Accusé d’espionnage pour Israel, cet universitaire irano-suédois sera exécuté aujourd’hui par l’Iran

L’universitaire irano-suédois emprisonné Ahmadreza Djalali, accusé par l’Iran d’espionnage pour Israël, pourrait être exécuté en Iran dès mercredi, ont déclaré des groupes de défense des droits et son épouse.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Djalali, qui vivait auparavant à Stockholm, où il travaillait à l’Institut Karolinska, une université de médecine, a été arrêté lors d’une visite en Iran en avril 2016 et condamné à mort en octobre 2017.

Il a été reconnu coupable d’avoir transmis à l’agence de renseignement israélienne du Mossad des informations sur deux scientifiques nucléaires iraniens qui avaient conduit à leurs meurtres. Djalali a affirmé qu’il était puni pour avoir refusé d’espionner l’Iran alors qu’il travaillait en Europe.

Il a obtenu la nationalité suédoise en février 2018, alors qu’il était en prison.

Le groupe iranien de défense des droits humains a déclaré mardi que Djalali était « à risque imminent d’être exécuté et que seule une réaction forte et urgente de la communauté internationale peut lui sauver la vie ».

Publicité 

Son épouse, Vida Mehrannia, a déclaré au groupe qu’il avait été transféré mardi à la prison de Rajai Shahr. L’Iran procède généralement à des exécutions au centre-ville, et généralement le mercredi .

Mehrannia a déclaré au Guardian mardi: «Je lui ai parlé il y a une semaine et ce qu’il a dit qu’il allait se passer se passe. Il sera exécuté demain, à moins que quelqu’un n’intervienne.

« Je ne suis pas une personne politique, mais tout ce que je peux demander, c’est que les pays qui ont de l’influence, peut-être l’Autriche et les États-Unis, demandent à l’Iran d’ouvrir sa porte et d’annuler sa condamnation », a-t-il déclaré.

La porte parole spéciale des Nations Unies sur les exécutions extrajudiciaires, Agnès Callamard, a averti mardi dans un communiqué que l’exécution de Djalali était imminente.

«Le ‘juge’ qui a supervisé le meurtre arbitraire a déclaré que la famille bénéficierait d’une dernière visite avant leur exécution. Des vies humaines, juste des pions dans la politique internationale, rien de plus, aucune vision de l’avenir », a déclaré Callamard.

La semaine dernière, l’Iran a mis en garde contre « toute ingérence » de la Suède dans cette affaire après que Stockholm ait appelé à l’arrêt de l’exécution.

« Le pouvoir judiciaire de la République islamique est indépendant – toute ingérence dans la publication ou l’exécution des décisions judiciaires est rejetée comme inacceptable », a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères Saeed Khatibzadeh dans un communiqué.

La ministre suédoise des Affaires étrangères Anne Linde s’était adressée à Twitter après avoir été en contact avec son homologue iranien Mohammad Javad Zarif, à la suite d’informations selon lesquelles Téhéran se préparait à exécuter Djalali, un spécialiste. en médecine d’urgence.

« La Suède dénonce la peine de mort et s’emploie à faire en sorte que la condamnation à l’encontre de Djalali ne soit pas exécutée », a écrit Linde.

Khatibzadeh a déclaré que les informations utilisées par les autorités suédoises pour informer leur position sur la situation de Djalali « étaient incomplètes et fausses ». Il n’a pas donné de détails.

Les avocats de Djalali ont également affirmé avoir été empêchés de soumettre des mémoires avant l’audience de la Cour suprême.

La condamnation à mort de Djalali a été largement condamnée par des groupes de défense des droits, notamment Amnesty International et par des experts des droits de l’ONU.

La semaine dernière, l’Iran a libéré la chercheuse anglo -australienne Kylie Moore-Gilbert après avoir passé 804 jours derrière les barreaux pour espionnage présumé. Elle a été libérée lors d’un échange contre trois Iraniens lié à un plan raté visant à tuer des responsables israéliens à Bangkok.

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   
🟦 ANNONCE 🟦