Covid-19 en Israël : les Arabes représentent 50% des patients dans un état grave

Les chiffres sont ahurissants : les Arabo-israéliens représentent près de 40 % des nouveaux cas de coronavirus et représentent près de 50 % des patients COVID-19 dans un état grave, mais ils représentent environ 21 % de la population.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

« Il y a un fossé entre la communauté arabe et la communauté générale, mais nous le comblons », selon le tsar COVID du secteur arabe, Ayman Saif.

Le lendemain de la présentation au cabinet des coronavirus d’un nouveau plan pour lutter contre les faibles taux de vaccination et les taux d’infection élevés dans sa communauté, Saif a déclaré lundi au Jerusalem Post que les chiffres à eux seuls peuvent être trompeurs, et il pense que la population arabe est au bord du gouffre quand il s’agit de COVID-19.

« Nous assistons à un déclin comme le reste du pays », a déclaré Saif. « Si la semaine dernière nous avions 2 500 nouveaux cas par jour, cette semaine nous en voyons 1 000. Et [dans] les villes « rouges » : il y a deux semaines, il y en avait plus de 50, et aujourd’hui il n’y en a plus qu’une quinzaine ».

Alors que se passe-t-il ?

Publicité 

Pour commencer, les tests de coronavirus au sein de la communauté arabe ont grimpé en flèche en septembre, passant d’une moyenne de 50 personnes testées sur 10 000 à 140, le nombre le plus élevé d’individus par habitant testés dans toutes les communautés le mois dernier.

Au fur et à mesure que de plus en plus de personnes étaient examinées, une infection asymptomatique inattendue a été découverte, en particulier chez les enfants. Au lieu de cela, la communauté juive a passé le mois de septembre à la maison pour les grandes vacances et Souccot, et moins de personnes que la moyenne ont été testées.

La communauté arabe est également retournée dans son école en septembre et a gardé les enfants dans leurs salles de classe pendant que les étudiants juifs profitaient d’une pause. En perspective, avec seulement six à neuf jours d’école pour les étudiants juifs, selon l’âge et le type d’école, plus de 150 000 étudiants se sont retrouvés isolés.

Environ 50 % des nouvelles infections concernaient des étudiants au cours des deux premières semaines de septembre. Beaucoup de ces enfants étaient arabes.

En outre, toutes les vagues de coronavirus ont par la suite pénétré la communauté arabe, selon le professeur Bishara Bisharat, président de l’Arab Population Health Society-Israel Medical Association et coordinateur médical au siège du coronavirus du ministère de la Santé.

« La première vague n’a pas vraiment affecté les Arabes », a-t-il déclaré. « Puis les deuxièmes et troisièmes vagues ont touché la population arabe après avoir touché la communauté juive. Et là aussi, au début de cette quatrième vague, nous n’avions aucune infection, et puis, lentement, les chiffres ont commencé à augmenter. »

« Maintenant, les taux d’infection dans les communautés arabe et juive diminuent, mais les Juifs diminuent en premier et plus rapidement. »

Comme le taux d’infection diminue au sein de la communauté juive, il est logique que les Arabes représentent un pourcentage plus élevé de tous les cas.

Enfin, la communauté arabe compte deux fois plus de personnes souffrant de certaines maladies chroniques, telles que le diabète, par rapport à la communauté juive dans son ensemble, a déclaré Bisharat.

Le diabète est l’une des conditions médicales sous-jacentes qui conduisent à une COVID-19 grave, tout comme les maladies cardiaques et rénales, qui peuvent résulter du diabète.

En 2020, l’âge médian des Israéliens juifs décédés du COVID-19 était d’environ 80 ans, alors qu’il approchait les 72 ans en raison de ces conditions.

L’éléphant dans la pièce, bien sûr, est le taux de vaccination le plus bas parmi la population arabe, engendré par une combinaison d’un manque de connaissances en matière de santé, d’une accessibilité entravée et d’une désinformation, ou de soi-disant fausses nouvelles.

La grande majorité des plus de 550 cas graves d’Israël ne sont pas vaccinés. Le deuxième pourcentage le plus élevé concerne ceux qui ont reçu deux injections du vaccin Pfizer il y a plus de deux mois et n’ont pas reçu de injection de rappel.

Seulement 74% de la population arabe a reçu la première dose, contre 86% de tous les Israéliens éligibles. 63 % des Arabes ont reçu la deuxième dose, contre 79 % de la population générale. Et 44% des Arabes ont reçu une dose de rappel, contre 50 % de la population générale.

Mais Saif a déclaré que « la stigmatisation selon laquelle la communauté arabe ne se fait pas vacciner n’est pas correcte » lorsqu’on examine les pourcentages par groupe d’âge. Plus de 85 % de la population arabe de plus de 50 ans est vaccinée, contre environ 50 % des enfants âgés de 12 à 15 ans, a-t-il déclaré.

En outre, environ 70 % des personnes de plus de 60 ans ont reçu un troisième vaccin, bien que le nombre de rappels soit faible dans la population arabe en général.

En d’autres termes, les taux de vaccination sont faibles au sein de la communauté arabe, mais ils ne sont pas répandus. Et les chiffres augmentent rapidement, selon Saif et Bisharat.

« Tous les complexes de vaccination de la communauté arabe ont été remplis de gens cette semaine, bien plus qu’il y a une semaine », a déclaré Bisharat. « Il y a une énorme vague de gens qui demandent des vaccins. »

La semaine dernière, 35% de la population avait reçu un vaccin de rappel, contre 44% aujourd’hui, a rapporté le ministère de la Santé.

Ce qui rend difficile la vaccination des Arabes, c’est surtout que de nombreux membres de la communauté ont ce que Bisharat appelle « une faible littératie en santé », c’est-à-dire qu’ils ne comprennent pas le coronavirus, les réglementations sanitaires ou son importance.

Un rapport interne du ministère de la Santé a montré que seulement un quart de la population arabe a déclaré comprendre les règles sur le coronavirus, selon Bisharat. De plus, lorsque le ministère organise des sessions publiques sur Facebook ou Zooms pour que les membres de la communauté posent des questions, ils sont souvent totalement déconnectés de la réalité, a-t-il déclaré.

Lors d’une récente conférence, par exemple, un participant a demandé pourquoi les États-Unis avaient cessé de vacciner, faisant référence à la décision de la Food and Drug Administration des États-Unis de ne fournir des injections de rappel qu’aux personnes âgées de 65 ans ou plus ou présentant un risque élevé d’infection ou de maladie grave.

« Les gens ont besoin qu’on leur explique les choses dans leur propre langue », a déclaré Bisharat.

Le deuxième problème, ce sont les fausses nouvelles. Une grande partie de la communauté arabe plus jeune participe sur les réseaux sociaux, où ils sont endoctrinés par certains influenceurs arabes pour craindre les effets secondaires inexistants du vaccin. Ceux-ci pourraient être que le vaccin altère la fertilité, ce qui s’est avéré faux, ou les rend simplement malades.

De plus, il existe un décalage culturel parmi les membres musulmans les plus pieux, dont certains pensent qu’ils n’ont pas besoin d’être vaccinés parce que « si Dieu veut me protéger, il le fera », a déclaré Bisharat.

Enfin, il y a eu un problème d’accessibilité.

Les complexes de vaccination étaient rares dans les communautés et villes arabes, en particulier dans les villages bédouins. L’augmentation de l’accessibilité a été une poussée majeure du ministère de la Santé, y compris des unités mobiles spéciales de « soins de vaccination intensifs » qui ont été lancées fin août et sont exploitées par le Magen David Adom, a déclaré Saif. Ces unités sont envoyées dans les villes et les quartiers à faible taux de vaccination pour offrir aux personnes dans le besoin la possibilité de se faire vacciner dans leur communauté.

« Les riches se font davantage vacciner ; les secteurs les plus faibles de la population, beaucoup moins », a déclaré le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz, lorsqu’il a lancé cette campagne.

Un autre objectif a été de recruter une équipe de médecins de famille dans chaque communauté pour aider à convaincre leurs clients de la nécessité de se faire vacciner.

« Les médecins de famille ont une réelle influence sur la communauté arabe », a déclaré Bisharat. « Les gens les écoutent et font ce qu’ils disent. »

Le ministère de la Santé a donné des conférences aux médecins de première ligne arabes pour les aider à aider leur propre peuple, a-t-il déclaré.

Saif a déclaré que le ministère avait également contacté les directeurs d’école et les chefs religieux.

« Nous essayons de recruter le plus de personnes influentes possible pour convaincre les autres de se faire vacciner, et ça commence à fonctionner » , a- t-il déclaré.

Le point culminant du plan que Saif a présenté au cabinet, et qui, selon lui, devrait être lancé dans les prochains jours, est la nomination d’un commissaire aux coronavirus financé par l’État pour chaque ville arabe, qui fixera des objectifs de vaccination pour l’endroit. qui lui sont confiés et exposera les efforts nécessaires pour les remplir.

« Les choses ne sont pas parfaites, mais nous nous améliorons », a déclaré Saif. « Je crois qu’avec les bons messages et les bons efforts, nous verrons les améliorations dont nous avons besoin dans les semaines à venir. »

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   

🟦 ANNONCE 🟦