Vraie droite ou fausse droite : Netanyahu ou Bennett sont-ils meilleurs pour les nationalistes de droite ?

Il a fallu un député israélo-arabe de l’opposition pour rendre hommage au sacrifice que le Premier ministre Naftali Bennett a consenti cette semaine au nom des habitants de Judée Samarie .

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

Bennett « a renoncé à son siège de Premier ministre pour ne pas perdre l’occasion d’approfondir l’occupation », a déclaré la députée Aida Touma-Sliman (Liste commune) à la plénière de la Knesset mercredi avant son vote initial pour disperser le parlement.

Ce faisant, elle a fait référence au jeu complexe qui avait eu lieu entre deux politiciens israéliens qui se considèrent comme les dirigeants de la droite israélienne – Bennett et l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Pour pousser le gouvernement au point de s’effondrer, Netanyahu a persuadé les partis d’opposition de droite pour lesquels le soutien à la Judée et à la Samarie fait partie de leur pain quotidien politique, de l’abandonner dans un pari risqué.

Ils ont voté contre une directive , qui est renouvelée tous les cinq ans, qui permet aux Israéliens vivant dans les localités de Judée Samarie de bénéficier des mêmes droits de résidence que ceux à l’intérieur des frontières souveraines du pays. Leur action avait du mordant car Bennett manquait de soutien au sein de sa propre coalition pour la directive.

La directive a été rejetée, laissant près d’un demi-million d’Israéliens en danger de perdre leur droit de résidence d’ici la fin juin, lorsque la directive a expiré.

En effet, au nom de la chute du gouvernement, Netanyahu et l’opposition parlementaire de droite ont fait une déclaration de facto à la Knesset selon laquelle les « colonies » ne font pas partie d’Israël.

C’était un pari à gros enjeux de la part de Netanyahu, et cela a fonctionné .

Il n’y avait que trois façons de résoudre le problème.

1 – Bennett pourrait renforcer le soutien au sein de sa propre coalition pour la directive.

2 – Netanyahu, qui dirige le parti Likud, pourrait céder et amener les partis d’opposition de droite à soutenir la directive.

3- Bennett pourrait faire tomber le gouvernement avant la date d’expiration de juin, laissant ainsi la directive en place jusqu’à ce qu’un nouveau gouvernement avec une nouvelle Knesset soit formé.

Alors que le temps passait, c’est Bennett qui est tombé sur son épée politique, alors qu’il appelait à des élections, expliquant qu’il ne pouvait pas se permettre de laisser tomber la directive.

Cela avait été un dilemme salomonien pour Bennett, un ailier de droite avoué qui a commencé sa vie politique en tant que directeur général du Conseil Yesha. Dans un geste inhabituel étant donné que son parti de droite Yamina n’avait remporté que sept sièges lors des dernières élections, Bennett est devenu Premier ministre. Il l’a fait en bricolant des partis de gauche, de droite et du centre de la carte politique, dont un parti israélo-arabe.

Avant même que Bennett n’annonce la fin de son règne d’un an cette semaine, son gouvernement était déjà en difficulté, car les parlementaires de son propre parti se sont laissé emporter par les arguments selon lesquels ils siégeaient dans un gouvernement qui nuisait et n’aidait pas le camp nationaliste. Parmi les sujets de préoccupation figuraient les politiques du gouvernement concernant les localités de Judée Samarie.

En attaquant le gouvernement lors du plénum cette semaine, le député de l’opposition Bezalel Smotrich, qui dirige le Parti sioniste religieux, a accusé le gouvernement de ne pas être assez à droite.

Le public doit maintenant voir « qui est la vraie droite ou la fausse droite qui a vendu ses principes pour un gain personnel », a déclaré Smotrich.

C’est un gouvernement, a déclaré Netanyahu aux journalistes cette semaine, qui « ne se soucie pas de la Judée et de la Samarie ».

AVEC DES SONDAGES montrant que plus de 60% des électeurs préfèrent les partis de droite, l’un des débats politiques sur qui dirige le pays se concentre également désormais sur la question de savoir qui est le leader de la droite et qui a le meilleur tableau de bord sur la Judée et Samarie .

Pour ceux de gauche, comme Touma-Sliman, il n’y a pas de différence entre Bennett et Netanyahu.

« Le seul changement qui s’est produit sous ce gouvernement a été de changer les noms des Premiers ministres, de Netanyahu à Bennett », a-t-elle déclaré mercredi à l’assemblée plénière.

« Tout le reste était la poursuite de la politique des colonies et de leur expansion », a-t-elle accusé.

Mais avait-elle raison ? Il est difficile, bien sûr, de comparer un Premier ministre comme Bennett, qui a été au pouvoir pendant un an, avec Netanyahu, qui a été au pouvoir pendant 12 ans, sans compter les trois années où il a été Premier ministre de 1996 à 1999.

Netanyahu a eu un coup de pouce au cours de ses quatre dernières années en ce qui concerne les implantations parce qu’il n’avait pas besoin de s’inquiéter pour la Maison Blanche, étant donné le soutien de l’administration Trump à la Judée et à la Samarie.

Bennett, en revanche, a passé son année au pouvoir à devoir agir en considération du président américain Joe Biden, qui s’oppose aux implantations.

Une façon d’évaluer les politiques de Netanyahu par rapport à celles de Bennett est de comparer la première année de Bennett avec la première année de relations de Netanyahu avec l’administration Obama, qui s’est également opposée aux implantations.

Une autre mesure, en particulier lorsqu’il s’agit de questions telles que la construction de ichouvim et les plans avancés, consiste à comparer une moyenne des années Netanyahu avec la première année de Bennett.

L’ONG de gauche Peace Now a fait une telle comparaison et a conclu que Bennett au cours de sa première année avait été meilleur pour les implantations.

Vous trouverez ci-dessous une comparaison entre Bennett et Netanyahu sur les questions relatives à la Cisjordanie et au conflit.

État palestinien

Bennett n’a pas parlé de son acceptation d’un État palestinien mais a permis au ministre de la Défense Benny Gantz de rencontrer le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à deux reprises l’année dernière, une fois à Ramallah et une fois au domicile de Gantz à Rosh Ha’ayin.

Netanyahu, en revanche, a prononcé son célèbre discours de Bar-Ilan dans lequel il a accepté l’idée de deux États pour deux peuples et a rencontré Abbas au cours de sa première année. Il n’a jamais annulé cet engagement.

Au cours de la dernière année au pouvoir de Netanyahu, il a réaffirmé son attachement à un État palestinien, lorsqu’il a accepté le plan de paix publié par l’ancien président américain Donald Trump. Netanyahu a pris soin de préciser que cet État palestinien n’aurait pas d’armée et que Tsahal agirait en son nom en matière de sécurité des frontières.

Rencontre avec Abbas

Bennett n’a pas rencontré Abbas depuis son entrée en fonction l’année dernière et n’a pas l’intention de le faire.

Netanyahu, en revanche, a rencontré Abbas au cours du premier semestre de son accession au poste de Premier ministre et de nouveau en septembre 2010. Le manque de communication entre eux était principalement dû au refus d’Abbas de parler avec Netanyahu, alors que ce dernier appelait presque systématiquement à de telles réunions, à tenir.

Procédé de paix

Il n’y a pas eu de processus de paix vers la création d’une solution à deux États au conflit, et Bennett n’a pas été intéressé à s’y engager.

Netanyahu, en revanche, a accepté de s’engager dans un processus de paix sous les administrations Obama et Trump.

Souveraineté/annexion

Lorsqu’il est devenu ministre en 2013, Bennett a été le premier politicien de haut niveau à commencer à parler de la nécessité d’appliquer unilatéralement la souveraineté sur la zone C de la Judée Samarie.

Malgré cela, Bennett a déclaré dès le départ qu’il accepterait l’accord conclu par Netanyahu pour suspendre sa promesse d’appliquer la souveraineté sur les colonies de Cisjordanie en échange de la possibilité de normaliser les relations avec les États arabes sous la rubrique des accords d’Abraham.

Dans un discours prononcé par Bennett au séminaire Lindenbaum à Jérusalem le mois dernier, Bennett a déclaré qu’en ce qui concerne la question de la souveraineté et de l’État palestinien, « nous pouvons attendre quelques années, rien ne se passera ».

Construction de logements pour les juifs des implantations 

La construction de maisons de colons s’est poursuivie à un rythme normatif sous Bennett au cours de sa première année, par rapport à Netanyahu, qui a imposé un moratoire de 10 mois sur la construction de toutes les maisons juives en Judée Samarie au cours de sa première année après avoir repris ses fonctions.

Les données sur les bâtiments n’ont pas encore été compilées pour toute la durée de la première année de mandat de Bennett, mais les informations du Bureau central des statistiques montrent que, sur la base des trois premiers trimestres de cette année, le terrain a été ouvert pour 2 111 maisons de colons. C’est un nombre supérieur à celui de la plupart des années où Netanyahu était au pouvoir. Au cours des trois derniers quarts du mandat de Netanyahu, par exemple, il n’y a eu que 1 537 mises en chantier. Selon Peace Now, la moyenne semestrielle de Netanyahu sur les mises en chantier s’élevait à 911 par rapport aux 1 488 unités de ce type pour lesquelles le terrain a été abattu au cours du premier semestre de mandat de Bennett.

Avancement des plans de logement

Bennett a avancé des plans pour plus de 7 292 maisons au cours de sa première année au pouvoir, selon Peace Now, qui a noté qu’il est supérieur à la moyenne de Netanyahu de 5 784 unités de logement, sur la base des données que l’organisation a recueillies depuis 2012. Au cours de cette première année, Netanyahu a avancé pour 7 325 logements. Les projets de logements n’ont dépassé ce nombre qu’en 2019 et 2020, lorsque Netanyahu se présentait aux élections.

Bennett a éliminé la politique de tenir quatre réunions par an du Conseil supérieur de planification pour la Judée et la Samarie. Mais même Netanyahu avait abandonné cette pratique, qu’il avait lui-même initiée.

Appels d’offres

Netanyahu a gelé la publication d’appels d’offres publics pour des projets de logements dans les implantations en Cisjordanie au cours des deux premières années suivant sa reprise de fonction. Bennett a fait avancer leur publication. Selon Peace Now, des appels d’offres ont été lancés pour 1 550 logements , contre une moyenne de 1 343 appels d’offres par an publiés sous Netanyahu.

Avant-postes

Bennett a autorisé la création de six avant-postes illégaux, au cours de sa première année au pouvoir, a autorisé une communauté naissante et a avancé la légalisation de deux autres.

Au cours de son mandat, le ministère de la Justice a émis un avis juridique selon lequel ces communautés illégales pourraient être connectées aux infrastructures de services publics nationales qui existent en Cisjordanie.

Plus tôt ce mois-ci, la ministre de l’Intérieur, Ayelet Shaked, a annoncé qu’elle prévoyait d’inclure de l’argent pour ces communautés non autorisées dans le budget 2023, une décision qui est désormais peu susceptible de se produire à la lumière des élections.

Netanyahu, en revanche, a promis aux États-Unis en 2009 qu’il supprimerait 21 de ces avant-postes, conformément aux promesses faites par ses prédécesseurs. Il n’a pas tenu cet engagement et a entamé un processus de légalisation de certains des 100 avant-postes en tant que nouveaux quartiers des localités existantes. Il a décidé de légaliser 22 avant-postes de cette manière, dont 17 ont achevé leur autorisation pendant son mandat, selon les données de Peace Now. Deux avant-postes devaient devenir de nouvelles localités et trois ont été autorisés en tant que nouvelles.

Aucune nouvelle production n’a été créée au cours de ses premières années, mais 71 avant-postes ont été créés pendant son mandat, dont beaucoup étaient des communautés agricoles. À une exception près, Netanyahu n’a jamais donné son feu vert à l’autorisation massive des avant-postes. En 2017, le cabinet de sécurité a créé un comité pour travailler sur l’autorisation des avant-postes, mais il n’a jamais reçu le soutien nécessaire et s’est dissous.

Netanyahu s’est également plié aux jugements de la Haute Cour de justice et a autorisé l’évacuation d’un certain nombre d’avant-postes et de maisons d’avant-poste construits sur des terres palestiniennes privées, tels que Migron, le quartier d’Oulpana et Netiv Ha’avot.

Globalement parlant, les avant-postes étaient des communautés non autorisées, lorsque Netanyahu est entré et a quitté ses fonctions. Il en était de même pour Bennett.

La zone E1

Bennett et Netanyahu soutiennent tous deux un plan de construction de 3 414 maisons de poseurs dans une zone non construite de la ville de Ma’aleh Adumim, connue sous le nom de E1, mais aucun n’a donné son approbation finale.

Le projet a d’abord avancé sous Bennett, puis il l’a gelé sous la pression des États-Unis, puis il l’a laissé avancer à nouveau. Netanyahu, en revanche, n’a pas commencé à avancer sur le projet E1 avant d’être en poste depuis plus de deux ans. Puis il a gelé les débats, puis il les a repoussé lors des cycles électoraux après 2018.

Barrière de sécurité

Bennett a ressuscité l’ancienne barrière de sécurité, conçue à l’origine en 2002 au plus fort de la deuxième Intifada pour protéger les Israéliens des kamikazes palestiniens.

Cette semaine, Tsahal a commencé à reconstruire un tronçon de 45 km de la barrière dans le nord de la Samarie, remplaçant ses clôtures grillagées et son dispositif de sécurité par un mur en béton de neuf mètres. Bennett n’a pris des mesures, cependant, qu’après une série d’attentats terroristes au début de cette année qui ont fait au moins 18 morts.

Le projet lui-même a été en grande partie gelé par l’ancien Premier ministre Ehud Olmert, mais Netanyahu ne l’a jamais achevé et l’a laissé tomber encore plus en ruine. Il a également raccourci le parcours de la barrière de plus de 800 km à 525 kilomètres.

Telegram  

Je rappelle à tous les lecteurs qu’il y a trois sites liés à la société d'informations de défense d'Israel de la société reconnue Alyaexpress-News 1) Le site Infos Israel News avec le lien Telegram à partager : Lien Telegram à partager : https://t.me/infoisraelnews Lien du site Infos Israel à partager : https://infos-israel.news/
  2) Le site RAK BE ISRAEL pour les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel, pas forcément que la guerre et les attentats, mais aussi les nouvelles decouvertes technologiques, medicales, écologiques, ...et les bons conseils pour nos olim de France ! Lien du site Rak Be Israel à partager : https://rakbeisrael.buzz/
  3) Le site CQVC est plus dans la recherche, les analyses, et les preuves que l'Autorité palestinienne n'a jamais vraiment existé...de quoi vous defendre sur les groupes anti-sionistes, à mort les fakes news ! Lien du site à partager : https://cqvc.online/
  4) Rendez vous aussi sur le site de la société Alyaexpress-News qui réunit les infos de tous nos sites en même temps : Lien du site à partager : https://alyaexpress-news.com/
  5) Et le site Ougasheli pour ceux qui aiment la pâtisserie et la cuisine juive , des recettes qui sont illustrées et expliquées par Sabrina qui est une amoureuse de la bonne cuisine et la pâtisserie fine … Lien du site à partager : https://ougasheli.com/
  6) N'oubliez pas de faire votre shopping sioniste sur Israel Chrono : produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables ! Lien du site à partager : https://israelchrono.com/
  7 ) Cependant nous pensons aussi à nos lecteurs qui veulent se faire connaitre et qui auront la possibilité sur ce groupe d'Alya de 3600 personnes dont nous sommes administrateurs de poster un lien pour votre publicité afin de vous aider dans votre parnassa et votre alya ( les liens des groupes télégram sont interdits) Lien du groupe Alya sans langue de bois : https://www.facebook.com/groups/746330378765450 Partagez nos liens , c'est la seule chose que nous vous demandons en retour, nous ne demandons pas d'argent , pas de conditions , juste partager !