Le miracle de Hanoucca au couple attendant leur bébé

À Hanoucca il y a deux ans, Naomi Mendel, 36 ans, de la ville d’Efrat, a décidé de réaliser un rêve et de servir de mère porteuse pour un couple où la femme a du mal à tenir la grossesse jusqu’à l’accouchement.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Exactement cette année, lors de la première bougie de Hanoukka, elle a donné naissance à Hadassah Ein Kerem au bébé du futur couple, a allumé leurs cœurs et les a transformés en une famille.

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

« Il y a quelques années, j’ai été exposée au monde de la maternité de substitution, et cela m’a vraiment fasciné. J’ai toujours eu une partie qui voulait faire cette chose merveilleuse. J’ai quatre enfants à la maison, et quand nous avons réalisé que notre cellule familiale était complète, nous savions que c’était le bon moment pour réaliser le rêve de » mère porteuse  » est la définition, pour un couple qui attend un bébé « , a déclaré Naomi.

Elle a noté que « dans le passé, la loi de l’État d’Israël peut être utilisée comme mère porteuse pour celles qui ont eu jusqu’à quatre naissances jusqu’à l’âge de trente-six ans. Ce qui a renforcé en moi et mon mari le sentiment que je pouvais faire un acte incroyable qui changerait la vie de quelqu’un d’autre. Symboliquement, à Hanoukka, j’ai commencé le processus devant un coordinateur qui m’a référé pour de nombreux tests et enquêtes. « 

Publicité 

« La façon d’être porteuse nécessite un peu de bureaucratie et de nombreux tests médicaux – pendant une année entière, j’ai subi de nombreux tests, diverses évaluations et rempli de nombreux formulaires puis un rendez-vous et on a décidé d’y aller », ajoute Naomi.

Elle a déclaré : « Nous avons encore subi des tests, et encore une bureaucratie conçue pour me protéger ainsi que le couple qui recevra le bébé. C’est vrai, c’est assez long, mais celui qui croit en l’objectif et s’y tient fait ce qui est requis avec joie et amour. Le processus est étonnant, spécial et long et accepter sans l’ombre d’un doute que le bébé appartient à une autre famille et c’est génial. »

« Après que la grossesse ait été déclenchée, nous avons dit aux enfants à la maison qu’il y avait un couple que nous connaissions qui ne pouvait pas garder le bébé dans le ventre de la mère et qu’à partir de maintenant je garderais le bébé dans mon ventre et une fois le bébé sorti, il resterai leur bébé et pas le nôtre. Ils se posaient des questions comme « Qui va allaiter le bébé » et l’un des enfants était tellement excité qu’il a partagé cette nouvelle à toute l’école le lendemain. Nos enfants ont rencontré le couple à qui nous avons donné ce bonheur et c’est ainsi que la boucle s’est fermée. C’était très stimulant. « 

« Deux ans que nous avons commencé le processus, lors de la première bougie de Hanoukka, j’ai offert un cadeau à un couple cher et les ai transformés en une famille. J’ai accouché à Hadassah Ein Kerem. Dès le premier instant, lorsque je suis arrivée à la salle d’accouchement, cette la naissance a été pleine de lumière et de pouvoir. Après la naissance, j’ai été promue au service des femmes, et même là, l’attitude des infirmières était pleine d’empathie, de compréhension et de professionnalisme. La naissance et l’hospitalisation qui a suivi fut pour le mieux. C’est une expérience tremblante et puissante qui apporte beaucoup de lumière à une autre famille et je suis vraiment heureuse d’en faire partie. Et maintenant, je suis de retour à ma famille », a-t-elle conclu.

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   

🟦 ANNONCE 🟦