La Russie menace de vendre ses missiles S-300 à l’Iran, si l’ US attaque la Syrie sans l’avis de l’ONU!

 

Dans une interview dans le cadre de l’approche du sommet du G20, le président russe Vladimir Poutine a déclaré à l’Associated Press et sur canal 1, la télévision russe que son pays envisage de vendre des missiles S-300, si les Etats-Unis attaque la Syrie sans le soutien des Nations Unies. La déclaration à peine voilée de la Russie qui dans le passé envisageait de vendre des  S-300 à l’Iran, une vente qui avait été annulée par le passé, mais annulée sous la pression de l’Occident.

Il a dit qu’il « n’exclut pas » la sauvegarde de l’utilisation de la force contre la Syrie à l’ONU, s’il existe une preuve objective prouvant que le régime d’Assad a utilisé des armes chimiques contre son peuple. Mais il a averti fermement Washington contre le lancement de l’action militaire sans l’approbation des Nations unies, en disant que cela représenterait une agression.

Poutine a renforcé sa demande en disant qu’avant d’agir, Obama devait avoir nécessairement l’approbation du Conseil de sécurité des Nations unies. La Russie peut opposer son veto à des résolutions du Conseil, et elle a déjà protégé la Syrie de mesures punitives auparavant.

Interrogé sur le genre de preuves de l’utilisation d’armes chimiques qui pourrait convaincre la Russie, M. Poutine a déclaré: « il doit y avoir une recherche profonde et spécifique avec des preuves qui seraient évidentes et prouveraient sans aucun doute la responsabilité de l’auteur des faits, et quels moyens ont été utilisés. »

M. Poutine a déclaré qu’il était «trop tôt» pour parler de ce que la Russie ferait si les Etats-Unis  attaque la Syrie.
«Nous avons nos idées sur ce que nous allons faire, et comment nous allons le faire dans le cas où la situation évolue vers l’utilisation de la force ou autrement», a-t-il dit. «Nous avons nos plans. »

M. Poutine a appelé l’air système de défense antimissile S-300 « , une arme très efficace» et a déclaré que la Russie avait un contrat pour sa livraison du S-300 à la Syrie. «Nous avons fourni certains des composants, mais la livraison n’a pas été effectuée. Nous l’avons suspendu pour l’instant, » dit-il.

« Mais si nous voyons que des mesures sont prises qui violent les normes internationales existantes, nous allons réfléchir comment nous devons agir à l’avenir, en particulier concernant les fournitures de ces armes sensibles à certaines régions du monde, » a-t-il dit.

La déclaration pourrait être une menace à peine voilée de faire revivre un contrat pour la livraison de S-300 à l’Iran, dont la Russie a annulé la fourniture, il y a quelques années sous la forte pression américaine et israélienne.

Qu’est-ce qui pourrait aller mal?

Rejoignez moi sur la Newsletter, Telegram et Facebook 

Newsletter
Telegram
Facebook

Libellés: , , , ,