N’hésitez pas actualiser la page pour plus d’infos :

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a révélé des failles dans ses enquêtes. Netanyahu a révélé que lors de ses interrogatoires, il avait demandé une confrontation avec les témoins de l’État et qu’il avait été refusé à deux reprises. Le Premier ministre appelle à une confrontation immédiate avec les témoins et veut même être diffusé en direct devant tout le peuple israélien.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le visage du premier ministre est grave :

« Citoyens israéliens, ces derniers jours, le tollé a suscité un tollé général. Je voudrais donc préciser dès le départ dire que le système juridique est l’un des fondements de la démocratie israélienne. Dans une démocratie, le système juridique peut faire l’objet de critiques, tout comme ceux qui sont critiqué à la Knesset et au gouvernement. Mais je tiens à préciser – il y a des juges à Jérusalem. C’était et ce sera le cas.

Je prétends que m’inviter à une audience préélectorale sans pouvoir y répondre lors d’élections est injuste, comme le pensent de nombreux juristes. Ce n’est pas une atteinte à la règle de droit. C’est une revendication légitime.

Citoyens israéliens, ce soir, je vais vous révéler des informations que vous ne saviez pas et vous prouver à quel point l’enquête contre moi est biaisée. Ce soir, je vous révèle que lors des enquêtes à mon encontre, j’ai exigé un affrontement avec les témoins de l’État.

Je voulais les regarder dans les yeux et leur dire la vérité ! J’ai exigé une confrontation une fois – et j’ai été refusé. J’ai demandé une deuxième confrontation – et on m’a encore refusé. Pourquoi ont-ils refusé de me permettre cette confrontation, qui est si nécessaire pour clarifier la vérité ? De quoi ont-ils peur ? Que doivent-ils cacher ? Je n’ai pas peur. Je n’ai rien à cacher. Donc, ce soir, je réitère cette demande de confrontation avec des témoins à charge. De mon côté, ce conflit sera réel. Laissez le public tout voir, tout entendre, connaître toute la vérité « .

Netanyahu a ajouté : « Je suis certain de ma justification. De plus, je veux confronter tout le monde jusqu’à ce qu’ils disent des choses qui ne correspondent pas à ma position. Le Premier ministre a également le droit à une procédure régulière. Je vais compter tout ce qu’ils disent parce que je connais la vérité et j’en suis vraiment sûr, à 4000% !

Mais comment peut-on dire la vérité alors que, d’une part, ils ne me permettent pas de confronter les témoins à charge et, d’autre part, n’invitent pas de témoins clés qui détiennent des informations qui réfutent les allégations portées contre moi. Par exemple, le commissaire antitrust le plus important du dossier 4000, le Dr. Assaf Eilat, n’ a pas été invité, peut-être parce que l’Autorité antitrust a dit aux médias que la décision de fusionner entre Bezeq et Yes avait été prise sans aucune intervention de ma part.

S’il est vrai que le Dr Assaf Eilat n’a pas été convoqué, je demande qu’il soit convoqué immédiatement et, lorsque nous l’inviterons, ils lui diront que je ne suis pas intervenu dans la fusion entre Bezeq et Yes, tout comme je n’ai pas entravé la mise en œuvre de la réforme qui a brisé le monopole de Bezeq. Je voudrais vous dire un mot sur l’accusation la plus « grave » contre moi.

De quoi parlent-ils quand ils parlent de corruption ? À propos de l’argent ? Sur des enveloppes ? Sur des comptes bancaires ? Sur des îles en Grèce ? Quelle surprise ! Ils parlent de communication sympathique. Moi, la personnalité publique la plus corrompue dans les médias de l’histoire de l’État, j’ai reçu des avantages des médias ? Quelle absurdité. J’ai également reçu un nombre incalculable d’articles hostiles chez Walla. Cette accusation est juste une blague.

Si pour la première fois de l’histoire, il a été déterminé qu’une couverture positive est un pot-de-vin, alors, messieurs, faites votre travail correctement. Comment ne pas interroger Yair Lapid, qui a rencontré des dizaines de fois Noni Moses dans une cachette à Savyon, a ensuite effacé la documentation de ces réunions et s’est assuré que sa faction entière vote pour que la loi de Noni ferme le journal d’Yisrael Hayom et reçoive une médiation sympathique ?

Netanyahu a déclaré que sa tentative de le renverser était une tentative de la gauche de renverser la droite et s’est tourné vers les électeurs de la droite : « Les citoyens d’Israël, la gauche sait que dans la lutte pour le progrès et les réalisations, ils ne peuvent pas nous vaincre.

Vous savez que j’aurais pu stopper ce terrible voyage de chasse contre moi et ma famille – si seulement j’avais proposé un nouveau désengagement : se retirer des lignes de 1967, diviser Jérusalem et abandonner la sécurité d’Israël. Mais je ne ferai jamais ça. Je continuerai à lutter pour notre sécurité. Je poursuivrai avec le travail remarquable qui fait l’État d’Israël, étant une puissance mondiale en devenir. Je continuerai à demander justice et vérité. Je demande la confrontation avec les témoins contre moi – maintenant. « 

Ce week-end, un journal Haaretz a indiqué que le procureur général israélien, Avichai Mandelblit, prévoyait de rendre une décision sur l’un des cas de corruption présumée le mois prochain.

Netranyahu a clairement indiqué que, même avec une accusation formelle contre lui, il ne renoncerait pas à son poste de Premier ministre d’Israël, et a accusé les médias et la gauche israélienne de faire pression sur Mandelblit pour aider ses adversaires politiques.

Vous pouvez partager cet article avec les conditions suivantes :

infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !