L’ancien chef d’état-major des FDI, Gabi Ashkenazi, a déclaré lors de réunions à huis clos qu’il n’avait pas encore décidé d’entrer en politique, mais Ashkenazi leur a révélé que si elle décidait à la fin de rejoindre le système politique, il choisirai le Likoud.

Selon le reportage publié aujourd’hui dans Israel Today, Ashkenazi, contrairement à deux autres anciens chefs d’état-major, Benny Gantz et Moshe Ya’alon, n’est pas intéressé à diriger un nouveau parti, mais plutôt à s’intégrer à celui qui existe déjà, et on estime qu’Ashkenazi comprend les dommages qui lui ont été causés dans l’affaire Harpaz. Il préfère s’il entre en politique, qu’il le fasse avec une faible intensité.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Il convient de noter que si le mouvement était mis en œuvre, le principal perdant serait le ministre Yoav Galant, qui a démissionné cette semaine de « Koulanou ». Mis à part le conflit entre les deux partis dans le cadre de l’affaire Harpaz, l’adhésion d’Ashkenazi au Likoud en fera un candidat de premier plan au portefeuille de la défense lors des prochaines élections, un cas pour lequel Galant lui-même semble être le seul candidat.

Pendant ce temps, l’ancien ministre de la Défense et chef de cabinet, Moshe Ya’alon, a enregistré hier son nouveau parti : le Talam, un mouvement d’État national. Le nom n’est pas original. En 1981, avant les élections à la dixième Knesset, ce parti pour le renouveau national avait été créé par Moshe Dayan.

Vous pouvez partager cet article avec les conditions suivantes :

infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !