Il a fui Gaza et le Hamas pour Tel Aviv : « A Gaza, la vie est comme la mort « 

A., un habitant de la bande de Gaza, nous parle depuis un appartement du quartier de Tel-Aviv, où il séjourne depuis une semaine, accompagné de connaissances qui lui fournissent un toit sur la tête. A. est entré sur la liste noire du Hamas suite à des déclarations et messages qu’il a publiés, dans lesquels il a osé critiquer la politique du Hamas à Gaza . Il a attaqué le gouvernement du Hamas pour violation des droits humains, s’est prononcé contre la discrimination à l’égard des femmes dans la sphère publique et a exprimé son mécontentement quant à la manière dont les mécanismes de sécurité du Hamas traitent les militants anti-régime.

À l’absurde, celui qui est venu à la défense des prisonniers politiques, en est finalement devenu un lui-même. Le bras long du Hamas a atteint Israël et très vite il s’est retrouvé l’objet de menaces et d’intimidations et de harcèlement physique et moral.

Rejoignez moi sur la Newsletter, Telegram et Facebook 

Newsletter
Telegram
Facebook
Attaque de Tsahal dans la bande de Gaza, photo : photo d’archive : I.P.I

« Lors des premières investigations, il y a eu des coups sévères, des bleus sur tout le corps, très cruels. Même les animaux ne sont pas traités comme ça. L’un d’eux passe, vous donne des coups de poing, l’autre continue, vous bat sans pitié », raconte A. « Dans les enquêtes ultérieures, il y a eu moins de violence physique, mais vous êtes mentalement maltraité. Insulter, jurer contre votre mère et votre père et menacer. Par exemple, à une occasion, ils ont menacé de me tuer et m’ont dit : « Demain, nous allons te tirer dessus et te jeter aux chiens et dire à tout le monde que tu étais un collaborateur d’Israël.

« Une autre fois, ils ont voulu que je signe un papier disant qu’après ma libération, je ne dois parler à personne de ce qu’ils m’ont fait pendant l’enquête, et ne pas partager avec les organisations des droits de l’homme ce que j’ai vécu. Après chaque arrestation et libéré, vous devez prendre des analgésiques et vous déconnecter pendant trois ou quatre jours Pour vous détendre physiquement de ce qui s’est passé. Mentalement, cela reste avec vous, vous ne pouvez pas oublier. C’est l’une des choses qui m’a fait quitter Gaza.

Un voyage à la recherche de moyens de subsistance

Il y a deux ans, A. a été contraint de quitter la bande de Gaza à la suite d’une enquête au cours de laquelle il lui a été clairement indiqué que les forces de sécurité du Hamas disposaient d’informations sur son projet d’organiser des manifestations de masse à Gaza. A. est allé en Égypte, a essayé de gagner sa vie dans un restaurant et, en août dernier, il a réussi à retourner dans sa famille à Gaza. « J’ai vu que je retournais dans le même Gaza avec les mêmes problèmes. Il y a une suppression des libertés, il n’y a pas d’emplois, et les emplois qui y sont vont au Hamas et à ses partisans. Il n’y a pas de stabilité dans la vie, la situation est mauvais, les gens vivent au jour le jour, tout ce que je gagne – tout va, il ne reste plus rien.

Chef du Hamas à Gaza Sinwar, photo : Reuters

« Les enfants grandissent, ils ont des besoins, il faut s’occuper d’eux pour les vêtements d’hiver, pour chauffer la maison, toutes les choses du quotidien, et puis tu te demandes, quel avenir les attend, eux et moi ? Ça fait réfléchir, est-ce comment je veux vivre ça n’a pas de sens. La famille ne mange de la viande fraîche qu’une fois par semaine. Certaines personnes mangent des demi-portions pour passer la journée. Chaque maison à Gaza a des dettes envers la compagnie d’électricité et les gens doivent rembourser les emprunts qu’ils ont contractés.

« On en arrive au point où les habitants évitent d’utiliser leur voiture à moins qu’il n’y ait quelque chose d’essentiel, pour ne pas gaspiller d’argent en carburant. De nombreuses usines à Gaza sont fermées, des commerçants entrent et sortent de prison à cause de dettes, mais ce n’est pas qu’une question C’est dans presque tous les domaines de la vie. Il n’y a pas d’infrastructure, pas de projets, les gens évitent d’aller dans les hôpitaux parce qu’ils ne font pas confiance à la médecine ici. Le Hamas ne fournit pas de services. Il n’y a pas d’avenir.

La semaine dernière, les corps de huit Palestiniens qui se sont noyés dans la mer au large des côtes tunisiennes il y a environ deux mois après avoir émigré de Gaza, essayant de trouver une vie meilleure dans l’un des pays européens, ont été amenés à Gaza pour y être enterrés. « Les dangers sont connus de tous ceux qui immigrent, mais les gens décident de partir. J’ai parlé à l’une des victimes avant qu’il ne quitte Gaza. Il m’a dit : ‘Je suis en train de mourir ici à Gaza de toute façon, alors qu’est-ce que ça m’importe ?' »

« Je suis l’espoir de toute la famille »

Ces dernières semaines, A. a réussi à obtenir l’autorisation de quitter Gaza pour les territoires de Judée-Samarie, mais ce n’était qu’une escale temporaire sur son chemin vers Israël. « J’ai payé 2 400 NIS à quelqu’un qui s’occupera du processus d’obtention d’un permis de travail pour moi, car je veux que tout soit légal. Il y a des courtiers qui arrangent ces choses pour de l’argent, et c’est beaucoup d’argent. Mais si à la fin, j’obtiens un permis, je veux transférer 5 000 NIS aux membres de ma famille chaque mois. Cela signifie rester loin d’eux, mais vous pouvez parler aux enfants via des appels vidéo WhatsApp. Même mes parents et ma sœur m’ont encouragé à prendre cela étape et a dit: «Vous êtes la bouée de sauvetage pour nous». Je suis l’espoir pour toute ma famille.

Bande de Gaza, photo : Reuters

Grâce à des amis, A. a réussi à rencontrer des gens en Israël et espère s’y installer pour longtemps.« Il m’est arrivé de participer à un événement d’allumage de bougies de Hanoucca quelque part. Je n’ai ressenti aucun racisme envers moi, et les gens qui ont célébré savaient que j’étais un Palestinien de Gaza.. Nous avons commencé à parler de chansons et de nourriture. Notre voisin est juif. Je l’aidais à porter les sacs quand elle revenait des courses au supermarché. Je suis contre la violence et les attaques terroristes, et comme moi, il y a d’autres personnes à Gaza qui pensent comme ça. Le problème est que Gaza est exploitée selon des agendas qui ne représentent pas la volonté du peuple. Les gens ont peur du Hamas et ont cessé de manifester. Vais-je retourner à Gaza ? Je vais probablement avoir des ennuis et être emprisonné. Pour l’instant, je n’y pense pas. »

Notre canal Telegram en temps réel est devenu privé pour des raisons de sécurité, pour le rejoindre veuillez vous rendre avec ce lien : https://t.me/+SHjkfg13uJlbAcnk


Nos autres sites sur Alyaexpress-News
  • Infos Israel News - Toute l'info en direct d'Israel
Lien  : https://infos-israel.news/
  • RAK BE ISRAEL - Les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel
Lien  : https://rakbeisrael.buzz/
  • CQVC - Recherche et analyses contre les fakes news !
Lien : https://cqvc.online/
  • Alyaexpress-News - Les infos de tous nos sites réunis :
Lien  : https://alyaexpress-news.com/
  • Ougasheli - La pâtisserie et la cuisine juive
Lien  : https://ougasheli.com/
  • Israel Chrono : Vente produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables !
Lien : https://israelchrono.com/