-News 1) Le site Infos Israel News avec le lien Telegram à partager : Lien Telegram à partager : https://t.me/infoisraelnews Lien du site Infos Israel à partager : https://infos-israel.news/
  2) Le site RAK BE ISRAEL pour les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel, pas forcément que la guerre et les attentats, mais aussi les nouvelles decouvertes technologiques, medicales, écologiques, ...et les bons conseils pour nos olim de France ! Lien du site Rak Be Israel à partager : https://rakbeisrael.buzz/
  3) Le site CQVC est plus dans la recherche, les analyses, et les preuves que l'Autorité palestinienne n'a jamais vraiment existé...de quoi vous defendre sur les groupes anti-sionistes, à mort les fakes news ! Lien du site à partager : https://cqvc.online/
  4) Rendez vous aussi sur le site de la société Alyaexpress-News qui réunit les infos de tous nos sites en même temps : Lien du site à partager : https://alyaexpress-news.com/
  5) Et le site Ougasheli pour ceux qui aiment la pâtisserie et la cuisine juive , des recettes qui sont illustrées et expliquées par Sabrina qui est une amoureuse de la bonne cuisine et la pâtisserie fine … Lien du site à partager : https://ougasheli.com/
  6) N'oubliez pas de faire votre shopping sioniste sur Israel Chrono : produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables ! Lien du site à partager : https://israelchrono.com/
  7 ) Cependant nous pensons aussi à nos lecteurs qui veulent se faire connaitre et qui auront la possibilité sur ce groupe d'Alya de 3600 personnes dont nous sommes administrateurs de poster un lien pour votre publicité afin de vous aider dans votre parnassa et votre alya ( les liens des groupes télégram sont interdits) Lien du groupe Alya sans langue de bois : https://www.facebook.com/groups/746330378765450 Partagez nos liens , c'est la seule chose que nous vous demandons en retour, nous ne demandons pas d'argent , pas de conditions , juste partager !