Affaire NSO: Macron s’est entretenu avec Bennett et a exprimé son inquiétude quant à la surveillance de son téléphone

Le bureau du Premier ministre n’a pas commenté le rapport, qui a été publié pour la première fois dans News 12. Des sources de l’administration américaine ont contacté ces derniers jours une source de sécurité israélienne et ont demandé des éclaircissements sur l’affaire.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le président français Emmanuel Macron s’est entretenu avec le Premier ministre Naftali Bennett jeudi (jeudi) et a exprimé son inquiétude suite à l’information selon laquelle le Maroc l’aurait choisi comme cible pour une surveillance à l’aide d’un logiciel de la société israélienne NSO. La conversation – la première entre les dirigeants depuis que Bennett est entré dans le bureau du Premier ministre – a été rapportée pour la première fois ce soir sur News 12. Des responsables de l’administration américaine ont contacté ces derniers jours une source de sécurité israélienne, lui demandant de connaître les détails de l’affaire et ont dit qu’ils étaient dérangés par les rapports. Le bureau de Bennett n’a pas commenté le reportage de la chaine 12.

Plus tôt cette semaine, il a été rapporté dans « Le Monde » que lors d’une enquête internationale, l’un des numéros de téléphone de Macron avait été marqué comme une cible de suivi possible par les services de renseignement au Maroc. L’organisme de sécurité a utilisé le logiciel de suivi Pegasus de NSO. Il s’agit de l’un des 10 000 numéros de téléphone sélectionnés comme cibles par le Service de sécurité de l’État marocain – un client de l’ONS. De tous les numéros choisis par les éléments au Maroc, 10 % étaient des numéros de téléphone français. Selon les données révélées, le numéro de Macron est régulièrement apparu sur la liste des destinations potentielles à suivre, de 2017 jusqu’à récemment.

🟦 ANNONCE 🟦

Il a également été révélé cette semaine dans le cadre du Pegasus Project qu’une équipe d’enquête internationale de 80 journalistes de 17 médias dans dix pays, dont Haaretz et TheMarker – que la fille et l’ex-femme de Dubaï ont été sélectionnées comme cibles potentielles pour la surveillance de l’un des clients de l’ONS. Le Washington Post a rapporté que deux des numéros de la base de données appartenaient à la princesse Latifa Binat Muhammad al-Maktoum et à la princesse Haya Binat Hussein, la fille et la sixième épouse (respectivement) du souverain de Dubaï et du Premier ministre des Émirats arabes unis, Cheikh Muhammad bin Rashid al- Maktoum. Des numéros supplémentaires dans la base de données appartiennent aux associés des princesses.

L’année dernière, il a été signalé que NSO avait vendu ses logiciels espions aux Émirats arabes unis et aux pays du golfe Persique – grâce à la médiation officielle et aux encouragements d’Israël. Pegasus vous permet de pénétrer dans les téléphones, de copier leur contenu et parfois même de les utiliser à distance pour l’enregistrement et la photographie.

Publicité 

Plus tôt cette semaine, NSO a publié une réponse aux publications du projet Pegasus. « Le rapport Forbidden Stories est plein d’hypothèses erronées et de théories non vérifiées, soulevant de sérieux doutes sur la crédibilité et les intérêts des sources », a déclaré la société.

 
🟦 ANNONCE 🟦