Juin 1974. Un soldat de Tsahal parmi les ruines de Quneitra. L'Église grecque orthodoxe est restée intacte. En arrière-plan, le mont Bentel [Photo: Yaakov Saar]

Un soldat laïc découvre au milieu d’une guerre qu’il est laissé seul, blessé, devant l’armée syrienne. Il promet de se repentir et d’établir une maison pour le Créateur du monde s’il est sauvé de l’enfer. La suite est fascinante, surprenante et pleins de miracles !

Chaque année, le jour le plus saint de l’année, Yom Kippour, le rabbin Ben-Zion Salami, chef des institutions Derchei Torah dans la ville de Rehovot, revient, il y a environ cinq décennies, à la guerre qui a coûté la vie à des milliers de Juifs, dont beaucoup de ses amis. À cette époque où la mort était à un pas de lui, mais où il a été miraculeusement sauvé. Ce fut la guerre la plus difficile menée par l’État d’Israël, mais c’est précisément au cours de celle-ci que le rabbin Salami a découvert la main de la Providence suprême. Juste avant Hanoukka, la fête des miracles et des merveilles, un journaliste de Hidabroot est allé à la ville de Rehovot, pour parler au rabbin Salami du miracle privé qui s’est passé et a changé sa vie de bout en bout.

«J’ai vu des miracles et des merveilles dans cette guerre», commence-t-il par sa fascinante histoire de sauvetage alors que nous entrons dans son bureau dans le bâtiment institutionnel qu’il a installé. «Des camarades d’armes sont tombés à ma droite et à ma gauche», ajoute-t-il alors que sa voix s’étouffait. Bien que j’étais plus d’une fois à deux pas de la mort – je suis resté en vie, pour le remercier et le louer, j’ai établi une maison de Torah et de prières pour qu’il soit béni.

Au milieu de Yom Kippour 5734 (6 octobre 1973), à 13 h 55, les épreuves des guerres connues du jeune État éclatent, les armées égyptienne et syrienne lancent une offensive contre l’État d’Israël qui a été attaqué par surprise. «À la base où j’ai servi, nous avons été informés plus tôt que nous allions être renvoyés de l’armée pour des vacances», dit-il. Pendant longtemps, nous n’avons pas eu à nous interroger sur la nature de l’ordre inattendu, car immédiatement après cela, les alertes ont commencé et tout le pays est entré dans une routine de guerre. « 

(בעיגול: הרב בן ציון סלמי שחזר בתשובה בעקבות מלחמת יום כיפור)

Vous décrivez une guerre qui vous a surpris beaucoup, les soldats qui sont censés combattre, mais complètement surpris. Comment la bataille a-t-elle été menée dans les premières étapes de la guerre ?

«Un manque absolu de contrôle a prévalu dans les premiers jours de la guerre. Peu de temps après le déclenchement de la guerre, nous sommes arrivés au camp d’Amos près de Ramat David, d’où nous étions censés aller combattre, mais nous manquions d’armes et de l’équipement de base nécessaires pour combattre. « Ils ont annulé nos vacances et nous ont obligé à rester à la base et une telle situation nous a déja déstabilisé. Le ministre de la Défense et les hauts responsables de l’establishment de la défense ne croyaient pas que la guerre éclaterait, et ils ont été trompés. »

Rak Be Israel, le top d’Israël !

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Alyaexpress-News 

Ougasheli.com 

Le rabbin Salami explique que sa complaisance et celle de ses amis était enracinée dans la situation qui prévalait à l’époque. »C’était les années qui ont suivi la guerre des Six jours. Tout le monde dans la région avait très peur du pouvoir de Tsahal. Par exemple, lorsque nous sommes arrivés à Gaza, les terroristes n’oseraient pas nous attaquer, mais nous fuyaient. Nous avons dû les poursuivre pour les capturer. A cette époque, la situation d’Israël était complètement différente de sa situation actuelle. « 

Dans ce contexte, la complaisance a dominé le niveau dans les jours qui ont précédé la guerre qui a éclaté à Yom Kippour. Les premiers moments de choc et d’étonnement du commandement de la brigade Golani avec le déclenchement de la guerre ont été rapidement remplacés pour tenter de prendre le contrôle de la situation. Le personnel de l’unité de Salami a été chargé d’arriver à Rosh Pina pour recevoir du matériel militaire qui leur permettrait de prendre part aux premieres batailles de la guerre. « Nous avons éliminé des dizaines de combattants, avec de vieux véhicules des FDI. En chemin, nous avons écouté les reportages radio du front. C’est à ce moment-là que nous avons réalisé que la situation était très grave. « 

Une complaisance qui s’est terminée dans le chaos

Salami et ses amis sont arrivés à Rosh Pina, où ils étaient équipés d’armes et de munitions, et se sont précipités en direction du pont Banot Yaakov, qui relie les hauteurs du Golan à la région de la Haute Galilée. «Nous avons dû fermé le pont», dit-il. Le but du haut commandement était de retarder la progression des Syriens. Mais à mi-chemin, les combattants ont reçu un message leur demandant de changer de direction. «Une unité envoyée au mont Hermon, dans le but de reprendre l’avant-poste du mont Hermon, a été prise dans une embuscade syrienne dans le nord du plateau», explique le rabbin Salami. «En conséquence, les forces israéliennes ont subi de lourdes pertes et ont été confinées sur les lieux sans pouvoir partir. Nous avons dû arriver sur les lieux pour les aider et servir de force de sauvetage qui permettrait aux combattants de se retirer de la zone saturée de commandos syriens.»

Ensuite, Salami et ses amis découvriront à quel point Tsahal avait été désorganisé à ce stade. « Quand nous avons atteint le nord du plateau, nous avons découvert un checkpoint militaire israélien, qui nous a bloqué. Un officier supérieur qui séjournait sur les lieux nous a ordonné de quitter le nord du plateau. «Il y a une bataille de chars ici, donc vous ne pouvez pas aider ici», nous a dit l’officier. Au lieu de cela, il a demandé que nous nous tournions vers le sud du plateau, où des combats à pied avaient lieu au même moment, et nous avons dû – pour la troisième fois – changer de destination et prendre une direction différente.

«Puis, au milieu du voyage vers le sud du plateau, un spectacle terrifiant s’est tourné vers nous : une ligne de chars syriens s’approchait devant nous, s’approchait rapidement de nous. Nous étions très motivés pour lutter contre les Syriens, mais nous n’avions pas d’armes antichars, nous avons donc dû fuir. Les chars syriens ont commencé à nous tirer à distance. Heureusement, les chars se sont déplacés sur un terrain plus élevé que là où nous étions, et si dans une bataille régulière c’était un désavantage pour nous, maintenant c’était un avantage, car les barils de chars tirent en ligne droite et ne peuvent pas nous toucher et dans une rapide évasion de l’endroit, nous avons quitté l’endroit, presque sans crainte. « 

Après avoir fui les hauteurs du Golan, avez-vous continué à participer aux combats ?

«Absolument. Après quelques jours, on nous a ordonné de remonter sur le plateau. Sur notre chemin, nous avons observé les restes des batailles qui avaient eu lieu plus tôt dans la région ; toute la zone du plateau était couverte de suie, des chars syriens et israéliens étaient éparpillés à chaque coin de rue, de la suie et encore de la suie. « C’était un paysage d’une grande violence. Heureusement, nous étions trop occupés à progresser et à nous défendre, et cela ne nous a pas laissé beaucoup de temps pour réfléchir », dit-il.

À ce moment-là, la guerre a commencé à pencher en faveur d’Israël. Mais les combats se sont poursuivis à haute intensité. « Des avions de combat syriens passaient toujours au-dessus de nous, bombardant la zone où nous étions. Heureusement, ils n’étaient pas précis dans leurs bombardements et il semblait qu’ils avaient peur des frappes aériennes ou des avions de combat israéliens et se sont donc dépêchés de larguer les bombes et de s’échapper de la scène sans viser des cibles précises. Au milieu, des hélicoptères de combat syriens passaient et débarquaient de temps en temps des commandos, devant eux nous devions mener des batailles et des poursuites. « 

Soucca entre les autochenilles

« À l’époque, nous avons sécurisé des unités d’artillerie qui étaient impliquées dans le bombardement de la partie syrienne sur le plateau du Golan. Entre-temps, Souccot est arrivé et les soldats religieux de l’unité ont utilisé deux autochenilles pour construire une soucca. «Les autochenilles ont été placées côte à côte et des eucalyptus ont été jetés dessus, nous avons donc eu le privilège de profiter d’une soucca pendant les pauses entre les bombardements. C’était une expérience passionnante et incroyable pour nous, en tant que soldats laïques», note-t-il.

Jour après jour, la zone où séjournaient Salami et ses amis était vidée de la présence syrienne. Présent au commandement supérieur qu’il n’y avait plus besoin de chasseurs au bout du plateau, les combattants de l’équipe ont reçu l’ordre de descendre du plateau, et de venir d’une autre direction, afin d’attaquer les forces syriennes sur le mont Hermon. «Nous avons quitté le nord du plateau, et nous sommes descendus, marchant dans l’obscurité presque complète. Nous avons dû traverser des sentiers étroits et d’immenses gorges, avec des pentes abruptes sur tout le chemin. Nous devions faire très attention sachant que si nous faisions un petit pas qui n’était pas au bon endroit, nous pouvions chuter, Dieu nous en préserve.

Lorsque nous avons atteint la zone où se trouvaient les forces syriennes, les équipes de négociations d’Israël et de Syrie ont commencé à discuter d’un cessez-le-feu. Par conséquent, la bataille a été gelée entre-temps et nous pouvions nous permettre de nous endormir enfin en paix. Le calme n’a pas duré longtemps. Seulement une heure après s’être endormis, de grandes lumières de feu se sont levées de partout dans la zone et des dizaines de tirs de Katyushas sont passées au dessus de nos têtes. Il s’agissait d’une attaque à la roquette par la partie syrienne contre les forces israéliennes qui se trouvaient dans la zone. Très vite, nous nous sommes levés et avons commencé à aider les blessés qui criaient de tous les côtés. Le plan initial qui nous était imposé, qui a été interrompu après le cessez-le-feu, est revenu à la vie.

 » L’armée a divisé les forces arrivées dans le Golan en deux : les parachutistes ont reçu l’ordre d’occuper le Golan syrien et nous – les combattants de la brigade du Golani – avons dû occuper le Golan israélien. « Nous n’avons aucune information sur l’endroit où ils se trouvent », a-t-il admis, ajoutant que nous commencerions l’attaque depuis la direction de Majdal Shams pour s’assurer qu’aucun soldat ennemi n’y est resté.

« C’est ainsi que nous avons commencé le voyage », poursuit le rabbin Salami, « avec une grande appréhension, mais parfois dans l’importance de ce que nous faisons. La première nuit des combats, nous avons marché pendant de longues heures sans rencontrer de combattants syriens. Pendant un moment, ils semblèrent se retirer en Syrie. » 04h00 du matin, la première rencontre a eu lieu. Les forces syriennes, bien déterrées, ont lancé une attaque contre nous alors qu’elles nous attaquaient de toutes les directions. Elles semblaient s’entraîner bien avant notre arrivée. Pendant la bataille, j’entends soudain le bruit d’ouverture d’une grenade de Nazareth. J’ai crié : «Grenade» et je suis tombé au sol.

«Une féroce explosion a terrifié la région. Des cris de blessés ont été entendus de tous côtés. J’ai commencé à soigner mes camarades blessés puis des ambulanciers sont arrivés pour me remplacer, me permettant de continuer à me battre. D’un autre côté, une rafale de coups de feu a été tirée sur moi, et je suis tombé au sol et me suis tourné vers l’un des soldats qui m’accompagnait, qui appelait les forces de Tsahal pour qu’il vienne me sauver. D’une voix faible, il a répondu : « Nous sommes seuls ici, Tsahal se tient à distance, et ici devant nous, il n’y a que des soldats syriens. » J’ai été frappé d’étonnement et d’appréhension. Le sens des choses face à cette nouvelle réalité était difficile à entendre… « 


Je suis resté seul avec les Syriens

Si cela ne suffisait pas, Salami découvrit soudain qu’un soldat syrien gisait dans un fossé devant lui. « Il a été blessé », se souvient le rabbin Salami. «Apparemment, il a été touché par les grenades que j’avais lancées plus tôt sur la zone pendant l’assaut. Je l’ai entendu crier à ses amis de venir l’aider, mais ils avaient peur de venir et l’ont laissé. Nous nous sommes donc allongés face à face pendant de longues heures jusqu’à ce que la lumière du matin s’allume. À la lumière de la région, je découvre à ma consternation que le soldat syrien n’est rien d’autre qu’un combattant commando, qui tient une arme prête dans ma direction. Au début, j’ai pensé à lui tirer dessus avant qu’il ne me remarque, mais ensuite j’ai écarté cette pensée en comprenant que si je lui tirais dessus – ses amis, qui ne sont pas loin de moi, riposteraient et me frapperaient. J’ai donc décidé que ce que j’avais vraiment besoin de faire était d’apprendre à bien faire les choses.

«Pendant ce temps, toutes nos forces ont quitté les lieux et je me suis retrouvé seul devant les Syriens. En raison de l’ampleur du miracle, les autres combattants syriens, qui se trouvaient dans la zone, avaient peur de venir sur les lieux malgré le silence du côté israélien et les appels à l’aide lancés par leur ami. Dans mon esprit, j’avais déjà accepté ma mort imminente. J’ai réalisé que j’avais deux choix : l’un de tomber entre les mains des Syriens et l’autre d’être tué au combat contre eux. Après avoir entendu des histoires de leur cruauté et avoir été exposé, comme tout le peuple d’Israël, à l’histoire de la mort cruelle d’Eli Cohen, j’ai préféré mourir au combat avec eux et j’ai donc commencé à me préparer à ma mort. C’était une sensation terrible. Je me souvenais de tout ce que j’avais vécu dans ma vie jusque-là, dans une sorte de séparation de ce monde. Puis, dans ces moments difficiles, je me suis tourné vers le Créateur du monde pour la première fois de ma vie. Du fond de mon cœur, j’ai crié sans voix que si ma vie était sauvée, je lui construirais une maison, sans savoir ce que je voulais vraiment dire.

Et Dieu a entendu ma promesse et a répondu. Sorti de l’enfer, entre des évanouissements et après de longues heures d’inactivité, je découvre soudain comment une force de sauvetage du 17e bataillon entre en scène alors qu’elle mène une bataille face à face avec les forces syriennes stationnées là-bas. J’ai levé la main vers les soldats israéliens et j’ai crié que j’étais un soldat israélien, et les soldats m’ont signalé qu’ils m’avaient vu. Ils ont dégagé la zone en peu de temps et sont venus me voir.

«J’ai été transporté par hélicoptère à Migdal HaEmek, où je suis resté quatre mois. Au début, les médecins voulaient couper la jambe blessée, mais miraculeusement, le médecin-chef du service a ordonné de ne pas le faire. Il a demandé aux autres médecins d’attendre et de me donner une chance de récupérer. «De toute façon, il y a moins de blessés qui viennent chez nous», a-t-il expliqué aux médecins de la terrible logique qui ne se fait entendre qu’en temps de guerre. En effet, à cette époque, le nombre d’Israéliens tués et blessés était bien moindre. Israël se trouvait dans une bien meilleure position que ce à quoi il était confronté avant le déclenchement de la guerre, après que de vastes territoires ennemis aient été occupés par nos forces.

Du monde des ordinateurs au monde de la Torah

La guerre du Yom Kippour s’est terminée par une faible réponse. Le peuple d’Israël a commencé à se remettre de ses blessures et Ben-Zion Salami a tenté de retourner à son ancienne vie. «J’ai d’abord postulé pour travailler pour Tadiran», dit-il. «Ensuite, je me suis marié et j’ai décidé d’aller à des études informatiques, où j’ai rencontré un de mes anciens amis. L’ami, il s’est avéré, s’est repenti et a commencé à mener une vie de Torah. Bien que j’étais très loin de la vie de la Torah et des mitsvot, je me suis souvenu de la promesse que j’avais faite quelque part sur le plateau du Golan. « Ce qui me suivait sans arrêt dans mes pensées, et j’ai décidé à ce moment-là de participer à une leçon de Torah. »

Je me souviens qu’après la guerre, j’ai souffert de cauchemars et de difficultés à m’endormir la nuit, mais depuis que j’ai commencé à étudier la Torah, tout est parti  », note-t-il avec enthousiasme, témoignant:  » La Sainte Torah était la clé qui m’a enlevé toutes les pensées difficiles.

Après une courte période d’étude de la Torah, j’ai décidé de changer ma vie de bout en bout et de me repentir. Quand j’ai commencé mes études, c’était dans un petit kollel tenu par mon ami, un très vieil homme. Pendant une courte période, j’ai été engagé dans l’étude de la Torah sans souci. Seulement environ deux mois plus tard, il est décédé. Le kollel, tenu par lui, se dissout aussitôt.

«Le souvenir de la promesse d’établir un foyer pour le Créateur du monde a continué à résonner dans mon cœur même à cette époque, la fermeture du kollel m’a conduit à prendre enfin la décision de rouvrir le lieu, cette fois je suis celui qui s’occupe du salaire des étudiants et du lieu.

Le kollel qui a été initialement créé était assez petit. Combien d’étudiants y ont étudié à ce moment-là. Et cela aussi était à peine financé. Aujourd’hui, cependant, le nouveau beit midrash dans lequel se trouve le kollel abrite une centaine d’étudiants qui s’assoient et se livrent à la Torah et aux mitsvot. Selon le rabbin Salami, le kollel a été créé dans le but de ne pas avoir d’étudiant séfarade sans endroit pour étudier. «Parce qu’à l’époque, malheureusement, beaucoup de ces étudiants n’avaient pas de lieu d’étude approprié», dit-il.

«Au fil des ans, nous avons également reçu des étudiants qui ne savaient pas du tout étudier, et ceux qui étaient également assis en prison, et avec nous, ils sont devenus des étudiants bien éduqués, des pratiquants fervents de la Torah du matin au soir. Il envoie de l’aide tout le temps, comme il est écrit:  » Ouvrez pour moi une ouverture comme la pointe d’une aiguille, et je vous ouvrirai une ouverture comme l’ouverture d’une salle  », le rabbin Salami ajoute qu’il est resté fidèle au but précisément à cause des principes avec lesquels il a grandi en tant que jeune soldat, non pas pour poser des questions, mais pour se précipiter devant l’ennemi, à la lumière de la devise militaire selon laquelle un soldat qui n’attaque pas – n’est rien d’autre qu’un soldat mort. « Plus tard, quand j’ai découvert le monde de la Torah et des mitsvot, j’ai réalisé qu’un Juif qui ne progresse pas est un Juif » mort « spirituellement mort. »

Toute l'équipe d'Infos Israel News souhaite aux nombreux malades du corona une guérison complète et rapide. Merci à tout nos lecteurs de lire ce passage pour leur guérison !

tehilim 121

1 Cantique des degrés. Je lève les yeux vers les montagnes, pour voir d’où me viendra le secours. 2 Mon secours vient de l’Eternel, qui a fait le ciel et la terre. 3 Il ne permettra pas que ton pied chancelle, celui qui te garde ne s’endormira pas. 4 Non certes, il ne s’endort ni ne sommeille, celui qui est le gardien d’Israël. 5 C’est l’Eternel qui te garde, l’Eternel qui est à ta droite comme ton ombre tutélaire. 6 De jour le soleil ne t’atteindra pas, ni la lune pendant la nuit. 7 Que l’Eternel te préserve de tout mal, qu’il protège ta vie! 8 Que le Seigneur protège tes allées et venues, désormais et durant l’éternité!

🟦 ANNONCE 🟦

   

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.