Accueil Actualité en Israël “Ils l’ont habillée comme une poupée, elle a supplié et le terroriste...

“Ils l’ont habillée comme une poupée, elle a supplié et le terroriste l’a battue à côté de moi” : Aviva Siegel, raconte pour la première fois

“Nous étions dans un tunnel où il n’y avait pas d’air du tout”, a déclaré Aviva Siegel, qui a été interviewée en tant que captifs du Hamas – tandis que son mari Keith, qui a été enlevé avec elle chez eux dans la ville de Gaza, est resté là-bas. Leurs ravisseurs les ont laissés seuls et sont partis parce qu’ils ne voulaient pas rester dans un endroit sans air.

“Je suis restée allongée, sans parler, je n’avais pas la force de parler”, se souvient-elle. Aviva n’oubliera pas le moment où ils ont été sortis de là. “Ils avaient peur que je n’aie pas assez de force pour monter tous les escaliers, car nous étions à 40 mètres sous terre. Je les ai montés en courant.”

Aviva d’Afrique du Sud et Keith des États-Unis, se sont rencontrés alors qu’il était jeune volontaire et qu’elle est en année de service. Ils se sont mariés et ont eu quatre enfants. Le 7 octobre, les terroristes sont arrivés chez eux et les ont kidnappés à Gaza. “Ils tiraient tout le temps autour de nous”, dit-elle. “Et pendant que nous marchions, ils ont poussé Keith et ont déchiré sa chemise et il s’est cassé les côtes.”

“Ils simulent des tirs vers nous avec leur arme, mais ils ne tirent pas vraiment et rient pour se moquer”

Dans le premier tunnel qu’ils ont atteint, il y avait cinq autres membres du kibboutz et Aviva s’intéresse à une chose : où se trouve Shay. De ses quatre enfants, il est le seul à vivre au kibboutz, mais aucun d’eux ne sait ce qui lui est arrivé. Aviva craignait qu’il ait été assassiné et ce n’est qu’après sa libération qu’elle a découvert qu’il était vivant.

Keith Siegel
“Je lui ai dit que je devais y aller, je l’ai serré dans mes bras et je l’ai quitté.” Keith Siegel

 

“Keith et moi avons traversé 13 endroits. Des appartements et des tunnels. Ils nous ont habillés avec des vêtements, je l’ai appelé ‘le costume’, comme les Arabes, des dizaines de fois”, dit-elle. “Au début, il nous disait que nous devions nous entraîner pour cela, puis il se moquait de nous et disait : ” Habillez-vous ! ” Et nous avons dû nous habiller en quelques secondes. Ils nous ont menacés à plusieurs reprises avec le pistolet. Comme s’ils nous tiraient dessus avec le pistolet, mais sans vraiment tirer et en riant.”

“Il y a eu un jour où l’un des terroristes était très, très en colère contre Keith”, se souvient-elle, “et l’a menacé avec son arme. Il a apporté les menottes et il les a agitées devant son visage en riant à moitié, mais nerveusement parce qu’ils nous ont demandé de nous taire et Keith a parlé un instant. Et après cela, Keith est tombé en dépression, pendant quelques jours, il communiquait à peine, nous pleurions en secret.

“Souvent, ils ne nous apportaient pas de nourriture du tout, au moins pendant 24 heures”, continue-t-elle à raconter les abus, “et ils ne nous apportaient pas non plus d’eau. Nous devions parfois les mendier pour qu’ils nous apportent de l’eau. (…) On leur montrait que la bouteille est vide, et il faisaient comme s’ils ne comprenaient pas”.

“Les quatre terroristes l’ont frappée avec un bâton”

Lorsque les ravisseurs l’ont relâchée, ils lui ont dit que Keith la rejoindrait à Moharet et depuis, elle attend sa libération. Depuis son retour, elle est devenue le visage des jeunes femmes restées sur place, avec lesquelles elle était en captivité. Depuis son retour, elle ne cesse d’en parler.

Le témoignage d’Aviva Siegel, évadée de la captivité du Hamas
“Une des filles est revenue après être allée un moment aux toilettes pour faire pipi, et j’ai vu sur son visage qu’elle était bouleversée. Pardonnez-moi, je vais dire des gros mots, mais ce fils de pute l’a touché”, a-t-elle déclaré à la Knesset. “Je veux vous dire que les terroristes ont apporté des vêtements inappropriés, des vêtements de poupées, et ont transformé ces filles en poupées, des poupées attachées à un fil.”

Ils nous ont dit : « Habillez-les comme une poupée ».

“Bien. Asseyez-vous et regardez-les. Une des filles, après l’avoir habillée avec des vêtements de poupée, elle ne pouvait même pas plier le genou, elle a supplié le terroriste : ‘C’est petit, donne-moi une autre tenue’. Et lui avec le fusil la menace qu’il va la tuer. Il lui tire les cheveux et la jette au sol, lui crie dessus et la bat, à côté de moi.

“Et puis il l’emmène”, continue-t-elle à décrire. “Il lui a mis les menottes aux mains et l’a recouverte d’une couverture et eux, les quatre terroristes l’ont juste battue. Ils l’ont battue avec un bâton. Ils l’ont battue partout, elle n’a pas dit un mot. Quand elle est revenue et je lui a demandé : « Comment se fait-il que tu n’aies pas crié ? Elle a dit : “Je ne voulais pas leur donner le plaisir de me faire du mal.”

“Peu de temps après notre arrivée, ils ont proposé à quiconque voulait prendre une douche. Trois très jeunes filles qui étaient avec nous ont demandé à prendre une douche et ils les ont accompagné à la porte la laissant ouverte pour qu’ils puissent jeter un coup d’œil et les voir sans vêtements. ” Les terroristes n’ont pas accepté de fermer la porte, c’était la condition pour qu’ils prennent une douche, et elles ont essayé de cacher leurs corps. ”

“Je suis allé voir Keith, je l’ai serré dans mes bras et c’est comme ça que je l’ai laissé là”

Une fois, ils ont emmenée Keith faire une « tournée » à Gaza. Ils nous ont fait visiter Gaza pendant environ 45 minutes. Il voulait nous montrer à quel point l’armée avait fait exploser Gaza. Il a dit : « Je veux vous montrer ce que votre armée a fait. » Et il nous a dit combien de personnes avaient déjà été tuées à Gaza. »

Après 50 jours de captivité, les terroristes bandent les yeux d’Aviva, Keith et une autre fille qui les accompagnait et, dans l’obscurité totale, les font descendre de l’appartement où ils se trouvaient et les mettent dans une voiture. Ils arrivent dans un autre appartement où Keith est séparé. Il vient dans ma chambre, se penche et dit : « Toi, demain, Israël ». Et je lui dis : ‘Non, non, non, non, non, Keith et moi.’ Il me dit : “Tu pars maintenant. Israël, toi. Keith, demain. Je suis allé voir Keith, qui était allongé sur le matelas dans la pièce voisine et je me suis penché vers lui, je l’ai regardé et je lui ai dit la nouvelle, puis je l’ai serré dans mes bras et c’est comme ça que je l’ai quitté.”

Le tunnel où se trouvaient Keith et Aviva
« Souvent, ils ne nous apportaient pas de nourriture du tout. » Un tunnel où se trouvaient Keith et Aviva

“J’ai l’impression que je te dois la vie”

Le jour de la libération, les voitures du Hamas arrivent au terminal de Rafah avec les personnes enlevées à l’intérieur, Aviva remarque qu’il y a une personne enlevée israélienne dans une voiture à proximité qui semble être dans un état grave. Les terroristes tentent de lui parler et elle ne répond pas. Aviva demande à être transférée dans la voiture dans laquelle elle se trouve.

“Je vous ai touché et j’ai vu que vous aviez vraiment froid et que vous n’aviez pas l’air très bien, alors je me suis retournée et j’ai dit au Hamasnik : ‘Docteur maintenant, maintenant. Elle va mourir'”, a-t-elle déclaré à Alma Avraham, qui était kidnappée à Nahal Oz et revenue avec elle de captivité lorsqu’elle lui rend visite à l’hôpital. “Je lui ait fait un massage sur tout le corps, je l’ai mise sur moi pour la réchauffer.”

Aviva Siegel et Alma Avraham
“Je t’ai touché et j’ai vu que tu avais vraiment froid.” Aviva Siegel et Alma Avraham

“Tu étais là quand j’avais besoin de toi, merci”, lui dit Alma.

« Peut-être que si tu n’etait pas là, cela ne serait pas arrivé », a déclaré à Aviva Uri Ravitz, le fils d’Alma. “Donc j’ai l’impression que je te dois aussi sa vie.”

Aviva est une survivante qui donne chaque jour, à plusieurs reprises, un témoignage détaillé des atrocités. Pour Keith, pour les filles encore là, pour les avoir toutes ramenées. “Le monde me donne vraiment l’impression qu’il est silencieux”, dit-elle. “Et j’ai le sentiment qu’ils ont raté la leçon d’histoire sur l’Holocauste. Ils ne peuvent pas laisser quelque chose comme ça se produire.”

Nouveau reseau social créé par le fondateur de Twitter, veuillez me rejoindre !!

https://bsky.app/profile/infosisraelnews.bsky.social



La Roulotte du Hayal organise et cuisine et nourrit les soldats à la frontière de Gaza. Il y a beaucoup de réservistes et ils n’ont aucun organisme de financement et tous les bénévoles de la Roulotte du Hayal ne reçoit pas de salaire. Tous sont bénévoles et le font pour les soldats uniquement !! Ils nous faut des dons et le nombre de soldats qui ont besoin de nourriture chaude et cuite à la maison ne fait qu'augmenter , et avec cela les dépenses. Frères, remplissons leurs réfrigérateurs, aidons-les à continuer à nourrir les guerriers du front sud avec de la nourriture faite maison.👏 Chaque shekel donné va à 100 % aux soldats Cliquez ici et devenez partenaire : 👇👇👇

Pour faire un don par Paypal ou CB , cliquez sur le bouton "Faire un don" par PAYPAL OU CARTE BANCAIRE :

 
Nos autres sites sur Alyaexpress-News
  • Infos Israel News - Toute l'info en direct d'Israel
Lien  : https://infos-israel.news/
  • RAK BE ISRAEL - Les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel
Lien  : https://rakbeisrael.buzz/
  • CQVC - Recherche et analyses contre les fakes news !
Lien : https://cqvc.online/
  • Alyaexpress-News - Les infos de tous nos sites réunis :
Lien  : https://alyaexpress-news.com/
  • Ougasheli - La pâtisserie et la cuisine juive
Lien  : https://ougasheli.com/
  • Israel Chrono : Vente produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables !
Lien : https://israelchrono.com/