La croisade oubliée de Christophe Colomb contre le Jihad

Un autre Columbus Day est passé. Bien qu’il ait été « célébré » avec les dénonciations habituelles et le réveil indigné concernant le prétendu « génocide » de l’explorateur italien contre les indigènes, une voix influente est venue à la défense de Colomb : le 11 octobre, le gouverneur républicain de Floride Ron DeSantis a signé une proclamation avec l’extrait qui suit :

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Colomb est une figure singulière de la civilisation occidentale, qui a incarné le courage, la prise de risques et l’héroïsme face à des obstacles énormes ; comme un visionnaire qui a vu les possibilités d’exploration au-delà de l’Europe ; et en tant que père fondateur qui a jeté les bases de ce qui deviendrait un jour les États-Unis d’Amérique, qui commémoreraient Colomb en donnant son nom à son district fédéral.

Bien que tout cela soit vrai, Colomb représente et rappelle quelque chose d’autre qui est maintenant peu connu sinon complètement oublié : il était, avant tout, un croisé, un ennemi déclaré du jihad ; ses expéditions visaient avant tout à contourner et finalement à exercer des représailles contre les sultanats islamiques qui entouraient et terrorisaient l’Europe, et pas seulement à trouver des épices.

Quand il est né, la guerre de plus de 800 ans avec l’Islam – ou plutôt la défense contre le jihad – était à un niveau record. En 1453, alors que Colomb avait 2 ans, les Turcs ont finalement saccagé Constantinople, un événement chargé d’atrocités qui a profondément secoué la chrétienté.

Au cours des années suivantes, les musulmans ont continué à s’enfoncer profondément dans les Balkans, laissant beaucoup de morts et de destructions dans leur sillage, avec des millions de Slaves réduits en esclavage. (Oui, les deux mots sont étymologiquement liés, et pour cette même raison.)

Publicité 

En 1480, alors qu’il avait 29 ans, les Turcs ont même réussi à envahir l’Italie natale de Colomb, où, dans la ville d’Otrante, ils ont rituellement décapité 800 chrétiens – et scié leur archevêque en deux – pour avoir refusé d’embrasser l’islam.

C’est dans ce contexte que les monarques d’Espagne, Ferdinand et Isabelle, eux-mêmes croisés avoués, en particulier la reine, qui a conclu la Reconquista de l’Espagne longue de plusieurs siècles en libérant Grenade de l’Islam en 1492, ont pris Colomb à leur service.

Ils ont financé son ambitieux voyage dans le but de lancer, selon les mots de l’historien Louis Bertrand, « une croisade finale et définitive contre l’islam via les Indes ». (Bien sûr, cela a mal tourné et a culminé avec la fondation fortuite du Nouveau Monde.)

De nombreux Européens étaient convaincus que si seulement ils pouvaient atteindre les peuples à l’est de l’Islam – qui sinon chrétiens n’étaient « pas encore infectés par la peste mahométane », pour citer le pape Nicolas V (mort en 1455) – ensemble, ils pourraient écraser l’Islam entre eux. (Le plan était vieux de plusieurs siècles et lié à la légende du Prêtre Jean, un soi-disant grand monarque chrétien régnant à l’Est qui marcherait un jour vers l’ouest et vengerait la chrétienté en détruisant l’Islam.)

Tout cela ressort clairement des propres lettres de Colomb : dans l’une, il qualifie Ferdinand et Isabelle d’« ennemis de la misérable secte de Mahomet » qui sont « résolus à m’envoyer dans les régions des Indes, pour voir [comment les gens de ceux-ci peuvent aider à l’effort de guerre]. Dans un autre écrit aux monarques après son arrivée dans le Nouveau Monde, Colomb propose de lever une armée « pour la guerre et la conquête de Jérusalem ».

L’Espagne et Colomb n’ont pas non plus été les premiers à mettre en œuvre cette stratégie ; une fois que le Portugal a été débarrassé de l’Islam en 1249, ses ordres militaires ont été lancés en Afrique musulmane. « La grande et primordiale motivation derrière [le prince] Henri le Navigateur [b. 1394], une énergie explosive et une intelligence expansive », écrit l’historien George Grant, « était le simple désir de prendre la croix, de porter l’épée de la croisade en Afrique et ainsi d’ouvrir un nouveau chapitre dans la guerre sainte de la chrétienté contre l’islam. Il a lancé tous ces voyages de découverte parce qu’« il cherchait à savoir s’il y avait dans ces régions des princes chrétiens », qui « l’aideraient contre les ennemis de la foi », écrit un contemporain.

Tout cela fait-il de Colomb et par extension de Ferdinand et d’Isabelle – sans parler de l’ensemble de la chrétienté – des « islamophobes », comme l’accusent souvent les quelques critiques modernes qui mentionnent la toile de fond islamique du voyage de Colomb ?

La réponse est oui, mais pas de la manière dont ce mot est utilisé aujourd’hui. Alors que le mot grec phobos a toujours signifié « peur », son utilisation aujourd’hui implique « peur irrationnelle ». Cependant, considérant que pendant près de mille ans avant Colomb, l’Islam avait attaqué à plusieurs reprises la chrétienté au point d’engloutir les trois quarts de son territoire d’origine, dont pendant des siècles l’Espagne ; que la dernière itération de l’Islam, sous l’apparence des Turcs ottomans, était pendant l’ère de Colomb dévastant les Balkans et la Méditerranée ; et que, même des siècles après Colomb, l’islam terrorisait toujours l’Occident – marchant sur Vienne avec 200 000 djihadistes en 1683 et provoquant l’Amérique dans sa première guerre en tant que nation— la suggestion même que les craintes chrétiennes historiques de l’islam étaient « irrationnelles » est en soi le comble de l’irrationalisme.

Réimprimé avec la permission de l’auteur de Raymond Ibrahim

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   

🟦 ANNONCE 🟦