Cambriolage en Israël : ce sont les villes et les rues les plus touchées du pays

À la demande du Mouvement pour la liberté de l’information, la police israélienne a publié une base de données complète sur la criminalité dans le pays au cours des cinq dernières années. Pour la première fois depuis de nombreuses années, cela s’est fait sans un combat acharné avec les officiels et la menace de poursuites judiciaires – un changement pour le mieux est en train de se produire en Israël. Les données sur toutes les affaires pénales en vertu de n’importe quel article du Code pénal initiées en Israël de 2016 à 2021 sont désormais dans le domaine public.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Cependant, seules les personnes ayant des qualifications spéciales peuvent travailler avec de telles bases de données au format csv – un utilisateur ordinaire ne pourra pas obtenir les informations nécessaires à partir d’une « feuille » géante de chiffres. Par conséquent, le Mouvement pour la liberté de l’information a fait appel à des volontaires qualifiés pour analyser les données publiées et en extraire le maximum d’informations socialement significatives sur le niveau de criminalité de divers types dans différentes régions du pays au cours des cinq dernières années.

Le premier de ces travaux a été réalisé par le spécialiste de Tel-Aviv, Hovav Dror. Il a transformé des colonnes de chiffres en cartes qui montrent clairement à quel point le risque d’être victime d’un crime est élevé pour les habitants de différentes villes et régions d’Israël. Pour commencer, nous avons sélectionné des données sur les crimes contre les biens les plus courants – vols de vélos et cambriolages.

La carte des cambriolages montre que dans la plupart des régions d’Israël, le risque de cambriolage est d’une fraction de pour cent par an. Dans les villes et villages arabes, les cambriolages sont nettement moins nombreux que dans les villes juives voisines. Il existe des endroits bénis où le risque d’être victime de cambrioleurs d’appartements est de quelques centièmes de pour cent, mais dans les zones à danger accru (par exemple, dans certains quartiers de Kiryat Ata), il dépasse 3 % par an – c’est-à-dire qu’une famille habitant au moins trente ans dans un tel endroit, a un risque de se faire voler de cent pour cent.

Dans différents quartiers d’une même ville, la fréquence des cambriolages peut varier considérablement, parfois par ordre de grandeur, et les quartiers sécurisés des villas ne sont pas toujours à risque accru comme à Karmiel, par exemple, les riches villas du quartier de Makosh sont moins pillées souvent que des appartements et des cottages dans d’autres parties de la ville – peut-être grâce aux technologies de sécurité dont les propriétaires ont pris soin. D’une manière ou d’une autre, désormais, chaque Israélien peut savoir à quel point la zone dans laquelle il vit ou va s’installer est sûre.

Publicité 

La carte des vols de vélos montre que l’endroit le plus risqué d’Israël pour les propriétaires de véhicules à deux roues est le quartier de Neve Sheanan à Tel-Aviv – pour 100 de ses habitants âgés de 10 à 40 ans, 13 plaintes pour vol de vélos sont déposées chaque année. Les zones à haut risque (plus de 2 %) sont également les quartiers balnéaires de Tel-Aviv et certains quartiers de Petah Tikva. En province, les vélos sont rarement volés, le risque se mesure en fractions de pourcentage.

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   

🟦 ANNONCE 🟦