Catastrophe écologique sur les plages israéliennes : des enquêteurs israéliens sont arrivés en Grèce et ont commencé à inspecter un navire suspect

Enquête sur la pollution par le goudron: Le ministère de la Protection de l’environnement a mis à jour ce soir (samedi) que dans le cadre de l’enquête visant à localiser la cause qui a pollué les côtes d’Israël la semaine dernière avec du goudron , une équipe d’enquêteurs israéliens a fait des recherches sur un navire suspect en Grèce. Le ministère a déclaré qu’une équipe d’enquêteurs a été envoyée en Grèce. Les enquêteurs sont en Grèce et mènent l’audit et l’enquête est en cours ».

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Plus tôt dans la journée, les équipages d’un escadron de 200 mètres carrés (avions pilotés à distance) de l’armée de l’air au milieu de la mer ont localisé la nouvelle marée noire à l’approche des côtes d’Israël, situées à 150 km à l’ouest de celles-ci. Auparavant, le ministre de la Défense, Bnei Gantz, avait approuvé l’utilisation de drones de l’armée de l’air pour localiser la tache, à la demande du ministère de la Protection de l’environnement.

Selon l’inspection initiale, qui a été achevée aujourd’hui et comprend des modèles réalisés par le ministère en collaboration avec l’Institut de recherche marine et lacustre, la tache ne devrait pas atteindre les côtes d’Israël au moins jusqu’à la plage de prévision visible (1er mars). En outre, aucun organisme international n’a été informé de la présence de la tache et le ministère a fait un rapport au REMPEC à Malte (le Centre méditerranéen de coordination pour le traitement de la pollution marine par les hydrocarbures) sur les résultats obtenus à ce jour.

🟦 ANNONCE 🟦

Pendant ce temps, Israel Today a été informé au nom de Minerva Helen – l’un des bateaux suspects de la fuite mortelle – que le navire ne pouvait pas être à l’origine de la pollution le long des côtes d’Israël. « Le pétrolier n’avait pas de cargaison (pétrole) à bord – il était complètement vide. Il est arrivé de Singapour via le canal de Suez, et a attendu les commandes entre le 4 et le 11 février – c’est parfaitement normal pour un navire de ce type », a-t-il déclaré. .

Pour renforcer cette position, la société a joint une demande de rapport de LOYD’S LIST (magazine d’expédition en ligne) citant des sources européennes qui auraient confirmé que «Minerva Helen ne pouvait pas être la source (de la contamination) car elle n’était pas à l’endroit où le une fuite a été signalée », a indiqué la réponse.

Publicité 

Il convient de noter que lors d’un briefing tenu par le ministère de la Protection de l’environnement concernant l’enquête sur la pollution la semaine dernière, il a refusé de s’adresser à l’un des suspects de l’incident. « Le ministère est assisté par les autorités maritimes d’autres pays. » L’enquête complexe se déroule largement en dehors des eaux territoriales d’Israël, qui coopère avec les organismes internationaux sur la question.

 
🟦 ANNONCE 🟦