Un tiers des olim russes qui ont fait leur Alya ont quitté Israël après 1 mois avec un nouveau passeport et de l’argent

Quelque 1 800 – environ 30 % – des Juifs russes qui ont immigré en Israël au cours des deux derniers mois depuis le début de l’invasion de l’Ukraine sont rentrés en Russie avec leurs nouveaux passeports israéliens, a appris le Jerusalem Post.

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

Une enquête spéciale du Post révèle qu’au cours de la semaine dernière, la ministre de l’aliyah et de l’Intégration, Pnina Tamano-Shata, a appris l’ampleur de l’abandon. Cette semaine, le 15 000e immigrant a débarqué en Israël dans le cadre de l’opération et de hauts responsables du ministère ont déclaré que Temano-Shata « était choqué par les données d’abandon », et a déclaré que cela contredit complètement la thèse derrière l’approche atténuante adoptée envers les Russes.

Environ 5 600 bénéficiaires de la loi du retour de Russie ont immigré en Israël au cours des deux derniers mois dans le cadre de «l’opération Returning Home». Ils ont voyagé sur des vols financés par le gouvernement israélien, ont reçu une enveloppe avec de l’argent après l’atterrissage, puis ont pris un taxi payé par le ministère de l’Aliyah et de l’intégration jusqu’à un hôtel – qui était également entièrement subventionné par l’argent du contribuable israélien.

Dans le même hôtel, où beaucoup d’entre eux séjournaient environ un mois, ils recevaient trois repas chauds par jour et une variété de services qui leur arrivaient directement – tels que des représentants de banques et de services sociaux et médicaux. Ce sont des privilèges auxquels les immigrants ordinaires n’ont pas du tout droit. Ces olim de Russie ont été comparés à des réfugiés de l’Ukraine bombardée et perçus également comme des réfugiés.

« Les informations que nous avons reçues étaient que les Juifs russes pensaient que le rideau de fer allait à nouveau tomber, nous avons donc décidé de leur accorder ces avantages spéciaux », a déclaré un haut responsable du ministère de l’Alyah et de l’Intégration. « Mais quand un tiers de ces immigrés profite de la gentillesse de l’Etat d’Israël et part ensuite pour continuer à vivre en Russie, c’est un problème sérieux. » Tamano-Shata a décidé d’arrêter complètement l’hébergement des immigrés russes dans les hôtels financés par le gouvernement à partir du début de la semaine prochaine. Dans le même temps, elle a ordonné la création d’un comité spécial qui permettrait à des cas particuliers tels que des retraités, des survivants de l’Holocauste ou des personnes malades de séjourner dans ces hôtels.

Le ministère a loué plus de 40 hôtels pour les immigrants d’Ukraine avant même que le premier coup de feu ne soit tiré. Même si cela n’a pas été décidé par le gouvernement, il a été décidé d’autoriser également les immigrants de Russie – qui ne sont pas des réfugiés compte tenu du fait que la vie s’y déroule presque comme d’habitude – de séjourner également dans les hôtels en question. « Il faut comprendre que certains des immigrés d’Ukraine ne viennent qu’avec les vêtements sur le dos, alors que les immigrés de Russie ne sont pas dans la même situation », a ajouté la source au ministère. « Le fait même que beaucoup d’entre eux soient retournés en Russie après leur arrivée ici montre à quel point ils ne sont pas du tout des réfugiés. »

Les hauts responsables des institutions nationales expliquent qu’il y a un sérieux problème avec l’immigration en provenance de Russie pour deux raisons : La première est que de nombreux immigrants n’ont nulle part où vivre en Israël maintenant que les hôtels ne sont pas disponibles pour eux à leur arrivée. La deuxième raison est qu’il n’y a pas de vols réguliers vers Israël. Depuis que la compagnie russe Aeroflot a cessé de voler vers Israël, la seule compagnie qui opère des vols sur cette route est El Al. Le prix d’un billet d’avion El Al de Moscou à Israël peut atteindre mille dollars, soit quatre fois le prix d’avant la guerre. De plus, il est presque impossible de trouver une place sur ces vols. Par conséquent, le ministère a décidé de promouvoir l’intégration de la compagnie aérienne Israir à la route Moscou-Tel Aviv afin qu’il y ait plus de vols pour les futurs immigrants.

Des sources au sein des institutions nationales révèlent qu’il y a environ 3 000 rapatriés et immigrants avec des visas qui attendent d’arriver en Israël depuis la Russie et qu’il existe un « goulot d’étranglement fou » dans la capacité d’immigrer en Israël depuis la Russie. Parmi ceux qui attendent, il y a environ 1 100 qui ont reçu un visa d’alyah et environ 1 900 qui ont reçu un premier permis pour venir en Israël et effectuer le processus en Israël. Ici en Israël, leur éligibilité sera vérifiée, puis il sera décidé de les garder en Israël ou de les renvoyer en Russie.

Le phénomène d’utilisation de l’amendement à la loi du retour dans le but d’obtenir un passeport israélien par des bénéficiaires de Russie et d’Ukraine a été révélé pour la première fois dans un article de Makor Rishon écrit par ce journaliste en 2019. Loi promulguée en 2017 par le député Oded Forer, actuellement ministre de l’Agriculture, du parti Yisrael Beiteinu. En vertu de la nouvelle loi promue par Forer, les nouveaux immigrants ont reçu des passeports dans les trois mois, au lieu d’attendre un an. En fait, même les trois mois ont pu être contournés en signant un formulaire dans lequel les immigrés déclarent accepter de perdre leur droit à la citoyenneté pendant cette période, sans pénalités.

Les personnes éligibles à la loi du retour en Russie et dans les pays de l’ex-Union soviétique ont réalisé le potentiel et de nombreuses sociétés commerciales ont été créées pour leur fournir le service. Des publicités sur des sites russophones, et même des panneaux d’affichage dans toute la Russie, proposaient « la citoyenneté israélienne dans les deux jours ». Une autre publicité promettait « un passeport israélien en seulement trois jours en Israël ».

En 2020, Kalman Liebskind a publié des données très inquiétantes dans Maariv : En 2018, 17 879 Juifs ont immigré des États de l’ex-Union soviétique. 7 139 d’entre eux, soit environ 40 %, n’étaient pas en Israël au moment de la publication de l’article. En 2019, 22 683 personnes ont immigré en Israël depuis ces pays. 9 419 d’entre eux, soit environ 41 %, sont partis en peu de temps. « 4 301 d’entre eux sont venus ici, ont pris leur nouveau passeport, sont restés ici moins d’un mois et ont disparu », a écrit Liebskind.

Le ministère n’a pas encore déterminé la raison du départ immédiat de ces nouveaux immigrants ou trouvé un moyen de faire face au phénomène problématique, mais il en est conscient et travaille à changer la situation. Les immigrés avaient-ils prévu de venir ici et de repartir immédiatement ? L’Etat d’Israël n’a-t-il pas réussi à les absorber et donc le taux d’abandon est élevé ?

Il convient de noter qu’au cours du premier mois de l’opération, il y a eu beaucoup de désordre dans certains hôtels et ce n’est que le mois dernier que la situation a commencé à se stabiliser : des enseignants des FDI étaient en poste dans les hôtels ainsi que des représentants des une variété d’autres organismes. En outre, le colonel Golan Wach, qui est le commandant de l’unité nationale de sauvetage, a été nommé chef de projet au nom de Tamano-Shata pour gérer le système hôtelier dans tout le pays.

Quoi qu’il en soit, il est difficile d’ignorer le sentiment qu’au fil des années, de nombreux rapatriés de la loi du retour profitent de la bonne volonté de l’État d’Israël. Ces 30 % de russes viennent un mois en vacances en Israël gratuitement, gagnent de l’argent sur le dos des vrais israéliens et une doubla nationalité en cadeau et rentrent chez eux car ils ne considèrent pas vraiment Israel comme leur pays…

 



Apres plus de 10 années sur le Net, la société de médias Alyaexpress-News qui gère les sites Infos-Israel.News, Rak Be Israel, CQVC, et Ougasheli pourrait fermer d'un jour à l'autre.

NOUS N'AIMONS PAS DEMANDER DE DONS A NOS LECTEURS, NI RENDRE NOS ARTICLES PAYANTS COMME DE NOMBREUX SITES AUJOURD'HUI. MAIS NOUS SOMMES FACE AU MUR ! 

C'est un travail de tous les jours, avec une information réactive à l'actualité, nous aimons ce que nous faisons car notre seul objectif est de défendre Israel et d'informer notre public francophone , mais nous n'arrivons plus à boucler le paiement des charges depuis le début de cette satané pandémie et nous avons besoin d'une aide (même petite) mais régulière ! Aidez nous !

POUR UN DON LIBRE

 

POUR UN DON MENSUEL 

 

Merci à tous. Toute l’équipe d'Infos Israel.News.



SUIVEZ L'INFORMATION EN CONTINUE AUSSI SUR NOS SITES CQVC.ONLINE, ALYAEXPRESS-NEWS ET RAKBEISRAEL

(Cliquez sur le nom du site pour découvrir d'autres infos inédites)

   

🟦 ANNONCE 🟦