La valise d’une Iranienne a provoqué l’évacuation de l’aéroport de Bruxelles suite au signalement de la sécurité d’EL AL

Une Iranienne a été arrêtée jeudi après avoir laissé sa valise sans surveillance à l’aéroport de Bruxelles, provoquant une évacuation de la salle d’embarquement qui a duré environ deux heures.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Alors que les médias belges ont rapporté que l’aéroport a été rouvert après que l’incident a été déterminé comme une fausse alarme, Ynet a rapporté plus tard que la valise suspecte qui a déclenché l’évacuation appartenait à une Iranienne qui avait déjà pris un vol pour le Qatar. Un agent de sécurité d’El Al aurait trouvé la valise.

Le vol sur lequel voyageait la femme iranienne serait retourné à Bruxelles et la femme a été arrêtée. La valise en question ne contenait que des paquets d’alcool.

🟦 ANNONCE 🟦

Des sources du système de sécurité d’El Al à Bruxelles ont déclaré à Ynet que l’incident était une tentative de l’Iran de tester le système de sécurité de l’aéroport et de recueillir des informations de renseignement.

Malgré le rapport, Gilles Blondeau du parquet de Halle-Vilvorde a déclaré à Het Laatste Nieuws, un journal belge, qu’aucune preuve n’avait été trouvée pour étayer les affirmations d’Ynet. Blondeau a toutefois confirmé que la valise appartenait à une Iranienne détenue pour interrogatoire.

Publicité 

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid était lundi à Bruxelles pour des entretiens avec des responsables de l’Union européenne.
En réponse aux questions sur l’incident, le directeur général du ministère des Affaires étrangères, Alon Ushpiz, a déclaré à la radio KAN Reshet Bet qu’il pensait que « l’opposant iranien ne devait pas être sous-estimé ».

« Ce sont des gens qui sont très déterminés à faire le mal, et je ne pense pas que nous devrions sous-estimer nos capacités à empêcher cela », a ajouté Ushpiz. « C’est une bataille très étendue. »

Ushpiz n’a pas répondu à une question de KAN Reshet Bet pour savoir s’ils avaient augmenté le niveau d’alerte dans les ambassades israéliennes à la lumière de l’incident à Bruxelles, soulignant plutôt que le ministère des Affaires étrangères s’emploie toujours à assurer la sécurité du personnel autour de lui.

L’incident survient après une série d’incidents en Iran qui ont été attribués à Israël.

La semaine dernière, l’Iran a accusé Israël d’une opération de sabotage contre un bâtiment appartenant à l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (IAEO) à Karaj le mois dernier, selon l’agence de presse iranienne IRNA.

Ali Rabiee, porte-parole du gouvernement iranien, a déclaré qu’Israël avait mené l’opération avec l’intention d’arrêter l’Iran et d’arrêter les négociations entre les pays occidentaux et la République islamique. Le porte-parole a affirmé que la puissance de l’Iran n’a augmenté qu’après les opérations de sabotage d’Israël, y compris les opérations dans le passé.

En avril, une explosion a endommagé un grand nombre de centrifugeuses dans une installation nucléaire de Natanz.

Ces derniers jours, deux cyberattaques ont également été signalées contre le service ferroviaire iranien et le ministère iranien des Transports, bien que les responsables iraniens n’aient pas blâmé une partie spécifique de ces attaques.

L’Iran a menacé de mener des attaques de vengeance contre Israël pour une série d’incidents qu’il impute à Israël, notamment deux attaques contre des installations nucléaires à Natanz l’année dernière et le meurtre de l’ancien commandant de la Force Quds du Corps des gardiens de la révolution islamique et le scientifique nucléaire iranien. Mohsen Fakhrizadeh, entre autres griefs allégués.

Un conseil, une info, une question ? Contactez nous !

Connaissez vous nos autres sites ? Répondez à ce questionnaire 

Abonnez vous à notre nouvelle Newsletter 

ABONNEZ VOUS A NOTRE COMPTE YOUTUBE

 

🟦 ANNONCE 🟦