Lapid présentera à l’ONU une vision vers la création d’un État palestinien ; Bennett a attaqué : « Des slogans vides qui devraient rester dans les années 90 »

Dans le contexte de l’intention du Premier ministre d’annoncer son plan politique, ses partenaires au gouvernement, les ministres Shaked et Saar et l’ancien Premier ministre Bennett, ont annoncé qu’ils s’opposaient à son intention de relancer le processus politique • Au Meretz, ils ont salué : « Des millions de Israéliens et Palestiniens attendent un horizon politique » • L’opposition accuse : « Lapid sacrifie la Terre d’Israël, et ramène le grand danger de l’Etat palestinien au premier plan »

« Il n’y a pas de place ni de logique pour réinjecter l’idée d’un État palestinien, il n’y a pas de place pour un autre État entre la mer et la Jordanie » : le système politique est en délire après que l’entourage du premier ministre a annoncé que dans son discours à l’assemblée de l’ONU, il présentera une vision politique qui appellera à la création d’un État palestinien . Selon ses proches, Lapid soulignera que la création d’un État palestinien ne peut se faire au détriment de la sécurité d’Israël, Lapid estime que des négociations avec les Palestiniens devraient être ouvertes sur le contenu de l’accord.

Rejoignez moi sur la Newsletter, Telegram et Facebook 

Newsletter
Telegram
Facebook

L’une des voix éminentes entendues contre Lapid dans le contexte des publications est le partenaire du Premier ministre dans « l’Alliance de la Fraternité », l’ancien Premier ministre Naftali Bennett. « La voie que j’ai tracée en tant que Premier ministre : ne pas me quereller inutilement avec le monde entier, mais aussi ne pas plier inutilement. Il n’y a ni place ni logique pour relancer l’idée d’un État palestinien. Il y a pas mal de réalisations politiques, auxquelles nous sommes parvenus sans concessions en Judée-Samarie, concessions qui mettront sans aucun doute en danger la sécurité de l’État d’Israël.

« Il faut dire les choses telles qu’elles sont : il n’y a pas de place pour un autre pays entre la mer et la Jordanie », a-t-il souligné. « Pas seulement en raison de notre droit à la terre. Aussi sur le plan pratique, il n’y a aucune possibilité ou portée pour le mouvement. De qui parlons-nous quand nous parlons des Palestiniens ? Du Hamas, qui reçoit leur soutien ? Jihad ? Par conséquent, des slogans vides comme « deux états », devraient rester dans les années 90, ainsi que de nombreuses autres modes qui sont passées. »

Parallèlement aux critiques, le partenaire de Lapid dans le bloc de centre-gauche, le président du Meretz Zehava Galon, a soutenu le président de Yesh Atid et l’a félicité pour cette décision. « Des millions d’Israéliens et de Palestiniens attendent un horizon politique qui mettra fin au cycle des effusions de sang », a-t-elle tweeté. « J’appelle le Premier ministre – faites un autre pas en avant et rencontrez Abu Mazen à l’assemblée de l’ONU. »

Les partenaires montent à l’attaque

D’un autre côté, les parties les plus à droite du gouvernement ont choisi de ne pas soutenir leur Premier ministre et l’ont attaqué pour son intention d’annoncer son plan politique. L’un des principaux partenaires du gouvernement, le ministre de la Justice, a tweeté : « L’établissement d’un État terroriste en Judée-Samarie mettra en danger la sécurité d’Israël. La majorité des Israéliens et leurs représentants ne permettront pas que cela se produise.

La ministre de l’Intérieur, Ayelet Shaked, a également choisi d’aller à l’encontre du discours attendu de Lapid et de l’intention de revenir à un processus politique basé sur la solution à deux États. « Le Premier ministre du gouvernement de transition Lapid n’a aucune légitimité publique pour emmêler Israël avec des déclarations qui causeront des dommages au pays », a-t-elle tweeté.

L’opposition : « Remettre les Palestiniens au premier plan »

Parmi les partis d’opposition, l’annonce de Lapid a été attaquée avant même qu’il ne prononce son discours. Le président du sionisme religieux, Bezalalel Smotrich, a affirmé que remettre la question palestinienne à l’ordre du jour mettrait la pression sur Israël : « Après des années au cours desquelles la droite a réussi à éliminer la folie de l’État palestinien de l’ordre du jour et à faire d’Abu Mazen un Figure hors de propos dans le monde, Gantz a ramené l’an dernier Abu Mazen sur le devant de la scène. Et maintenant, Lapid nous ramène irresponsablement vingt ans en arrière et invite la pression internationale sur Israël pour promouvoir une étape qui n’est rien de moins que le suicide de l’État d’Israël. Avant même que ce mauvais gouvernement ne soit établi, nous avions prévenu qu’il nous ramènerait sur la voie d’Oslo. »

Smotrich a également été rejoint par son associé principal, Itamar Ben Gvir. « Au milieu d’une intifada qui se déroule sous nos yeux, Lapid choisit, comme à son habitude, de continuer à décerner des prix au terrorisme – et maintenant sort du placard et remet cette idée délirante à l’ordre du jour » a-t-il affirmé. « Lapid doit être remplacé dès que possible, ainsi que son ministre de la Défense déchu, Gantz. »

Le parti Likoud s’est également joint à l’attaque de Smotrich contre l’intention de Lapid d’annoncer son plan politique. « Après que Lapid a établi le premier gouvernement israélo-arabe, il veut maintenant établir un État palestinien à la frontière de Kfar Saba, Netanya et Israël. Pendant des années, Netanyahu a réussi à retirer la question palestinienne de l’agenda mondial, et Lapid a amené Abu Mazen de retour sur le devant de la scène en moins d’un an. » .

« Sur l’autel de la haine, du populisme, de l’ignorance et du manque d’idéologie, Lapid sacrifie la Terre d’Israël et ramène le grand danger de l’Etat palestinien au premier plan », a averti le député Shlomo Karai. Et pour toujours. »

Comme lui, le membre du parti Danny Danon, ancien ambassadeur d’Israël aux Nations Unies, a affirmé qu’un retour à la table des négociations avec les Palestiniens nuirait politiquement à Israël.

Par ailleurs, la liste commune doutait également de l’intention de Lapid d’annoncer un retour au processus politique. « Les dirigeants du pays se sont habitués à aimer le processus de paix mais pas la paix elle-même », a expliqué le président de la liste, le député Ayman Odéh : « Le véritable test pour faire la paix est sur le terrain. »

Notre canal Telegram en temps réel est devenu privé pour des raisons de sécurité, pour le rejoindre veuillez vous rendre avec ce lien : https://t.me/+SHjkfg13uJlbAcnk


Nos autres sites sur Alyaexpress-News
  • Infos Israel News - Toute l'info en direct d'Israel
Lien  : https://infos-israel.news/
  • RAK BE ISRAEL - Les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel
Lien  : https://rakbeisrael.buzz/
  • CQVC - Recherche et analyses contre les fakes news !
Lien : https://cqvc.online/
  • Alyaexpress-News - Les infos de tous nos sites réunis :
Lien  : https://alyaexpress-news.com/
  • Ougasheli - La pâtisserie et la cuisine juive
Lien  : https://ougasheli.com/
  • Israel Chrono : Vente produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables !
Lien : https://israelchrono.com/