«Je suis content des choix que j’ai faits», déclare Yehuda Reich (24 ans), patrouilleur Golani, ancien ultra-orthodoxe, divorcé et père d’un garçon de cinq ans, qui débutera son nouveau rôle de commandant dans un cours de deux semaines dans environ deux semaines. J’ai payé cher et mangé de la paille en quantité, mais j’ai appris à tout surmonter. J’ai réussi à passer de garde à la patrouille de Golani et je suis heureux”.

L’histoire de Yehuda est inhabituelle, en partie à cause de l’énorme changement qui s’y est produit. C’était un ultra-orthodoxe classique, membre du célèbre mouvement hassidisme de Sanz, qui s’est marié très jeune et a eu un enfant, et est devenu «strictement» laïc, comme il le définit, et un Golanchik qui rêve d’un cours d’officier.

Yehuda à la fin du cours MK // Photo: porte-parole de Tsahal

«J’ai grandi dans une maison hassidique classique, une maison sérieuse avec un père Rosh Yeshiva et sept autres frères et sœurs», dit-il. «La vérité est que mon enfance a été un peu plus difficile que mes frères et sœurs parce que j’avais des difficultés à lire et à écrire – j’avais un problème oculaire que personne ne pouvait diagnostiquer. J’étais étiqueté comme un enfant problématique qui ne savait rien de sa vie, et cela m’a éloigné.
Après quelques années, cependant, un ophtalmologiste a réussi à équiper le petit Yehouda de lunettes spéciales et cela m’a aidé :  «J’ai commencé à étudier dans une petite yeshiva (parallèle au lycée – HG) et j’ai terminé le cours, mais après un an, j’ai senti que je n’avais pas réussi et j’ai donc déménagé dans la yeshiva de mon père. “Trois mois plus tard, je suis parti parce que je ne m’entendais pas avec lui et je suis passé à une troisième session, où j’ai étudié jusqu’à l’âge de 19 ans.”

«Je ne faisais pas partie des meilleurs étudiants», admet-il. «J’avais l’habitude de fumer, de regarder des films et de jouer au basket, mais tout était secret. Parfois, ils m’attrapaient et me jetaient hors de la yeshiva, mais comme mon père est une personne connue dans la yeshiva, ils me ramenaient à chaque fois.”

Haredi seulement extérieurement
Parce que Yehouda était problématique, son père a eu une idée originale : s’il ne pouvait pas être dans une yeshiva, il se marierait. «Dès l’âge de 16 ans, j’ai traîné avec les grands, qui ne trouvaient pas de correspondance, et à 19 ans, papa a décidé que je devais me marier.  Yehuda a rencontré qui serait sa future épouse. Deux réunions ont eu lieu entre les deux, d’une durée de trois heures chacune, dans lesquelles “j’ai dit ce qu’ils attendaient de moi, sur la façon dont je veux éduquer les enfants et comment je vois ma table de Shabbat, mais je ne croyais pas vraiment ce que j’ai dit.” tout cela dans un temps relativement court, les deux se sont mariés.

«J’ai commencé à travailler dans un supermarché et j’ai senti une indépendance que je n’avais jamais connue, que je pouvais faire tout ce que je voulais. “Ma femme a vite compris et remarqué  – elle est dévotement religieuse, lisait les Psaumes le Chabbat, mais son mari ne se levait pas pour prier.” Les deux ont essayé de mener une routine de la vie mais en vain. Pendant que sa femme était à un stade avancé de grossesse, ils se sont distancés : “Je revenais à dix heures du soir et nous ne nous rencontrions pas.”

À la naissance de son fils, il avait déjà une apparence presque complètement laïque, et un an plus tard, le couple a décidé de déballer le colis. «Nous avons divorcé gentiment, tranquillement, nous avons tout caché à nos parents. C’est seulement alors que nous leur avons dit. Il avait alors 22 ans et en avait assez du monde ultra-orthodoxe. “Personne ne me dira quoi faire – ni le Rabbi ni la congrégation.”

“Je n’ai pas compris ce que je faisais là-bas”
Après le divorce, il y a eu une rupture entre Yehouda et sa famille, car son père avait peur qu’il influence ses jeunes frères. «Pendant un moment, j’ai erré d’un endroit à l’autre sans abri, dormant ici et là et m’entendant d’une manière ou d’une autre. Ce fut une période difficile pour Yehouda. Il a contacté d’anciens ultra-orthodoxes qui s’occupaient de drogues dures et de filles. Il a dit : «Je connaissais le mauvais côté de Tel Aviv et cela ne me convenait pas».

Yehouda, qui voulait sortir de la situation dans laquelle il se trouvait, est arrivé à la maison des soldats seuls et a rencontré un travailleur social qui l’a exhorté à s’enrôler et ainsi à récupérer. Le problème était qu’à l’âge de 18 ans, lui permettre d’exempter sa famille le rendait fou, créant des problèmes bureaucratiques avec l’armée israélienne. «Comme j’ai rencontré plus de combattants qui ont brûlé plus que de s’enrôler . «J’ai regardé des vidéos d’une patrouille d’état-major, d’unités spéciales, mais il a fallu près d’un an avant que je puisse convaincre l’armée de m’enrôler.

Lorsqu’il s’est enrôlé, il a d’abord été envoyé à la base de la ferme Hashomer, où arrivent des soldats démotivés et des soldats aux antécédents problématiques. “J’étais l’un des rares à me lever le matin à la base, je ne comprenais pas ce que je faisais là-bas, et après six mois je suis arrivé à l’unité Golani.”

Yehouda s’est vu proposer de servir dans le régiment de Golani, mais il lui a été clairement indiqué qu’il y avait un prix à payer. En tant que divorcé et père d’un enfant, il sera contraint de réduire les visites et de voir son enfant dans les quelques sorties qu’un combattant en formation reçoit. Il était d’accord. «Je voulais rencontrer l’enfant mais j’ai dû réduire les réunions à cause de la nature du service. Il n’y avait pas le choix, j’ai dû abandonner. On ne peut pas manger le gâteau et le laisser intact. C’était un parcours psychique qui a duré un an et deux mois, et à partir de là j’ai suivi un cours.

Dans deux semaines, Yehouda commencera son nouveau rôle de commandant «guidé» de combattants dans un cours de cadet à l’école d’infanterie. Avec son fils, qui fêtera son cinquième anniversaire cette semaine, il parle principalement sur Zoom et au téléphone. “Il veut me voir plus, mais je lui explique que pour le moment, c’est difficile.”

«Je suis heureux chez les Golani, j’aime ce que je fais. Golani est la chose la plus incroyable que je puisse demander. Je ne savais pas du tout ce qu’était Golani quand j’étais enfant, mais en quelques mois, je suis devenu un Golanchik qui était fier de marcher avec un berret sur l’épaule. C’était le meilleur choix que j’ai fait de ma vie. “

Malgré les nombreuses difficultés qu’il a rencontrées au sein de la société ultra-orthodoxe, Yehouda n’est pas en colère contre sa famille et les membres de sa communauté. “J’ai une famille incroyable, mais un enfant qui fait un tel changement est une chose difficile à digérer. Je comprends mon père, qui a dit que je ne pouvais pas rentrer à la maison, mais j’ai choisi d’aller dans l’autre sens. Il y a des choses que je fais encore – écouter de la musique hassidique, parfois mettre des téfilines. «La communauté, les gens avec qui j’ai grandi me manquent. Je ne les déteste pas et je les aime même si je me suis posé des questions. Même aujourd’hui, si je peux dîner de Shabbat avec les ultra-orthodoxes, je viendrai, mais avec une voiture.”



Le compte Facebook de Sabrina, rédactrice en Chef des sites Infos Israel News et Alyaexpress-News fermé sans aucune justification !

Son nouveau compte



❗ REJOIGNEZ NOUS SUR TELEGRAM MAINTENANT ❗



   

Nos autres sites sur Alyaexpress-News
  • Infos Israel News - Toute l'info en direct d'Israel
Lien  : https://infos-israel.news/
  • RAK BE ISRAEL - Les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel
Lien  : https://rakbeisrael.buzz/
  • CQVC - Recherche et analyses contre les fakes news !
Lien : https://cqvc.online/
  • Alyaexpress-News - Les infos de tous nos sites réunis :
Lien  : https://alyaexpress-news.com/
  • Ougasheli - La pâtisserie et la cuisine juive
Lien  : https://ougasheli.com/
  • Israel Chrono : Vente produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables !
Lien : https://israelchrono.com/