Israël exige que les États-Unis et l’Europe « n’autorisent l’entrée qu’aux Israéliens qui sont vaccinés avec une troisième dose »

Israël franchit une nouvelle étape dans sa bataille pour vacciner sa population. Avec les États-Unis, elle élabore aujourd’hui des accords de reconnaissance mutuelle pour l’entrée de la population vaccinée sur son territoire, tout comme elle le fait avec l’Union européenne.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le 3 octobre, le « pass-santé » expirerait en territoire israélien pour ceux qui auraient pu appliquer la troisième dose et ne l’ont pas fait.

En ce sens, Israël travaille pour que les États-Unis et d’autres pays ne reconnaissent comme « immunisés » que les Israéliens qui se sont administrés les trois doses du vaccin Pfizer.

🟦 ANNONCE 🟦

Cette question a été abordée cette semaine lors de réunions entre les directeurs du ministère de la Santé et le Premier ministre. Cela signifie que lorsque les accords entreront en vigueur, les États-Unis et l’Union européenne n’autoriseront pas les Israéliens qui n’ont pas reçu la troisième dose de vaccin à entrer sur leurs territoires.

Pendant ce temps, hier, on savait que le ministère israélien de la Santé évaluait l’imposition de nouvelles restrictions à ceux qui n’ont pas encore été vaccinés contre le coronavirus.

Publicité 

Parmi les mesures à envisager figurent : l’augmentation du coût des plans médicaux pour ceux qui n’ont pas encore été vaccinés avec la formule Pfizer, l’interdiction des cours de conduite et des examens pour obtenir un permis de conduire, le test PCR obligatoire pour quitter le pays (les mêmes doivent être résolu par l’intéressé), les traitements médicaux qui ne sont pas urgents nécessiteront obligatoirement une PCR, les agents de santé et d’éducation seront obligés de se faire vacciner, test d’antigène toutes les 24 heures (pas 48 heures) en guise de pass sanitaire pour ceux qui ne le font pas appliquer les doses.

Par ailleurs, la Santé a imposé un nouvel objectif dans la campagne de vaccination contre le coronavirus. Dans les deux prochaines semaines, jusqu’à un mois, elle devrait atteindre quatre millions de citoyens qui appliquent la troisième dose.

Du ministère de la Santé, il est clair, comme l’a rapporté hier soir le journal télévisé de la chaîne locale 12, que des difficultés juridiques peuvent survenir, qui pourraient même déclencher des requêtes et des recours devant la Cour suprême de justice, et leur annulation ultérieure.

Après la fête de Souccot (jusqu’au 28 septembre) une campagne d’information et d’incitation à la vaccination débutera. Un ralentissement de la vaccination a été observé à la suite de la décision de la FDA.

Hier soir, des chiffres du ministère israélien de la Santé ont été publiés indiquant qu’il n’y avait pas d’augmentation des cas de myocardite après avoir reçu la troisième dose du vaccin contre le coronavirus.
Les chercheurs notent qu’il y a moins de cas de myocardite par rapport à ce qui a été enregistré après la deuxième dose.

Environ 30 % des jeunes de 16 à 19 ans en Israël ont déjà reçu la troisième injection et aucune augmentation de l’incidence de cet effet indésirable n’a été observée. Des données similaires se sont produites dans la population adulte.

En outre, le comité des exceptions formé par le ministère des Affaires étrangères, de la Santé et de l’Autorité de l’immigration et de la population d’Israël a adressé la demande d’exemption de présenter un résultat PCR négatif pour un test Covid-19, à ceux qui se sont rétablis au cours des trois derniers mois, avant votre vol de retour au pays.

« Ceci dans le but de raccourcir les démarches bureaucratiques avant son vol de retour vers Israël », a expliqué un communiqué du ministère israélien des Affaires étrangères.

Ainsi, l’exemption du test a été autorisée à l’unanimité pour ceux qui présentent un PCR positif à la compagnie aérienne à l’étranger, d’une manière qui montre qu’ils sont tombés malades du coronavirus au cours des trois derniers mois.

Le ministère israélien de la Santé a mis à jour la liste des pays « rouges », nommés pour leurs taux de morbidité élevés dus au coronavirus.

Le nouveau communiqué indique que « les voyages en Bulgarie, au Brésil et en Turquie sont interdits, tant pour les citoyens vaccinés que pour ceux qui se sont rétablis de la maladie », et « seuls ceux qui ont reçu l’autorisation du comité des exceptions peuvent le faire ». Pendant ce temps, ceux qui reviennent de ces pays doivent se conformer à un isolement préventif obligatoire complet.

Une femme de 31 ans non vaccinée contre le coronavirus est décédée mardi après avoir été admise à l’hôpital Assaf Harofe. Malgré les efforts des médecins, la jeune femme a perdu la vie.

Depuis l’hôpital, ils ont publié un communiqué dans lequel ils ont appelé la population à se faire vacciner contre le coronavirus pour « éviter ce type de tragédie ».

 

 

🟦 ANNONCE 🟦