Home Actualité dans le monde La panique aux États-Unis entourant le nouveau gouvernement israélien est une question...

La panique aux États-Unis entourant le nouveau gouvernement israélien est une question de politique, pas de valeurs

Pour de nombreux Juifs américains, cette fois les Israéliens sont allés trop loin. Après plus de quatre décennies à tolérer, avec une patience décroissante et un dédain croissant, les gouvernements israéliens dirigés par le parti Likud, les résultats des élections à la Knesset de cette semaine dépassent les limites pour de nombreux libéraux.

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

Leur angoisse n’est pas tant centrée sur le retour au pouvoir de Benjamin Netanyahu pour son troisième mandat en tant que Premier ministre de l’État juif, même s’il est largement considéré par de nombreux démocrates juifs comme l’équivalent moral d’un républicain de l’État rouge. La panique suscitée par les résultats des élections est causée par le fait que le Parti sioniste religieux et ses dirigeants, Bezalel Smotrich et Itamar Ben-Gvir, joueront un rôle de premier plan dans la prochaine coalition gouvernementale. Le parti a remporté 14 sièges, ce qui en fait le troisième plus grand à la Knesset et un élément indispensable de la majorité que Netanyahu est sur le point de réunir.

La perspective de Smotrich, et en particulier de Ben-Gvir, siégeant au cabinet de Netanyahu n’a pas seulement déclenché une crise de la part des groupes juifs libéraux. Cela a également conduit à une sorte de rhétorique inquiétante décrivant une rupture de la relation entre les Juifs américains et israéliens qui va au-delà des rumeurs habituelles sur la distance croissante entre les deux communautés.

Il y a des questions légitimes à se poser sur Smotrich et Ben-Gvir. Le temps nous dira s’ils sont à la hauteur du défi de leurs nouvelles responsabilités et agissent d’une manière qui aide, plutôt que de nuire, aux efforts de Netanyahu pour consolider le soutien à son gouvernement dans le pays et à l’étranger. Mais ce que personne ne semble considérer, c’est si la précipitation à les juger en dit plus sur les obsessions de la communauté juive de la diaspora que sur l’adhésion des électeurs israéliens aux partis nationalistes et religieux.

Le couple incarne tout ce que la plupart des Juifs américains n’aiment pas dans l’État juif. Leur nationalisme sans vergogne et leur hostilité perçue envers les Arabes, les homosexuels et le judaïsme non orthodoxe sont un anathème pour les Américains libéraux.

Mais ce qu’il y a d’intéressant dans les déclarations de groupes comme l’Anti-Defamation League, l’American Jewish Committee et d’autres organisations résolument de gauche, c’est la façon dont ils mettent en évidence leurs inquiétudes à propos du nouveau gouvernement israélien en pointant la prétendue menace que le Parti sioniste religieux pose à la démocratie israélienne.

Smotrich et Ben-Gvir s’opposent-ils vraiment à la démocratie ?

Le discours sur la démocratie est un drapeau rouge indiquant qu’il se passe quelque chose dans cette discussion au-delà des vrais problèmes qui séparent les Juifs américains et israéliens.

Quoi que l’on puisse penser de Smotrich et Ben-Gvir, ils ne militent pas pour l’abandon d’un système par lequel le gouvernement israélien est choisi par des élections démocratiques ou pour un système dans lequel l’État de droit ne prévaut pas.

L’élément de leur plate-forme qui a généré le plus de chaleur de la part des critiques – la réforme judiciaire – est en fait une défense de la démocratie, pas une tentative de la renverser. Cela apporterait un certain degré de responsabilité démocratique à un système dans lequel les juges se sont arrogé le droit d’annuler les lois adoptées par la Knesset, sans référence à aucun principe juridique, mais à leurs idées personnelles sur ce qu’ils pensent être bon pour le pays.

Dans sa jeunesse, Ben-Gvir était un partisan du rabbin Meir Kahane et de sa conviction d’expulser les Arabes de l’État juif. Mais il a abandonné cette cause.

Sa défense des droits juifs et l’accent mis sur la menace de la violence terroriste arabe ne sont pas du goût de ceux qui apprécient la rhétorique sur la promotion de la coexistence. Pourtant, cela ne fait pas de lui un ennemi de la démocratie.

Pas plus que l’opposition de la part de nombreux Israéliens, sinon de la plupart, aux efforts de la gauche pour faire du pays un État essentiellement non sectaire, plutôt qu’un État ouvertement juif. Ce sentiment – ​​qu’Israël devrait donner la priorité à la mission de promotion du peuple juif – a alimenté le soutien à tous les partis de la coalition de Netanyahu.

Le sionisme et le nationalisme juif ne sont pas antithétiques à la démocratie. Au contraire, ils sont l’expression d’une valeur démocratique fondamentale qui valorise le droit à l’autodétermination de tous les peuples, y compris les Juifs.

La cause profonde de l’aliénation des juifs américains vis-à-vis d’Israël n’a pas grand-chose à voir avec la politique. C’est une fonction du déclin du sentiment d’appartenance au peuple juif au sein d’une population qui s’assimile rapidement, avec le plus grand secteur en croissance étiqueté par les démographes comme « Juifs sans religion ».

Et si les Juifs ne se soucient pas d’être juifs, ils ne seront pas enclins à soutenir Israël, peu importe qui est dans son gouvernement.

Qu’y a-t-il donc derrière le discours sur la menace de la démocratie, ou l’utilisation des termes « suprémaciste juif » et « fasciste » pour décrire Ben-Gvir et les électeurs qui ont fait de son parti un faiseur de rois dans la politique israélienne ?

En Israël, il existe une longue tradition à gauche, qui remonte à l’ère pré-étatique, de diabolisation des opposants de droite. Mais la sonnette d’alarme des juifs américains à propos de la démocratie israélienne n’a que peu ou rien à voir avec les lamentations sans fin des anciennes élites dirigeantes de gauche à propos des juifs de droite, religieux et mizrachi qui ont largement dominé la politique du pays depuis Menachem. Begin et le Likoud ont vaincu le Parti travailliste pour la première fois en 1977.

Une extension de la division rouge contre bleu

Au lieu de cela, c’est un écho des thèmes qui ont de plus en plus troublé la politique américaine à l’époque de Trump.

L’ancien président Donald Trump a été traité par les libéraux comme une menace pour la démocratie depuis qu’il a annoncé sa première élection présidentielle en 2015. Alimentée par le mythe selon lequel il aurait volé les élections de 2016 en collusion avec la Russie, cette attitude est devenue gravée dans l’esprit des Démocrates après la honteuse émeute du Capitole du 6 janvier 2021.

Alors que les Américains se préparent à voter aux élections de mi-mandat, le sujet de discussion le plus fort du président Joe Biden et de son parti alors qu’ils tentent de défendre leurs majorités au Congrès est l’idée qu’il n’y a pas que Trump qui est un « semi-fasciste », un « négationniste des élections » et « ennemi de la démocratie » ; ce sont aussi ses partisans.

Le fait que la même étiquette de « négationniste électoral » puisse être appliquée aux démocrates qui n’ont pas accepté la légitimité des élections de 2016 sape ce récit. Mais cette diabolisation de la droite – et la conviction aux deux extrémités du clivage politique que l’autre côté est composé de tyrans déterminés à faire taire leurs rivaux – est désormais la pierre de touche du discours américain.

Les groupes juifs libéraux ont adopté cette rhétorique et se l’approprient. En effet, l’ADL a confirmé son passage d’un groupe non partisan chargé de défendre les Juifs contre l’antisémitisme à un simple autre groupe de défense générique qui embrasse le récit de la « guerre contre la démocratie ». Sa convocation d’une conférence post-mi-mandat dont les principaux orateurs présentent des idéologues libéraux et des Never Trumpers, tout en continuant à prétendre qu’elle est toujours politiquement neutre, en est un exemple effronté.

Ainsi, pour les libéraux américains, se concentrer autant sur l’argument de la démocratie est un signe mort que ce qui est à l’œuvre ici n’est ni une expression normale du choc culturel entre Américains et Israéliens, ni une expression parmi les tribus juives. C’est plutôt une extension de la guerre des cultures tribales qui anime la politique américaine.

Une comparaison trompeuse

La colère contre Netanyahu et ses alliés est motivée par la conviction croissante de la part de nombreux libéraux que les Israéliens sont de l’autre côté de la grande fracture politique qui déchire les États-Unis. Ce qui leur manque, c’est que les comparaisons faciles entre le GOP et le Likud/les sionistes religieux nous en disent peu sur les problèmes très différents auxquels les deux pays sont confrontés.

À un moment de l’histoire où la politique joue le même rôle que la religion occupait dans la vie de la plupart des Américains, il n’est pas surprenant que les Juifs libéraux considèrent les conflits électoraux d’Israël comme une extension de ce qui se passe aux États-Unis. Mais leur utilisation du cri de guerre de la « guerre contre la démocratie » pour délégitimer les Israéliens de la même manière qu’ils le font pour les républicains est à la fois erronée et peut saper les liens déjà effilochés entre les deux nations.

L’indignation suscitée par Smotrich et Ben-Gvir aux États-Unis a autant, sinon plus, à voir avec les problèmes américains qu’avec ceux qui divisent les Israéliens. Ceux qui souhaitent rapprocher les Américains et les Israéliens doivent se concentrer autant sur le fait que les premiers voient les dirigeants des seconds sans les distorsions des antagonismes rouge-bleu que sur les véritables points de discorde entre deux tribus juives différentes.

Jonathan S. Tobin est rédacteur en chef du JNS (Jewish News Syndicate). Suivez-le sur Twitter à : @jonathans_tobin.

Informez vous en temps réel !

Rejoignez nous sur Telegram en cliquant sur ce lien :

https://t.me/infoisraelnews

Telegram  

Je rappelle à tous les lecteurs qu’il y a trois sites liés à la société d'informations de défense d'Israel de la société reconnue Alyaexpress-News 1) Le site Infos Israel News avec le lien Telegram à partager : Lien Telegram à partager : https://t.me/infoisraelnews Lien du site Infos Israel à partager : https://infos-israel.news/
  2) Le site RAK BE ISRAEL pour les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel, pas forcément que la guerre et les attentats, mais aussi les nouvelles decouvertes technologiques, medicales, écologiques, ...et les bons conseils pour nos olim de France ! Lien du site Rak Be Israel à partager : https://rakbeisrael.buzz/
  3) Le site CQVC est plus dans la recherche, les analyses, et les preuves que l'Autorité palestinienne n'a jamais vraiment existé...de quoi vous defendre sur les groupes anti-sionistes, à mort les fakes news ! Lien du site à partager : https://cqvc.online/
  4) Rendez vous aussi sur le site de la société Alyaexpress-News qui réunit les infos de tous nos sites en même temps : Lien du site à partager : https://alyaexpress-news.com/
  5) Et le site Ougasheli pour ceux qui aiment la pâtisserie et la cuisine juive , des recettes qui sont illustrées et expliquées par Sabrina qui est une amoureuse de la bonne cuisine et la pâtisserie fine … Lien du site à partager : https://ougasheli.com/
  6) N'oubliez pas de faire votre shopping sioniste sur Israel Chrono : produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables ! Lien du site à partager : https://israelchrono.com/
  7 ) Cependant nous pensons aussi à nos lecteurs qui veulent se faire connaitre et qui auront la possibilité sur ce groupe d'Alya de 3600 personnes dont nous sommes administrateurs de poster un lien pour votre publicité afin de vous aider dans votre parnassa et votre alya ( les liens des groupes télégram sont interdits) Lien du groupe Alya sans langue de bois : https://www.facebook.com/groups/746330378765450 Partagez nos liens , c'est la seule chose que nous vous demandons en retour, nous ne demandons pas d'argent , pas de conditions , juste partager !