Une historienne juive refuse le prix polonais Pilecki car ce pays minimise sa responsabilité dans la Shoah

Le Jury de la Witold Pilecki et le Pilecki Institute ont le regret de saluer la décision d’Elyana Adler de refuser d’accepter le prix dans la catégorie « Livre historique scientifique ». Compte tenu de la décision du lauréat, ce prix ne sera pas remis dans l’édition de cette année, a informé vendredi l’Institut.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Dans un communiqué envoyé vendredi au PAP, le Chapitre de l’Internationale Witold Pilecki a souligné que ses membres et l’Institut Pilecki « regrettent la décision d’Eliyana Adler de refuser d’accepter le prix dans la catégorie + Livre historique scientifique + pour l’ouvrage + Survival on the Margins : Polish Jewish Refugees in the Wartime Soviet Union + + ».

 » Eliyana Adler a informé le Pilecki Institute de sa décision le 4 novembre 2021. La candidature pour le prix a été envoyée au Pilecki Institute le 17 juin 2021 par l’éditeur du livre, Harvard University Press. Eliyana Adler a reçu la nomination pour son livre avec gratitude. Elle a réagi lorsqu’elle a appris que le jury l’avait sélectionnée comme lauréate. La décision ultérieure de l’auteur de refuser d’accepter le prix a été une surprise pour nous », a-t-on lu.

Le Pilecki Institute a également annoncé qu’il « maintient à la fois la note la plus élevée du livre d’Elyana Adler et son verdict initial ». « Il sera annoncé, comme prévu, lors de la cérémonie de remise des prix le 17 novembre 2021 à Varsovie. En raison de la décision du gagnant, le prix dans la catégorie + Livre historique scientifique + dans l’édition de cette année du concours ne sera pas décerné  » – elle a dit.

L’annonce a rappelé que « le prix international Witold Pilecki a été créé en 2021 par l’Institut Pilecki en coopération avec le musée national d’Auschwitz-Birkenau à Oświęcim et en accord avec la famille Witold Pilecki ». « Il récompense les auteurs des meilleurs livres d’histoire et de reportage sur l’histoire de la Pologne au XXe siècle. En outre, un prix spécial est décerné aux reporters de guerre qui rendent compte de lieux présentant une menace particulière pour la dignité humaine dans le monde moderne » – il était écrit.

Publicité 

« L’Institut Pilecki, bien que très généreux en soutenant certaines recherches historiques sur la Seconde Guerre mondiale, a également été impliqué dans la suppression du travail d’historiens qui s’efforcent de montrer les aspects complexes et même tragiques du passé de guerre de la Pologne », a écrit Adler dans une lettre datée du 4 novembre à l’institut qui a été publiée en ligne vendredi.

Capture d’écran d’une vidéo de l’historienne juive américaine Eliyana Adler, juillet 2017. (YouTube)
L’historienne juive américaine Eliyana Adler a refusé d’accepter un prix d’une valeur de 19 000 $ de l’Institut Pilecki du gouvernement polonais, arguant qu’il supprime les travaux d’« historiens qui s’efforcent de montrer les aspects complexes et même tragiques du passé de guerre de la Pologne ».

Adler, professeure agrégée à la Penn State University, a reçu un nouveau prix pour une bourse d’études sur la Pologne du XXe siècle, la spécialité de l’Institut Pilecki, pour son livre de 2020, « Survival on the Margins : Polish Jewish Refugees in the Wartime Soviet Union ». L’honneur devait être co-attribué par le musée mémorial d’Auschwitz.

Les institutions gouvernementales polonaises ont été accusées par les historiens d’avoir blanchi le traitement réservé aux Juifs par le pays pendant l’Holocauste. Le pays a adopté une loi largement critiquée en 2019 qui interdit de blâmer la nation polonaise pour les crimes nazis.

Une récente affaire judiciaire très médiatisée a opposé les historiens Jan Grabowski et Barbara Engelking au gouvernement polonais, qui a statué que les deux hommes devaient s’excuser pour leur livre mettant au jour les atrocités présumées d’un maire polonais. Une cour d’appel a annulé la décision en août.

Le comité international du prix comprend : le directeur du Musée d’Auschwitz, Piotr Cywiński (président) ; l’auteur de la biographie de Pilecki, Jack Fairweather ; arrière-petit-fils du capitaine – Krzysztof Kosior; et scientifiques et historiens : Marek Kornat, Claudia Weber, Marek Cichocki, Richard Butterwick-Pawlikowski, Patrycja Grzebyk, Wojciech Stanisławski.

Le prix, dont le partenaire est le Musée d’Auschwitz, a été cofinancé par le ministère de la Culture, du Patrimoine national et des Sports.

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   

🟦 ANNONCE 🟦