Un article halakhique rédigé par un élève de la Yeshiva Meir Harel à Modi’in traite de la question de la réalisation d’actions qui permettront le don d’organes même en cas de victimes décédées.

Gilad Admon, élève de cinquième année à la yechiva Meir Harel de Modiin a décidé d’écrire un article sur la Torah explorant de manière approfondie le sujet de la transplantation d’organes dans la newsletter de la yeshiva ‘Mod’in Torah’.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Gilad est un « médecin chevronné » de la MDA et fait régulièrement du bénévolat pendant de nombreuses années chaque semaine, et il est toujours présent en cas d’urgence, raison pour laquelle il a décidé d’enquêter sur la question de la « transplantation d’organes selon la Halacha ».

Initialement, il cherchait à examiner la position des dirigeants halakhique qui, dans les années 1970, interdisaient les dons d’organes, puis, à mesure que le monde médical progressait dans le domaine de la transplantation d’organes et selon la stipulation de la mort selon la Halacha, de nombreuses décennies plus tard, les rabbins jugeaient qu’il était du commandement de sauver la vie des patients en danger si seul un don d’organes les sauvera. D’autre part, il a examiné le besoin et les lacunes pour des centaines d’organes de transplantation qui sont nécessaires et les greffes potentielles qui risquent de ne pas survivre si le don n’arrive pas à temps.

Au cours de l’étude halachique, on lui a demandé pourquoi nous ne faisons pas actuellement ce qui est nécessaire pour permettre la transplantation d’organes de personnes blessées dont la mort est déterminée sur le terrain, et si d’autres sources potentielles de transplantation d’organes ne peuvent bien entendu pas être épuisées, étant entendu qu’il s’agit là d’un commandement.

Lorsqu’il s’agit d’un donneur potentiel en phase terminale à l’hôpital, il entrera dans la procédure d’un candidat au don d’organe (après avoir été testé et avec l’accord de sa famille).  Ainsi, ses organes pourraient servir à une greffe potentielle.

Pourquoi, a-t-il demandé, ne procéderions-nous pas aux massages et à d’autres organes pour préserver ses organes et l’emmener à l’hôpital le plus rapidement possible et effectuer la procédure pour un organe du donneur ? Cela augmentera considérablement le potentiel de transplantation d’organes.

Admon a enquêté et constaté que cette possibilité n’avait pas encore été suffisamment explorée par les autorités médicales israéliennes.

Pour lire l’article complet, cliquez ici.

Vous pouvez partager cet article avec les conditions suivantes :

infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !