Abattage en Syrie: 270 morts et plus de 500 blessés (dont des enfants décapités!)

 

🟦 ANNONCE 🟦

« Homs a connu une catastrophe. Il y avait des corps sans tête d’enfant »

C’est ce qu’ont affirmé des témoins lors de ces attaque d’obus de mortier dans les maisons et des mosquées. La ville syrienne de Homs a vécu dans la soirée de vendredi une catastrophe dans tous les sens du mot. Selon des témoins , le régime de Bachar al-Assad , a attaqué et ils ont découvert l’horreur en trouvant des victimes décapitées qui étaient pour la plupart des enfants.

Publicité 

L’opposition affirme que la répression a causé au moins 260 morts et 500 blessés. Un témoin, Abou Bilal al-Homsi, a déclaré à Efe par téléphone qu’il a aidé à recueillir des restes humains dispersés après l’offensive militaire. Il a également déclaré que le nombre de décès a augmenté par l’absence de traitement médical adéquat à cause des « forces du régime  » de Homs, le  fief de la rébellion contre le régime.

Dans la ville de Al Homsi, on ne prévient pas les civils comme le fait Israel pour Gaza, afin de ne pas causé de dommage collatéraux, mais dans le cas de la Syrie ce fut un bombardement aveugle, touchant des bâtiments occupés et des mosquées. Selon son témoignage, les forces gouvernementales ont utilisé des armes lourdes et des tirs de mortier. Le feu provenaient de trois endroits : au siège de politique de Homs, à Chemchem-Karam, un quartier habité par une minorité alaouite à laquelle la majorité de la famille Assad appartient, et un poste de contrôle militaire établi dans la banlieue de la ville.

Il a été révélé que les opposants ont réussi à s’infiltrer dans les lignes de communication militaires et ainsi ont espionné les conversations des officiers.

Les obus de chars

Un autre témoin, du nom de  Abul Ward al-Masri, a confirmé l’existence de corps d’enfants décapités et a déclaré qu’à Khaldiyah Al, ce fut la ville la plus touchée après avoir été bombardé avec des bombes et des obus, mais aussi des balles .

 « C’est une catastrophe dans tous les sens du mot»,

a déclaré al-Masri, qui a expliqué que les blessés sont traités dans leurs quartiers par des étudiants en medecine bénévoles.

« Il y a de nombreuses maisons effondrées et nous ne pouvons rien faire par manque d’équipement approprié, « at-il dit.

D’autre part, l’Observatoire syrien des droits de l’homme a condamné samedi les décès de 12 civils lors d’un enterrement qui s’est tenue à la ville de Daraya, à environ 20 kilomètres de la capitale syrienne.

Les condamnations pour Israel sont toujours plus bruyantes…on se demande pourquoi ?

🟦 ANNONCE 🟦