Demi-tour : après un débat à la Knesset, le ministère de la Santé annule l’interdiction des césariennes « françaises »

Un revirement dans la saga de l’arrêt des césariennes françaises, qui a été révélé pour la première fois sur Ynet : Le Comité pour l’avancement de la condition de la femme, présidé par la députée Panina Tamno Sheta, s’est réuni aujourd’hui (lundi) pour discuter la décision du ministère de la Santé concernant la suspension des césariennes françaises à la lumière d’allégations de complications dans l’opération.

Le département de la santé a indiqué lors de la discussion que des informations avaient été reçues sur deux cas de ces accouchements dans lesquels il y avait des dommages liés au  fœtus, mais à la fin de la discussion, il a annoncé que la décision précédente concernant la fin de la césarienne francaise – est annulée. »

Rejoignez moi sur la Newsletter, Telegram et Facebook 

Newsletter
Telegram
Facebook
La présidente du comité a déclaré au début de la discussion qu’il y a des centaines de femmes qui sont dans une grande détresse face à la décision du ministère de la Santé. « En tant que femme et présidente du comité et en tant que personne qui croit en le choix des femmes sur leur corps, je pense que c’est un très grand inconvénient. »

 

Le professeur Eliezer Shalu, président du Conseil national de la médecine féminine, a déclaré : « Cette opération n’est pas nouvelle et est pratiquée depuis plus de 15 ans, donc personne n’a compensé ici. L’association gynécologique a été informée qu’il y avait des complications, donc un arrêt de deux jours a été fait, puis il est devenu clair qu’il pourrait y avoir un risque pour le nouveau-né. La mère naturelle a le droit de choisir la forme de naissance et cela ne fait aucun doute. Il n’y a aucune intention de punir les femmes, mais l’information ne peut être ignorée et les femmes doivent savoir qu’il y a des questions peu claires qui doivent être examinées. »

La députée Eliyahu Rabivo a déclaré lors du débat : « Il est inacceptable que nous travaillions à définir le statut des femmes et à leur donner une liberté de choix claire sur leur corps, et d’autre part, les professionnels de la santé prennent le dessus sur ses pensées. Nous sommes venues pour faire entendre notre voix et celle des femmes. »
Au cours du débat, la députée Rabivo a vivement critiqué le Dr Hagar Mizrahi, chef de la division médicale au ministère de la Santé : « Unilatéralement et sans avertissement préalable, elle passe une directive pour interdire la césarienne à la française. Elle a pris cette décision lorsqu’elle sait qu’il y a des femmes qui ont accepté de tomber enceinte seulement du fait qu’elles savaient que cette méthode existait, alors elle n’est pas là pour faire face au chagrin de ces femmes. Je veux comprendre comment elle émet deux documents dont l’un contredit complètement l’autre.
Le Dr Mizrahi a répondu  : « En tant que femme, j’ai personnellement subi deux césariennes et j’ai bien récupéré. Cela m’attriste d’entendre que les mères souffrent et je comprends la nécessité d’avoir une expérience positive. J’ai rencontré certaines des sages-femmes et j’ai entendu les deux côtés. Le ministère de la Santé a reçu deux incidents importants au cours desquels des enfants ont été blessés. Le taux de complications de cette chirurgie est élevé. Il existe des complications dont souffrent les nouveau-nés lorsqu’ils se trouvent dans la cavité abdominale.
« Selon une étude de l’hôpital Bnei Zion, on soupçonne qu’ils souffrent d’acidose dans le sang prélevé et que le bébé pendant l’opération souffre d’un manque d’oxygène. Il y a des incidents de blessures au visage et certains médecins affirment que cela peut endommager la peau et causer des lésions nerveuses avec des dommages durables.
Chez les femmes, il existe un risque de blessure à la vessie et il y a un risque de dommages et une cicatrice plus large de la paroi utérine, ce qui peut causer des dommages durables dans les années venir. »
Yifat Hadar Rubanenko, sage-femme et présidente de l’Association des sages-femmes en Israël, a ajouté dans la discussion : « Nous pensons qu’il est nécessaire de mener une étude approfondie dans laquelle les sages-femmes, les infirmières de salle d’opération et les chirurgiens participeront aux deux méthodes, une césarienne normale section et une césarienne française. Ce n’est qu’alors que la bonne décision concernant la pratique peut être prise. »
« Le taux de complications en chirurgie – moins de deux pour cent »
Le Dr Yisrael Hendler, médecin-chef en Israël qui opère avec cette méthode, a déclaré : « Il y a eu 1 400 opérations françaises – la méthode pratiquée à l’hôpital Bnei Zion n’est pas la césarienne française et elle a provoqué des ruptures dans l’utérus. Il n’y a rien d’actuel dans les résultats de l’étude de l’hôpital Bnei Zion. L’opération est peu connue dans le monde. L’opposition en France à la chirurgie vient du fait qu’elle augmente le nombre de césariennes. Je suis responsable de la formation de cette chirurgie dans le monde. Le fait est que la chirurgie nécessite des compétences et de la formation, puis si vous faites quelque chose ensuite, les problèmes commencent. À Bnei Zion, ils ont fait une autre opération et c’est de là que sont venus les problèmes. Notre taux de complications est inférieur à deux pour cent. Cette opération a changé mon but dans la vie. Il est possible d’accoucher autrement, de réunir une famille au bloc opératoire. Je ressens de l’exaltation à chaque instant où je fais cette opération. J’essaie de le faire entrer dans les hôpitaux publics et j’ai essayé de convaincre les gens de l’apprendre. »
Le président du comité s’est demandé: « Il se pourrait qu’il y ait des endroits qui pratiquaient des chirurgies qui l’appelaient une chirurgie française et ce n’est pas une chirurgie française et a demandé au représentant du ministère de la Santé – pourquoi une décision a-t-elle été prise dans la panique maintenant sur les données de 2018 ? »
Le Dr Mizrahi a répondu : « Les données transférées jeudi ont contribué à la décision d’autoriser les opérations. Vous avez demandé pourquoi j’ai changé ma décision – parce que j’ai reçu les données de l’hôpital de Nazareth. Nous allons définir créer un comité pour examiner tous les cas dans les hôpitaux et apporter des informations générales et obtenir une conclusion consolidée. Il est clair pour nous que nous ne pouvons pas attendre le 23 février et pour le moment, le schéma qui fonctionne à Nazareth, vous devrez signer un formulaire de consentement éclairé. »
La star du réseau, Einav Boblil, qui a elle-même subi l’opération il y a un mois, a participé à la discussion et a déclaré : « Cette fois, j’ai enfin vécu l’accouchement. Dans trois césariennes normales que j’ai subies, j’ai été signée sur un formulaire, l’estomac a été ouvert et le bébé a été sorti. Je me suis réveillé épuisé- je ne pouvais pas m’occuper des autres enfants. J’ai eu la césarienne « à la française » il y a un mois et je l’ai photographiée – mes followers m’ont écrit comment pouvez-vous, vous lever pour rentrer à la maison ? Il y avait une petite douleur, j’ai pris du paracétamol et la douleur est partie. Depuis l’annulation de l’opération, des femmes m’ont écrit : « Nous n’avons ni jour ni nuit. c’est un traumatisme et une dépression sévère de leur enlever le droit de choisir sur leur propre corps comment accoucher. Quand j’ai eu une césarienne normale, je suis arrivée à la naissance de mon fils presque avec des béquilles, je ne pouvais pas me redresser et j’étais déprimé, j’ai pleuré toute une semaine. »
La présidente Tamno Sheta a conclu la discussion et a remercié toutes les femmes qui sont venues partager leur histoire : « Vous êtes venue ici pour faire entendre votre voix et je vous en remercie. Le comité se tourne vers quelqu’un du ministère de la Santé et le Dr Mizrahi, chef de la division médicale, pour organiser la césarienne française. Le président a déterminé que la formation des médecins devrait être incluse dans tout arrangement futur avec la supervision des résultats des chirurgies et l’apprentissage des chirurgies qui ont déjà eu lieu avec un examen .
Les chirurgies françaises reviendront sous réserve de la signature par les sages-femmes d’un formulaire de consentement éclairé qui serait envoyé par le ministère de la Santé Les participants à la discussion ont applaudi suite à l’annulation de la décision.
L’avocat Gilad Yitzhak Bar-Tal, qui a accompagné la lutte des femmes, a déclaré en réponse : « Je félicite le ministère de la Santé d’avoir ramené la chirurgie française et d’avoir eu un dialogue direct et honnête avec le public. Dès ce soir, nous commencerons à découvrir et à révéler les intérêts et les pressions exercées sur le ministère de la Santé au nom des parties intéressées. Le système de sage-femme en Israël sera transparent pour chaque femme. »

Notre canal Telegram en temps réel est devenu privé pour des raisons de sécurité, pour le rejoindre veuillez vous rendre avec ce lien : https://t.me/+SHjkfg13uJlbAcnk


Nos autres sites sur Alyaexpress-News
  • Infos Israel News - Toute l'info en direct d'Israel
Lien  : https://infos-israel.news/
  • RAK BE ISRAEL - Les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel
Lien  : https://rakbeisrael.buzz/
  • CQVC - Recherche et analyses contre les fakes news !
Lien : https://cqvc.online/
  • Alyaexpress-News - Les infos de tous nos sites réunis :
Lien  : https://alyaexpress-news.com/
  • Ougasheli - La pâtisserie et la cuisine juive
Lien  : https://ougasheli.com/
  • Israel Chrono : Vente produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables !
Lien : https://israelchrono.com/