Au Maroc, Israël est perçu comme une solution à de nombreux problèmes

Cabanes en bois, champs verdoyants, routes interurbaines – à travers la fenêtre de l’avion Boeing, nous semblons planer au-dessus des steppes du Néguev, mais en fait, nous allons atterrir à Casablanca. Quelques minutes passent, et nous traversons déjà les couloirs éblouissants de l’aéroport et sommes accueillis par « Bonjour, Monsieur ». 66 ans plus tard, l’empreinte de l’occupation française est toujours présente. Bienvenue au Maroc.

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

Casablanca est la plus grande ville du Maroc, avec plus de 4 millions d’habitants. Comme Tel-Aviv, elle sert également de capitale économique du royaume. La ville, considérée comme la porte maritime du royaume, a été établie au VIIe siècle comme un petit village de pêcheurs sur les rives de l’océan Atlantique, et a été détruite à plusieurs reprises par les Européens. Au XVIIIe siècle, la ville a été refondée par un sultan de la dynastie alaouite, qui règne toujours sur le Maroc.

En tant que grande ville commerçante, Casablanca abritait également la plus grande communauté juive du pays. Et évidemment, deux des citadins que je rencontre sont sûrs que je suis l’un des leurs. Pourtant, je suis moi-même à moitié marocain : la famille de ma mère a immigré en Israël dans les années 1960, et mes grands-parents se sont installés à Yeruham et ont élevé huit fils et filles. Quand elle a grandi, ma mère est partie pour le Gush Dan et a épousé mon père, alors officier dans l’armée de l’air et natif du pays. Il y a environ un an, ma mère et ma grand-mère, Fanny Kleiman et Sima Knafo, sont décédées l’une après l’autre.

Lors d’une visite dans l’ancien quartier juif de Casablanca, je découvre même le bâtiment rose et écaillé qui était leur maison. Un jour, m’a dit ma grand-mère, ma petite mère est tombée du balcon de l’appartement et s’est retrouvée coincée dans les cordes à linge entre ciel et terre. Le propriétaire a répondu aux appels de ma grand-mère et, avec son ami, a étendu un tapis sur la poussière de la rue. Un autre ami est monté à l’appartement et a libéré la jambe de ma mère des cordes à linge. Elle est tombée directement dans le tapis et s’en est sortie indemne.

C’est un endroit simple. Taudis. Les enfants courent dans les allées sans asphalte et s’adonnent à un vieux bal. Lorsqu’ils remarquent que je prends des photos des bâtiments, ils se rassemblent autour de moi pour me demander une photo depuis leur smartphone. L’un d’eux sourit et marque « V » dans sa main. Ensuite, il insiste pour voir la photo.

C’est bizarre de voyager à l’étranger et de ne pas se sentir étranger. C’est peut-être ça, quand les yeux noirs et ronds des femmes sont les yeux de ta mère, quand la fine moustache du colporteur au marché ou la peau des passants est la peau d’orange de ton frère.

« Partenariat de doublement de puissance »
Environ deux ans se sont écoulés depuis la signature des accords abrahamiques. Après presque deux décennies, Israël et le Maroc ont renoué des relations rompues pendant les jours sanglants de la seconde Intifada. Alors que la normalisation a un aspect économique distinct, elle bénéficie d’un lien culturel profond. Il ne s’agit pas seulement de liens entre pays, mais aussi de relations avec la diaspora, et Israël est perçu au Maroc comme le siège de la deuxième plus grande diaspora marocaine au monde après la France.

« Il existe un concept appelé ‘dialna’ (le nôtre ; shek), il est donc plus facile pour les Marocains et les Israéliens de travailler ensemble », explique Einat Levy, responsable de l’économie à l’ambassade d’Israël à Rabat. Pour eux, les Israéliens marocains sont plus proches d’eux que les Egyptiens ou les Jordaniens. Quand Israël est considéré comme faisant partie du Moyen-Orient en Israël, cela leur semble étrange. »

« L’image du Maroc », ajoute-t-elle, « reste liée à la nostalgie des années 1950 et 1960 et à ce que les Israéliens entendaient de leur grand-mère sur la vie des Juifs là-bas, même si le pays a connu de grands changements depuis lors ». Ils savent beaucoup sur Israël au-delà de ce qu’ils ont entendu dans les nouvelles ».

Dans le contexte du renouvellement des relations, les entreprises israéliennes de l’industrie de haute technologie sont intéressées à récolter les fruits de la normalisation, y compris la coopération économique avec les investisseurs et les hommes d’affaires locaux. Les autorités marocaines, pour leur part, voient de leurs propres yeux à quel point des jeunes prometteurs quittent le pays à la recherche d’opportunités en Europe et en Amérique. Le renouveau des relations avec Israël peut donc être une solution à ce défi.

« L’expérience du Maroc en matière de commerce en Afrique et la base pratique qu’il utilise pour ses activités sur le continent pourraient être la contribution du Maroc aux exportateurs israéliens. Cela pourrait être un doublement du partenariat de puissance pour les deux parties », note Levy.

Isam al-Haddadi fait partie des jeunes qui incarnent la promesse. Il travaille pour la société israélienne Check Point depuis un an et neuf mois. Au cours des derniers mois, il a occupé le poste de chef de l’équipe de vente des technologies de sécurité logicielle. Si vous travaillez chez Corona depuis chez vous, vous avez probablement utilisé le logiciel de sécurité qu’il commercialise.

Nous nous rencontrons lors d’une conférence à Casablanca, où 13 protocoles d’accord sont signés entre des organismes israéliens et marocains. L’objectif principal est de promouvoir les collaborations dans l’industrie de haute technologie, y compris les investissements mutuels dans les domaines de l’énergie verte, de l’ingénierie alimentaire et de l’agriculture.

Isam (44 ans) vit actuellement à Casablanca. Il est diplômé d’une université de Munich et a travaillé pour des entreprises de haute technologie en Allemagne et au Royaume-Uni. Il rit beaucoup, et quiconque le connaît pourrait penser qu’il est un jeune homme dans la vingtaine. Depuis qu’il a commencé à travailler pour l’entreprise, il s’est rendu plusieurs fois en Israël, alors entre les phrases, il lance des mots en hébreu comme « Toda Raba ».

Isam aime Israël, en particulier Jérusalem, Herzliya et la promenade de la plage. « Nous (Israéliens et Marocains; SQ) communiquons beaucoup mieux, dit-il. « Réfléchir, faire des affaires, sans perdre de temps. Ce qui est également vrai de ma façon de penser. »

Actuellement, Isam est une hirondelle solitaire dans la haute technologie israélienne. Il ne connaît que dix autres Marocains qui travaillent pour des entreprises israéliennes comme lui, mais l’espoir est que ces quelques-uns deviendront des centaines.

Naturellement, l’industrie de la haute technologie au Maroc en est à ses balbutiements. Au cours de l’année 2021, les start-ups n’ont réussi à lever que 29 millions de dollars de capital, « une petite somme » par rapport aux montagnes de cash de l’industrie israélienne. Cependant, il s’agit d’un bond significatif par rapport à 2020, lorsque le financement était d’environ 11 millions de dollars. Au-delà de cela, l’industrie locale est confrontée à une bureaucratie qui empêche les entrepreneurs de créer rapidement des entreprises, et les entreprises mettent du temps à se stabiliser.

« Notre intention est que les Marocains puissent s’intégrer dans des entreprises de haute technologie lorsqu’ils travaillent depuis leur pays, ce qu’on appelle l’Offshore », explique Avi Hasson, PDG de Startup Nation Central, qui a initié la conférence. « Nous favorisons une certaine coopération entre les entreprises israéliennes et marocaines dans le domaine, et le modèle sera également examiné aux Emirats Arabes Unis et à Bahreïn. »

La tragédie de l’eau

Le Maroc n’est pas seulement gêné par la fuite des cerveaux. L’un des problèmes brûlants qui nous attendent est la crise climatique. Un couple de banquiers m’explique les difficultés de l’agriculture liées au réchauffement climatique et à la guerre en Ukraine, qui a entraîné une forte hausse des cours mondiaux du blé. Leur banque est chargée d’accorder des prêts aux entrepreneurs agricoles. Lors de la conférence, ils espèrent promouvoir des collaborations avec des start-ups israéliennes, ce qui réduira le risque pris par les prêteurs.

Un homme d’affaires local dit qu’il est venu à la conférence pour entendre parler des moyens d’utiliser l’eau plus efficacement. Le royaume est actuellement confronté à la pire sécheresse depuis 30 ans, et ses conséquences, dit-il, se font sentir principalement dans la périphérie, où l’agriculture est une industrie d’emploi majeure et où les infrastructures sont sous-développées.

Le ministre marocain de l’Eau, Nizar Bracha, a récemment expliqué dans un discours au parlement que la forte baisse des précipitations a dilué le niveau d’eau dans les réservoirs des barrages du royaume. Les barrages, érigés par le roi du Maroc dans les années 1990, ne suffisent plus à faire face à la sécheresse. D’où la grande importance des publications étrangères sur les contacts des entreprises israéliennes avec le Maroc concernant les projets de dessalement de l’eau, dont l’un à Casablanca.

A l’ombre de la recherche fébrile de sources d’eau, l’un des phénomènes courants est l’extraction de puits pirates. Souvent le puits ne produit pas du tout d’eau et reste vide, puis il devient un piège mortel. L’une des dernières victimes est Ryan, 5 ans, qui est tombé dans un tel puits en février dernier. Ryan a survécu pendant de longues heures, blessé et contusionné, au fond d’un puits dans le nord du pays, mais lorsqu’il a finalement été secouru, l’équipe de secours a été forcée de déterminer sa mort.

La tragédie a conduit le gouvernement marocain à mener une enquête approfondie sur les puits dangereux. Chaque année, les autorités documentent environ un millier de violations de la construction dans l’excavation de puits non autorisés, mais jusqu’à présent, il n’y a pas de données complètes. De plus, le gouvernement a lancé une campagne de sensibilisation auprès des puisatiers privés.

Et aussi – la menace iranienne

Au Maroc, Israël est considéré comme une solution, qu’il s’agisse de technologies d’irrigation, de dessalement de l’eau de mer et d’ingénierie alimentaire, ou d’opportunités pour les jeunes Marocains. Ce n’est pas pour rien que le roi Muhammad VI a donné sa bénédiction aux traités d’Abraham.

Et pourtant, dans le royaume, il y a aussi l’expression d’opinions différentes. Divers éléments au Maroc, même s’ils sont peu nombreux, n’approuvent pas la normalisation avec Israël, et vont même jusqu’à manifester. Le Mouvement pour la justice et le développement, un parti frère des Frères musulmans, n’occupait le poste de Premier ministre qu’il y a environ un an et demi, mais les accords de normalisation avec Israël l’ont mis dans un réel embarras. D’une part, c’est un parti anti-israélien dont le représentant, Saad a-Din al-‘Uthmani, a même félicité le chef du Hamas Ismail Haniyeh pour la « victoire » de l’opération Wall Guard. D’autre part, c’est un parti qui a siégé dans un gouvernement qui a renoué des relations avec Israël en échange de la reconnaissance américaine de la souveraineté du Maroc sur le Sahara Occidental.

La combinaison de la rhétorique populiste et des diktats du roi semble avoir été l’une des causes de l’effondrement dramatique du parti islamiste dans le 2021. Élection de 125 sièges, il est tombé à seulement 13 à la chambre basse avec 395 représentants, dans le cadre du parlement marocain avec 515 membres. C’était un accord de fin discordant pour une décennie entière au pouvoir, celle qui a commencé après les manifestations du printemps arabe.

Mais la roue peut tourner pour Israël. Le Parti de la justice et du développement tire sa force des sections les plus faibles. Une crise économique pourrait ramener le parti islamiste sur le devant de la scène, et par conséquent provoquer un recul des relations avec Israël ou un ralentissement important des initiatives en jeu, celles justement qui peuvent aider le Maroc.

Le Maroc a également un point de sécurité dans sa connexion avec Israël, en ce qui concerne la menace iranienne. Comme dans d’autres arènes du monde arabe, l’Iran sape les régimes en soutenant les milices locales. À la suite d’allégations d’assistance iranienne au Front Polisario au Sahara occidental, Rabat a rompu ses liens avec Téhéran en 2018. Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Burita, a alors accusé des membres du Hezbollah d’entraîner et d’armer des membres de l’organisation.

Dans ce contexte, en novembre 2021, un protocole d’accord de sécurité a été signé entre Israël et le Maroc, qui a jeté les bases d’une coopération en matière de renseignement et d’achat d’armes. Selon des informations étrangères, les industries aérospatiales israéliennes et le Maroc sont en pourparlers depuis plusieurs mois au sujet d’un incubateur d’entreprises pour le développement de drones, d’usines pour la production de véhicules aériens sans pilote.

Le conflit du Sahara occidental dure depuis 50 ans. Le Front Polisario bénéficie du soutien, de l’hospitalité et du financement de l’Algérie, et le Maroc contrôle la majeure partie de la région avec l’aide du mur qu’il a érigé du sud au nord, séparant le territoire oriental contrôlé par le Front Polisario. En 2007, le Maroc a proposé d’établir l’autonomie au Sahara occidental, mais s’est heurté à l’opposition de l’organisation.

C’est la reconnaissance américaine de la souveraineté marocaine qui a permis à l’État de réprimer les revendications du Polisario, mais même cela ne suffit pas toujours. L’Espagne, par exemple, a initialement refusé d’adhérer à la reconnaissance américaine de la région, et a même permis au chef du Polisario, Brahim R’ali, de subir un traitement contre Corona sur son territoire. Cette conduite a provoqué la colère à Rabat, et pendant plus d’un an il y a eu des tensions entre les pays.

Il a également été signalé à l’époque que les téléphones du Premier ministre espagnol Pedro Sanchez et d’autres hauts fonctionnaires à Madrid avaient été piratés par le logiciel espion israélien Pegasus. Les soupçons espagnols sont tombés sur les responsables au Maroc, mais l’Espagne s’est retirée des accusations et a ensuite fait de nouveaux gestes envers Rabat. Enfin, c’est le soutien espagnol à la proposition marocaine d’instauration de l’autonomie au Sahara occidental qui a mis fin aux tensions entre les parties.

Cette affaire peut avoir une leçon pour Israël concernant les relations avec le Maroc – il faut beaucoup de temps et d’efforts pour cultiver des liens avec le royaume. Il est très facile de les saboter.

L’auteur était l’invité de Startup Nation Central lors d’une conférence à Casablanca.

Nouvelles brèves en temps réel !

Rejoignez nous sur Telegram en cliquant sur ce lien :

https://t.me/infoisraelnews

Telegram  


Je rappelle à tous les lecteurs qu’il y a trois sites liés à la société d'informations de défense d'Israel de la société reconnue Alyaexpress-News 1) Le site Infos Israel News avec le lien Telegram à partager : Lien Telegram à partager : https://t.me/infoisraelnews Lien du site Infos Israel à partager : https://infos-israel.news/
  2) Le site RAK BE ISRAEL pour les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel, pas forcément que la guerre et les attentats, mais aussi les nouvelles decouvertes technologiques, medicales, écologiques, ...et les bons conseils pour nos olim de France ! Lien du site Rak Be Israel à partager : https://rakbeisrael.buzz/
  3) Le site CQVC est plus dans la recherche, les analyses, et les preuves que l'Autorité palestinienne n'a jamais vraiment existé...de quoi vous defendre sur les groupes anti-sionistes, à mort les fakes news ! Lien du site à partager : https://cqvc.online/
  4) Rendez vous aussi sur le site de la société Alyaexpress-News qui réunit les infos de tous nos sites en même temps : Lien du site à partager : https://alyaexpress-news.com/
  5) Et le site Ougasheli pour ceux qui aiment la pâtisserie et la cuisine juive , des recettes qui sont illustrées et expliquées par Sabrina qui est une amoureuse de la bonne cuisine et la pâtisserie fine … Lien du site à partager : https://ougasheli.com/
  6) N'oubliez pas de faire votre shopping sioniste sur Israel Chrono : produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables ! Lien du site à partager : https://israelchrono.com/
  7 ) Cependant nous pensons aussi à nos lecteurs qui veulent se faire connaitre et qui auront la possibilité sur ce groupe d'Alya de 3600 personnes dont nous sommes administrateurs de poster un lien pour votre publicité afin de vous aider dans votre parnassa et votre alya ( les liens des groupes télégram sont interdits) Lien du groupe Alya sans langue de bois : https://www.facebook.com/groups/746330378765450 Partagez nos liens , c'est la seule chose que nous vous demandons en retour, nous ne demandons pas d'argent , pas de conditions , juste partager !
 
🟦 ANNONCE 🟦