Graves propos de l’ancien Premier ministre Ehud Barak : « La seule chose qui peut sauver le bloc de Netanyahu est la mort d’une mère et ses enfants « 

Ehud Barak , qui a précédemment été Premier ministre, ministre de la Défense et chef d’état-major, est venu à une interview dans Meet the Press, où comme à son habitude  a attaqué le président du Likud, Benjamin Netanyahu et des membres de son bloc.

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

Barak a affirmé que « Itamar Ben Gvir et Bezalel Smotrich avec Netanyahu et ce culte du « pouvoir, de l’argent et de l’honneur » sont une menace pour la démocratie israélienne, pour nous tous ».

Dans le contexte de la vague de terrorisme, Barak a affirmé qu’il aurait laissé la gestion de la question au Shin Bet, à la police, à Tsahal et au gouvernement – et non à Ben Gvir. « Je ne pense pas que ce soit l’affaire de Ben Gvir, avec tout le respect que je dois à une telle figure dominante que Netanyahu a construite ces derniers mois.

Je regarde certaines des actions qui ressemblent à une tentative active de provoquer une escalade de la violence dans le pays. En fin de compte , à Dieu ne plaise, ils (le bloc de Netanyahu) pourraient perdre les élections, et cela pourrait être une fin désagréable. Puisque la seule chose qui peut presque les sauver n’est pas l’accord (avec le Liban), mais une vague de terrorisme ou d’attentats terroristes, une attaque d’une mère et de quatre enfants assassinés à la veille des élections, à Dieu ne plaise, pourra leur garantir la victoire. Non seulement ils attendent que cela se produise, mais ils meurent  pour que cela se produise ».

Selon Barak, Ben Gvir souhaite attiser une vague de terreur pour servir ses objectifs. « Il surfe sur une vague de tensions croissantes. Après tout, la responsabilité n’est pas seulement la sienne, il y a aussi un autre côté. Les Palestiniens sont loin d’être parfaits. Ben Gvir est un phénomène très problématique. »

« Je pense que toutes ces élections devraient se déplacer le long de la ligne de démarcation entre les démocrates, de droite et de gauche, y compris d’ailleurs des gens comme Lieberman qui fait un excellent travail au Trésor et Elkin. Je sais ce que j’ai dit et aujourd’hui je change pas de position.  »

Lieberman, Elkin et Saar sont plus à droite que Netanyahu, et ils se tiennent aujourd’hui à l’écart des démocrates. Ce sont aussi des gens d’action, Netanyahu est un homme de parole. Ce sont des gens qui soutiennent l’État de droit et la démocratie et les règles, y compris, bien sûr, Lapid et Gantz et Marev… La ligne de partage doit être tracée entre les démocrates, y compris les gens qui sont à la droite de Netanyahou, et entre la secte bibiste, la secte du « pouvoir, de l’argent et l’honneur » avec les essais de Miri Regev. L’alliance contre nature entre Ben Gvir et les racistes messianiques est la véritable menace pour l’État d’Israël.

Accord sur la frontière maritime entre Israël et le Liban (edit : N12)
L’accord avec le Liban : « Les chefs de l’establishment de la sécurité, les gens que Netanyahu a nommés, ils pensent tous que c’est un accord correct » | Traitement : N12

L’ancien Premier ministre a également affirmé que le grand plan de Netanyahu, malgré les déclarations à l’heure actuelle selon lesquelles il ne s’agit que de « réformes », comprend le limogeage de l’ombudsman et la nomination des juges de la Haute Cour par le gouvernement. , ce ne sont que des violons. Dieu lui en préserve Nous sommes dans une période sombre. Nous nous en sortirons également, je ne sais pas combien de temps cela prendra et quels seront les dégâts en cours de route, mais son plan est sans un doute, une clause de remplacement, la révocation du procureur, le vote de la loi qui permet au gouvernement de nommer les juges de la Cour suprême et d’arrêter le procès. C’est l’ordre du jour et c’est ce qui va se passer. »

L’ancien ministre de la Défense a également évoqué l’accord sur la frontière maritime avec le Liban dans l’interview. On a demandé à Barak s’il aurait fait l’éloge de Netanyahu s’il avait passé l’accord. « Je pense que oui », a-t-il affirmé. « Les chefs de l’établissement de sécurité, le chef d’état-major, le chef du Mossad, le chef du Shin Bet, le chef de l’état-major interarmées, le chef de l’Agence de sécurité nationale, tous sont des gens que Netanyahu a nommés, ils pensent tous que c’est un accord correct, ils connaissent la question, ils n’ont pas de position politique à ce stade. Ils disent tous que c’est un bon accord. »

« En fin de compte, ce sont des choses pratiques », a poursuivi Barak. « Ce n’est pas une reddition au Hezbollah, mais une demande des États-Unis. Les États-Unis nous soutiennent constamment dans toutes les institutions de l’ONU, au Conseil de sécurité chaque fois que nous le demandons, nous soutiennent avec 3 milliards de dollars par an, nous donnent le meilleur équipement du monde, aujourd’hui ils demandent quelque chose. Il organise une coalition internationale avec d’énormes difficultés pour assurer un soutien continu à l’Ukraine. Ils nous demandent de nous mettre d’accord sur cette chose, qui est l’eau économique. »

Plate-forme de requin (Photo: Energian)
Plate-forme  | Photo: Energian

Malgré la demande du médiateur, l’accord n’a pas été soumis à la Knesset pour approbation, et Barak a affirmé que dans ce cas, il y avait d’autres considérations. Il y a l’histoire du président du Liban, elle n’est pas claire mais elle peut compliquer les choses. La femme juive qui a dit qu’elle préférerait qu’elle atteigne la Knesset, ce n’est pas une chose terrible, il y a des précédents. Netanyahu n’a apporté les accords avec Chypre et la Grèce à personne. Netanyahu n’a pas dit au public que les Emirats recevraient les F 35 et n’a dit à personne qu’il avait levé les objections à la fourniture de sous-marins avancés à l’Égypte.

Sur l’affirmation de Lapid selon laquelle il n’a pas fait approuver l’accord avec le Liban parce que l’opposition était dérangée, on a fait valoir contre Barak qu’il aurait incendié le club s’il s’agissait de Netanyahu. « Il est possible que ce commentaire de Lapid n’ait pas été une décision réussie, il y a quelque chose dedans, mais ça pourrait quand même être quelque chose qui ne devrait pas être dit. Ne jugez pas les choses graves qui se passent… Je ne pense pas c’est un énorme accord historique. Mais il n’y a pas de reddition ici non plus. Ce n’est pas un morceau de terre dans lequel vous plongez ou naviguez dans un bateau. La sécurité est préservée, et la ligne de bouée… toutes les autres choses sont marginal. Nous obtiendrons même de l’argent d’une entreprise française si elle trouve même du gaz là-bas. »

[signoff