Le public mondial attendait avec impatience l’arrivée sur Netflix de la troisième saison de «Shtisel», la série familiale se déroulant dans la communauté ultra-orthodoxe de Geoula à Jérusalem. Le drame, qui a été créé pour la première fois en 2013, reviendra sur la plate-forme de streaming en 2021.

La série a remporté 16 Ophirs (Emmy israélien) et a un public dévoué de téléspectateurs dans 31 pays.

Depuis 2018, Netflix diffuse les défis quotidiens de la famille Shtisel. Bien qu’elle se déroule dans la communauté ultra-orthodoxe, ses créateurs nient que la série porte principalement sur la religion.

«Ce n’est pas une série sur les ultra-orthodoxes, c’est sur les êtres humains. L’histoire traite de conflits qui ne sont pas nécessairement liés au mode de vie ultra-orthodoxe. Je pense que tout le monde peut comprendre et identifier ces conflits. Et c’est ce que nous essayons de faire », a expliqué Yonatan Indursky, l’un de ses créateurs.

Indursky, qui était étudiant à la prestigieuse yachiva de Ponevezh de Jérusalem, a déclaré qu’il essayait de séparer les personnages de ce qu’il croit être les « mauvaises connotations » de la vie ultra-observatrice. Bien que les personnages soient profondément contraints par la discipline des relations communautaires, le patriarche de la famille Shtisel, sa fille Gitty et leur plus jeune fils Akiva sont aux prises avec les difficultés universelles de la vie quotidienne.

Publicité 

Indursky attribue l’hostilité qui sépare les mondes séculier et religieux à un manque de compréhension de qui sont les personnes engagées dans la religion. C’est ce qu’il a découvert après avoir quitté la communauté religieuse et commencé à étudier à la Spiegel Film School en Israël.

«J’ai soudainement compris comment les laïcs voient les ultra-orthodoxes en Israël. Je pense que ce n’est pas de la haine ou de l’aliénation. Ils ne les voient tout simplement pas », dit-il.

Le premier épisode de la nouvelle saison a été projeté lors d’une collecte de fonds au prestigieux Emanu Temple-El Streicker Center de New York le 17 décembre, trois jours avant la première officielle de la série en Israël.

« Ce que je recherche vraiment, c’est de me concentrer sur une personne et de nous rappeler que chaque personne est unique, qu’il n’y a pas d’homme ou de femme qui soit comme ça et qu’il n’y en aura jamais », a conclu le créateur de la série.

ABONNEZ VOUS A NOTRE COMPTE YOUTUBE