Une rapatriée de République tchèque a engagé une action en justice contre la société El-Al pour obtenir réparation du préjudice matériel et moral qu’elle a été victime lors de l’entretien et l’inspection de sa valise à l’aéroport de Prague.

Comme l’a dit ITV Channel 12, il y a quatre mois, une nouvelle immigrante s’est rendue dans son pays d’origine et est revenue en Israël avec un vol El-Al.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Soudainement, une fille du «bitachon» El-Al a commencé à lui poser des questions sur la connaissance de la tradition juive, doutant apparemment de son origine juive en présence d’un passeport israélien. Elle a demandé comment Hanoukka est célébrée et ce qu’on mange pendant ces fêtes. « Je pensais avec horreur que si je ne pouvais pas répondre, ils ne me laisseraient pas prendre l’avion », a déclaré la rapatrié.

La deuxième inspectrice est ensuite venue et a demandé où elle avait servi dans l’armée israélienne. Elle a répondu qu’elle avait été rapatriée à 28 ans et qu’elle n’avait pas servi dans l’armée. Elle la regarda et dit: « Eh bien, quelle juive es-tu? »

Se sentant humiliée, la femme a demandé une rencontre avec le patron de la sécurité d’El Al, mais la première fille est revenue la chercher et lui a demandé quelle était la différence entre les noms figurant sur ses passeports tchèque et israélien. Elle a répondu qu’en Israël elle avait pris le nom de sa grand-mère. Ils ont pris ses passeports, sont revenus dix minutes plus tard et ont pris sa valise pour une fouille ou se trouvait un objet de sa grand mère selon ses propos. « Je leur ai dit que c’était la seule chose qui restait de ma grand-mère, et ils m’ont dit que je ne dois pas m’inquiéter – tout sera dans la valise », a déclaré la rapatrié dans le procès.

À la fin, elle a pris l’avion pour Ben Gourion, mais quand elle a ouvert la valise, elle a été horrifiée de constater que l’iPad et l’iPhone ont été sortis de leur étui et qu’il n’y avait plus l’objet de sa grand mère, une sorte d’épingle à cheveux.

La rapatrié a envoyé une plainte à El-Al, mais de là, ils ont répondu qu’ils étaient prêts à réparer ses dommages financièrement .

La réponse a également indiqué qu’elle ne devrait pas intenter de poursuites contre la compagnie aérienne, car le personnel de sécurité était immunisés par le Service de sécurité générale (SHABAK).

La femme a rejeté leur propos et a engagé une action en justice à Tel-Aviv pour près de 20 000 shekels pour des dommages causés à des objets et pour des dommages moraux lors de la vérification à l’aéroport. «Les questions sur Hanoukka et les plats traditionnels ne constituent pas des fouilles de sécurité et ne sont pas pertinentes. Sans parler des choses manquantes », écrit la demanderesse.

La compagnie aérienne a répondu que ses employés avaient tout fait conformément aux instructions pour la sécurité des passagers et, comme cela avait été prévenu, avait évoqué l’immunité de tous les membres du personnel de sécurité dans les aéroports pour les poursuites.

Pour rire un peu, voici une petite caricature du personnel de sécurité israélien avec le comédien David Serero :

Vous pouvez partager cet article avec les conditions suivantes :

infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !