Yom HaShoah : l’Institut d’Anatomie de l’Université de Strasbourg a conservé dans le formol les restes de corps de 86 juifs.

 

 

Rejoignez moi sur la Newsletter, Telegram et Facebook 

Newsletter
Telegram
Facebook

Le documentaire «Au nom de la race et de la science. Strasbourg 1941-1944 », révèle la découverte de 86 corps qui faisaient partie d’un projet nazi. Celui de laisser une trace du peuple juif une fois exterminée.

Ce fut le 23 Novembre 1944 lorsque les troupes alliées de la 2e Division blindée du général Leclerc ont libéré la ville de Strasbourg du joug nazi, huit jours plus tard, ils découvrent l’horreur: des corps sauvagement mutilés de 86 Juifs dans le sous-sol de l’Institut d’Anatomie de l’Université de Strasbourg.

A Rothau un village alsacien près de Natzweiler-Struthof, ce fut le seul camp de concentration nazi sur le territoire français, que l’on peut découvrir sur le documentaire «Au nom de la race et de la science. Strasbourg 1941-1944 « .

Le documentaire Au nom de la race et de la science 1941-1944 , d’une durée de 55 minutes, a été réalisé par Sonia Rolley, Axel et Tancrède Ramonet. Il sera projeté en avant-première au cinéma Le Royal, à Rothau, ce jeudi à 13 h, à l’initiative notamment du Centre européen du résistant déporté, de France 3 et du producteur du film Temps Noir. La projection sera suivie d’un débat à 14 h, puis d’une visite du camp.

La diffusion du documentaire est prévue sur France 3, le 29 avril à 23 h 50 et sur France 3 Alsace le 18 mai à 15 h 20

Avec des images inédites et des photos, le film raconte en seulement 55 minutes comment les corps ont été découverts tués par des nazi pour un projet visant à laisser une trace de la race juive, une fois que celle soit exterminer.

La séquence se divise en plusieurs parties comme la déportation, la concentration, l’expérimentation, la chambre à gaz, le déni, l’impunité et l’oubli.

Rolley affirme en tant qu’étudiant en journalisme à Strasbourg en 2005, il a entendu la rumeur selon laquelle il y aurait « des morceaux de Juifs » dans une collection anatomique de l’Université.

Rolley a découvert l’expérience terrible « il a été également  reconnus que ces expériences ont été soutenues par des alliés européens et soutenu par certains d’entre eux, même après la découverte de leurs crimes. »

Sous le commandement de Heinrich Himmler, 87 hommes et femmes juifs ont été sélectionnés à Auschwitz en 1943,ils ont déménagé à Struthof (à 60 km de Strasbourg dans les Vosges) et sont mort dans la chambre à gaz du camp. L’un d’eux a refusé d’entrer dans la chambre à gaz et a été exécuté par un coup de feu.

Les 86 corps gazés ont été envoyés à l’Institut d’Anatomie à l’Université de Strasbourg, où ils ont été conservés dans le formol.
Quelques jours avant l’arrivée des alliés a Strasbourg, Himmler ordonna la destruction de 86 corps. De ce nombre, 70 ont été massacrés pour empêcher l’identification et 16 sont restés entiers.

«Au nom de la race et de la science. Strasbourg 1941-1944 « met un visage, et le nom complet des responsables.

Août Hirt, médecin allemand, membre de l’Institut d’anthropologie raciale « Ahnenerbe» et professeur à l’Université de Strasbourg, a été celui qui a demandé l’envoi d’organes à Himler. Il s’est enfui deux mois avant libération et s’est suicidé en Janvier 1945.

Wolfram Sievers, du côté de Himmler, était l’un des administrateurs de la « Ahnenerbe » et a essayé de prouver l’existence d’une race supérieure. Il a été condamné à mort au procès de Nuremberg et exécuté.

Bruno Beger, anthropologue allemand, membre du « Ahnenerbe », s’est rendu au Tibet à la recherche de traces de la race aryenne et Hirt a travaillé à l’Université de Strasbourg. Il a été condamné en 1971 en tant que complice pour l’assassinat des dizaines de Juifs pour créer la collection anthropométrique.

Joseph Kramer, connu sous le nom « La Bête de Belsen » était le commandant des camps de concentration nazis de Bergen-Belsen et Struthof. Il a été condamné à mort et pendu.

Le documentaire présente des témoignages de certains experts, comme le docteur en histoire  Robert Steegmann, le chirurgien Yves Ternon, l’expert en histoire et culture  Johann Chapoutot , le professeur de neurophysiologie Pierre Karli, et l’historien et journaliste Hans Joachim Lang.

Dans les années nonante du siècle dernier, Lang a entendu parler des restes de 86 personnes trouvées dans le sous-sol de l’Institut d’anatomie de l’Université de Strasbourg.

Obsédé par cette action, il a  menées des recherches pour la génération de leurs parents et grands-parents, Lang a publié en 2003 «Les noms derrière la plaque d’immatriculation » qui révèle le nom et la vie de la majorité des 86 victimes.

Un mémorial avec les noms des 86 victimes juives a été mis en place en 2005 dans le cimetière juif de Strasbourg, qui se lit comme suit: «… a servi de cobayes humains au nom de la science au service du mal. » EFE

Notre canal Telegram en temps réel est devenu privé pour des raisons de sécurité, pour le rejoindre veuillez vous rendre avec ce lien : https://t.me/+SHjkfg13uJlbAcnk


Nos autres sites sur Alyaexpress-News
  • Infos Israel News - Toute l'info en direct d'Israel
Lien  : https://infos-israel.news/
  • RAK BE ISRAEL - Les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel
Lien  : https://rakbeisrael.buzz/
  • CQVC - Recherche et analyses contre les fakes news !
Lien : https://cqvc.online/
  • Alyaexpress-News - Les infos de tous nos sites réunis :
Lien  : https://alyaexpress-news.com/
  • Ougasheli - La pâtisserie et la cuisine juive
Lien  : https://ougasheli.com/
  • Israel Chrono : Vente produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables !
Lien : https://israelchrono.com/