🔴 Chaos au Sri Lanka : Selon les israéliens « Il y a des coupures de courant et de graves pénuries de carburant »

Ă€ Colombo, la capitale du Sri Lanka, qui connaĂ®t actuellement la crise Ă©conomique la plus profonde, un chaos complet s’est ensuivi : hier, le prĂ©sident Gotabai Rajapaksa a secrètement quittĂ© la rĂ©sidence et, selon certaines informations, tente Ă©galement de quitter secrètement le pays. Aujourd’hui, plus de 100 000 manifestants se sont rassemblĂ©s dans la capitale et ont encerclĂ© les bâtiments gouvernementaux, malgrĂ© des mesures policières sĂ©vères, certains d’entre eux ont franchi les cordons et se sont emparĂ©s de la rĂ©sidence prĂ©sidentielle.

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

Le Sri Lanka traverse une grave crise Ă©conomique, le pays manque de carburant, d’Ă©lectricitĂ©, de nourriture et de mĂ©dicaments. L’inflation a dĂ©passĂ© 50% le mois dernier. La dette extĂ©rieure du pays a atteint 51 milliards de dollars.

Les autoritĂ©s ont tentĂ© d’empĂŞcher les manifestations et d’annoncer un couvre-feu vendredi, mais cela a Ă©chouĂ© sous la pression de l’opposition et des organisations de dĂ©fense des droits de l’homme. Lors des Ă©meutes d’aujourd’hui, pour tenter d’empĂŞcher les manifestants d’entrer dans les bâtiments gouvernementaux, la police a utilisĂ© des gaz lacrymogènes et des canons Ă  eau. On signale qu’au moins 33 personnes ont Ă©tĂ© grièvement blessĂ©es, dont un certain nombre d’agents de sĂ©curitĂ©.

MalgrĂ© les efforts de la police, la foule a franchi les barrières et occupĂ© la rĂ©sidence de Rajapaksa. Les retransmissions en direct de lĂ  vers Facebook sont rĂ©alisĂ©es par les manifestants eux-mĂŞmes. Les images montrent des centaines de personnes se pressant et scandant des appels au dĂ©part adressĂ©s au prĂ©sident Rajapaksa, tandis que d’autres dansent et s’Ă©battent dans la piscine.

Selon la constitution sri-lankaise, il est presque impossible de destituer le chef de l’État, Ă  moins qu’il ne dĂ©missionne volontairement.

Alors que des milliers de manifestants dans la capitale Colombo ont franchi les postes de contrĂ´le de la police aujourd’hui (samedi) et ont pris d’assaut la rĂ©sidence officielle du prĂ©sident – Dror Riva, un IsraĂ©lien actuellement au Sri Lanka a dĂ©clarĂ© « nous n’avons pas peur que des Ă©meutes atteignent notre rĂ©gion, cela se produit principalement dans la rĂ©gion de Colombo. »

« Je suis Ă  Arugam Bay, une ville de surf dans l’est du Sri Lanka, Ă  environ six heures de route de Colombo », a dĂ©clarĂ© Riva Ă  Israel Today. « Ce n’est pas la première fois que je viens ici, j’Ă©tais Ă  la fois il y a un an et il y a trois ans et je connais bien la rĂ©gion. »

Il a dĂ©clarĂ© qu’il n’y avait pas de rĂ©el danger ni d’Ă©meutes dans la zone oĂą il sĂ©journait : « Aujourd’hui, c’Ă©tait une manifestation calme et agrĂ©able de sympathie des habitants et des touristes et les habitants Ă©taient très heureux que les touristes les soutiennent et viennent manifester Ă  leurs cĂ´tĂ©s ». Ça change tous les jours. Les hĂ´tels et les restaurants ont des gĂ©nĂ©rateurs donc c’est moins perceptible mais pour ceux qui n’en ont pas, ils doivent se dĂ©brouiller sans Ă©lectricitĂ© pendant ces heures.

Il a ajoutĂ© qu' »il y a une pĂ©nurie et une limite de carburant et donc il y a une augmentation des prix. Autrefois un voyage en tuk-tuk coĂ»tait trente shekels et maintenant ça coĂ»te le double, les touristes qui viennent avec de l’argent sont moins touchĂ©s que ça, ça affecte principalement les locaux. Il y a des touristes du monde entier sinon l’ambiance gĂ©nĂ©rale est gĂ©niale. Les citoyens ici ne veulent pas faire de mal aux touristes et nous l’avons ressenti mĂŞme lorsque nous avons atterri Ă  Colombo.

« Nous sommes arrivĂ©s il y a environ une semaine et avons croisĂ© une manifestation de locaux qui bloquaient la route, quand ils ont rĂ©alisĂ© que c’Ă©tait des touristes, ils ont dĂ©gagĂ© la route et nous ont laissĂ© passer. En ce moment dans notre rĂ©gion, il y a un peu plus d’une centaine d’IsraĂ©liens et nous n’avons pas peur des Ă©meutes dans notre rĂ©gion.

Comme mentionné, à la suite des vives protestations, le président du Parlement du Sri Lanka a annoncé que le président devrait démissionner mercredi prochain.

De plus, après la violation des postes de contrôle de la police, le Premier ministre sri-lankais Renil Wickremsinga est prêt à démissionner pour faire place à un gouvernement de tous les partis, a déclaré son ministère dans un communiqué après que les manifestants ont fait irruption dans la résidence présidentielle. Après plusieurs heures, sa maison privée a été incendiée par des manifestants.

🟦 ANNONCE 🟦