Un tribunal italien a statué ce soir (samedi à dimanche) sur la libération des trois suspects détenus pour interrogatoire à la suite de la catastrophe du téléphérique, environ quatre jours après leur arrestation. Selon le soupçon, les trois, qui comprennent le PDG, le directeur des opérations et le responsable du service, étaient responsables de l’utilisation de l’installation de la «fourche», un outil qui empêchait le bon fonctionnement des freins d’urgence. Celles-ci ont conduit au déchirement du câble sur lequel la caravane était remorquée et à la mort de 14 personnes, dont cinq Israéliens.

D’après l’enquête initiale, il a été signalé qu’il s’agissait d’une négligence qui était probablement lié à un paramètre financier. Les trois personnes ont fait l’objet d’une enquête parce qu’elles étaient soupçonnées de << suppression délibérée des précautions contre les accidents >>, un crime passible d’une peine pouvant aller jusqu’à 10 ans en prison.

En outre, le tribunal a décidé, selon les informations diffusées sur les sites d’information « La Stampa » et « La Republica », que le directeur du service, Gabriel Tadini, resterait assigné à résidence. Le juge du tribunal a déclaré qu’il n’y avait aucun danger à libérer les trois : « Il n’est plus nécessaire de les garder en prison car ils ne peuvent pas s’échapper et il n’y a aucun danger qu’ils nuiront à la preuve. »

Le rapport cite également le PDG de la société, Luigi Narini, qui a déclaré au juge d’instruction : « Je n’ai pas pu arrêter le téléphérique ». Selon la version de Narini, il n’avait pas à faire face aux problèmes de sécurité de l’usine. « Arrêtez de dire qu’il a épargné la sécurité », a déclaré son avocat au juge.

« La sécurité n’est pas l’affaire du commerçant », a ajouté l’avocat. « Non, il a dû arrêter le téléphérique car ce serait un conflit d’intérêts. L’Etat a pris soin de dire qu’un tiers était responsable de la sécurité. » Selon l’avocat, Narini a rapporté qu’il savait qu’il y avait une anomalie dans le système de freinage, mais qu’il ne savait pas sur l’utilisation de « fourches ». « Le pouvoir de sécuriser le téléphérique n’était pas le sien, il ne pouvait l’arrêter que s’il n’y avait pas de directeur des opérations. »

Publicité 

Tadini, le responsable du service, aurait confirmé avoir mis la «fourchette» à plusieurs reprises. « Les anomalies reflétées dans le système ne sont pas liées à la corde », a affirmé Tadini. « Il n’y avait aucun lien entre les problèmes avec les freins et ceux avec la corde. » Il a en outre affirmé devant le tribunal : « Je ne suis pas un criminel. Je ne laisserais jamais les gens ainsi si je pensais que la corde était déchirée. »

🔊 Abonnez vous à la nouvelle Newsletter !

ABONNEZ VOUS A NOTRE COMPTE YOUTUBE



IMPORTANT 

Facebook nous censure depuis quelques semaines. La solution ? Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News Sans censure, rejoignez moi sur l'application Telegram : https://t.me/infoisraelnews