Expert du Moyen Orient | L’Iran a pris le contrôle du Golan syrien et se trouve maintenant à la frontière d’Israël

Le journaliste vétéran et analyste du Moyen-Orient Ehud Yaari a récemment fait une déclaration troublante selon laquelle, juste de l’autre côté de la frontière nord, l’armée iranienne est en train de s’implanter fermement dans le Golan syrien. Yaari a noté qu’au cours des deux derniers mois, ces forces combinées ont assiégé la ville de Deraa, bombardant occasionnellement la ville. A l’intérieur de la ville se trouvent des groupes rebelles qui refusent de se rendre. L’armée syrienne a l’intention d’exiler les rebelles dans la région contrôlée par la Turquie au nord. Les tentatives russes de médiation ont échoué.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Deraa revêt une importance particulière car elle a été le théâtre des premières manifestations contre le régime d’Assad en 2011.

La situation tendue menace d’exploser à tout moment. Un autre bombardement de l’armée syrienne sur Deraa dimanche a tué six rebelles. L’armée syrienne a refusé de commenter les informations, mais a déclaré dans un communiqué qu’elle perdait patience avec ce qu’elle a qualifié de « groupes armés et terroristes » dans le quartier.

🟦 ANNONCE 🟦

La Syrie apparaissait comme une menace belliqueuse pour Israël jusqu’au début de sa guerre civile il y a dix ans. Mais Yaari affirme que même dans son état d’affaiblissement, c’est toujours une menace qu’Israël hésiterait à aggraver.

Bien que la Jordanie ait exprimé sa volonté de renouer ses liens avec la Syrie, une puissante menace irano-hezbollah à sa frontière n’attire pas le roi Abdallah selon Yaari. Il a affirmé que les 4e et 7e divisions de l’armée syrienne sont désormais essentiellement contrôlées par l’Iran et le Hezbollah, ce qui amplifie encore la menace pour la Jordanie.

Publicité 

Yaari note que la situation est devenue encore plus complexe car Israël ne peut pas dépendre du soutien américain sous l’administration Biden. La perspective d’une présence militaire iranienne dominante dans le Golan est, bien sûr, inacceptable pour Israël, mais avec la Russie fermement ancrée dans la base aérienne de Khmeimim à Lattaquié, Tsahal est limité dans sa capacité à agir contre la présence iranienne.

« Les efforts israéliens pour perturber, empêcher ou retarder le déploiement de l’Iran et du Hezbollah dans la région du Golan syrien n’ont pas été complètement couronnés de succès », a déclaré Yaari. « Ils se sont insérés dans le système nerveux de l’armée syrienne – sa chaîne de commandement – et dans la vie quotidienne de la population locale.

Israël est pris dans un équilibre délicat, pris entre la Russie, la Syrie, le Hezbollah et l’Iran. Yaari a averti qu’une attaque à la roquette du Hezbollah visant des villes israéliennes pourrait être le match qui déclencherait un enfer majeur dans la région.

« L’Iran sait qu’une fois qu’il aura érigé un avant-poste militaire dans la région, Tsahal n’hésitera pas à frapper », a-t-il expliqué. « Si Israël n’agit pas rapidement, l’Iran et le Hezbollah établiront une présence militaire significative dans le Golan », a-t-il conclu.

« Le résultat sera qu’en raison de l’approbation tacite des autres puissances, par la ruse et la sophistication, l’Iran continuera à transformer le Golan syrien et le Houran dans le sud de la Syrie en une branche de la ligne de front libanaise », a écrit Yaari. « Le Hezbollah et ses patrons seront déployés du fleuve Yarmouk à la Méditerranée. Poutine, malgré ses promesses, ne contrecarre pas ce plan et Assad ne résistera certainement pas à ceux qui l’ont sauvé d’un soulèvement qui a commencé il y a une décennie et qui ne s’est pas encore apaisé.

L’analyse de Yaari était étayée par un récent rapport publié par un groupe de réflexion turc qui affirmait que l’Iran avait doublé sa présence dans le sud du plateau du Golan syrien, tout en construisant des infrastructures militaires dans la région, en particulier pour un futur conflit avec Israël.

 

 

🟦 ANNONCE 🟦