Eliran Kambasis (34 ans), soupçonné d’avoir pulvérisé des gaz lacrymogènes sur des manifestants au carrefour Aluf Sadeh à Ramat Gan, affirme qu’il a utilisé du nettoyant pour les fenêtres. Il a été arrêté hier soir (dimanche) par la police qui a cherché ce matin à prolonger sa détention de trois jours. Le juge l’a envoyé en résidence surveillée dans des conditions restrictives.

Eliran Kambasis , marié et père de deux jeunes filles, a été arrêté par des policiers de la région de Dan vers minuit après avoir été documenté par des caméras de sécurité, soupçonné d’avoir pulvérisé du « gaz poivré » selon les médias israéliens, sur les manifestants. Il a affirmé qu’il n’avait pas vaporisé de gaz lacrymogène ou de gaz poivré et qu’il s’agissait d’un nettoyant pour vitres. Il a déclaré aux enquêteurs que ces «manifestations de gauche» l’avait affecté, qu’il avait développé des sentiments durs contre les manifestants des «drapeaux noirs» et que la manifestation de la semaine dernière au cours de laquelle une jeune femme torse nue était montée sur la Menorah l’avait amené à commettre l’acte. Il a regretté cet incident et a dit qu’il avait tort.

La police a demandé à prolonger sa détention de trois jours. Un porte-parole de la police a déclaré lors d’une audience devant le tribunal d’instance de Tel Aviv que « le suspect est passé devant les manifestants et les a pulvérisé avec un nettoyant pour pare-brise. Il a admis l’avoir fait ».

Son avocat de la défense, l’avocat Dan Bauman du bureau du défenseur public, a déclaré que « le suspect pour autant que je sache n’a pas de casier judiciaire depuis au moins 15 ans. Il n’est pas politiquement actif, il a été influencé par les réseaux sociaux et ce qui est important c’est qu’il a pris ses responsabilités.  »

Eliran Kambasis a déclaré au juge: « Je ne voulais pas les vaporiser, je l’ai fait en l’air et non sur les manifestants – c’était par erreur. Je ne fais pas du tout de telles choses. Je ne le ferai plus. Je m’excuse auprès du tribunal. »

Le juge Anat Yahav l’a relâché à son domicile dans des conditions restrictives et a déclaré que « le suspect a admis à l’enquête et a dit qu’il s’agissait d’une certaine substance savonneuse. C’est une personne sans casier judiciaire qui a immédiatement avoué. « . Il aurait été assigné à résidence pendant trois jours sous pleine surveillance. Yahav a déclaré au suspect à la fin de l’audience: « Chacun a le droit de manifester même si cela est contraire à ce que vous pensez. C’est son droit fondamental. »

L’incident de Ramat Gan a eu lieu hier peu après 19h30, lorsque 50 personnes ont manifesté contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Les manifestants portaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire, entre autres, «Les corrompus sont fatigués», «La corruption, la fraude et l’abus de confiance», «Les personnes isolées sont fatiguées» et plus encore.

Soudainement, ont déclaré les manifestants, une voiture les a aspergée de gaz poivré et a fui les lieux. « Je me tenais à l’intersection avec mes trois enfants âgés de 9, 6 et 4 ans et d’un autre enfant d’amis âgé de 9 ans », a déclaré A., « Il y avait beaucoup de véhicules qui ralentissaient et émettaient des bips pour s’identifier, donc je ne soupçonnais pas le véhicule qui tournait et venait lentement à côté de nous. Il a abaissé la vitre à côté du conducteur et a soudainement pulvérisé du gaz poivré, et tout le monde a commencé à tousser, à se gratter et à pleurer. Il y avait 50 personnes et après l’incident, tout le monde s’est enfui. »

Il a déclaré avoir porté plainte auprès de la police: « Je suis sûr qu’il y a des caméras de sécurité là-bas et vous ne pouvez pas le rater. Il a continué à conduire et a disparu. Nous y retournerons la semaine prochaine également. Personne n’a pu faire quoi que ce soit parce que tout le monde a toussé. » A. s’est dit convaincu qu’il s’agissait d’un acte délibéré contre les manifestants: « Nous ne sommes pas allés délibérément à Balfour parce que j’étais avec des enfants et que je voulais quelque chose de plus petit pour éduquer nos enfants et montrer qu’il est permis de protester en démocratie contre ce qui se passe dans le pays. »

Un autre manifestant a déclaré: «J’ai filmé la manifestation qui a lieu tous les samedis soirs. Il y a eu des manifestations avec des pancartes. Soudain, j’ai ressenti une sensation de brûlure dans nos yeux et nous avons réalisé que quelqu’un pulvérisait du matériel sur nous, je suis allé voir la police et j’ai signalé que quelqu’un vaporisait du gaz. »

Les manifestants ont menti car ce n’était pas du gaz poivré , mais dans la situation actuelle de pandémie, qui est le plus dangereux ? L’homme dans sa voiture avec du nettoyant pour vitre, ou toutes ces personnes qui se rassemblent sans respecter les consignes de sécurité contre l’épidémie et de plus accompagner avec des jeunes enfants pouvant transmettre le virus encore et encore ?

🔯Visitez nos autres sites🔯

✔️RakBeIsrael.buzz :   Les bonnes nouvelles d’Israël et les meilleurs conseils ✔️Ougasheli.com : Les recettes faciles pour toute la famille et les gourmands ! ✔️CQVC.online : Ce qu'on vous cache sur les médias (contre la désinformation) ✔️Alyaexpress.News : Tous nos sites réunis ✔️SOS NETIVOT : Toutes nos opérations avec la Roulotte du Hayal (soutien à Tsahal) ✔️IsraelChrono.com : Vos achats pour booster les petites entreprises israéliennes

Comment ajouter notre site sur l’écran d’accueil de votre téléphone ?
C'est très simple !
– Pour Android :
Rendez vous sur notre site : https://infos-israel.news/
Tapez sur le menu du navigateur, en haut, à droite de votre écran (3 points sur Google chrome)
Tapez sur « Ajouter à l’écran d’accueil »
– Pour Iphone :
Rendez vous sur notre site : https://infos-israel.news/
Cliquez le bouton « Partager » (carré en bas de l’écran, d’où sort une flèche)
Tapez sur « Sur l’écran d’accueil »
Tapez sur « Ajouter »

Pour le partage des articles sur votre site, contactez nous par avance (seul le lien URL est autorisé): sud.israel@yahoo.fr

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur les images mais aussi les sources. Si vous avez identifié une photo ou une source sur laquelle vous possédez des droits d'exclusivités, vous pouvez nous contacter et nous ferons le nécessaire pour modifier ou supprimer : sud.israel@yahoo.fr