Le Mossad au cours des dernières années a liquidé de nombreux scientifiques arabes et occidentaux spécialisés dans des domaines qui menacent l’existence de l’État, notamment la technologie nucléaire selon le média Arabe Shehabnews.

Les pays arabes, y compris en Israel, l’Égypte et le Liban, ont été la cible d’assassinats non élucidés, et les premiers accusés de leur mort, malgré la dissimulation de preuves serait le Mossad.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

L’annonce par le gouvernement égyptien, le 5 septembre 2019, de la mort d’un scientifique lors de la tenue d’une conférence internationale au Maroc dans un organe de surveillance nucléaire officiel dans des circonstances mystérieuses, indique que cette mort pourrait être liée à un nouvel assassinat du Mossad israélien.

Le doigt du Mossad .. Assassinats mystérieux de scientifiques arabes
La mort d’un scientifique égyptien au Maroc

Le jeudi 5 septembre 2019, Abou Bakr Abdel Moneim Ramadan, responsable du réseau national d’observatoires radiologiques de l’Autorité égyptienne dans le contrôle nucléaire et radiologique, est décédé mystérieusement.

Le chef du contrôle nucléaire et radiologique, Sami Shaaban, dans des propos cités par le journal égyptien « Sunrise » affirme : « Il existe un intérêt au plus haut niveau » pour suivre les détails de la mort du scientifique égyptien, décédé dans la ville marocaine de Marrakech.

« Le ministère égyptien des Affaires étrangères et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) suivent de près les autorités marocaines et l’ambassade d’Égypte au Maroc et s’informe des mesures prises à chaque moment », a-t-il déclaré.

Il a révélé que « le monde égyptien participait aux activités d’un atelier organisé par l’Agence internationale de l’énergie atomique au Maroc « , appelant à « ne pas anticiper les enquêtes, qui révéleront en détail les causes de la mort réelle ».

Résultats rapides .. Est-ce pour cacher la prémisse de l’assassinat ?

Le scientifique égyptien Abou Bakr Abdel Moneim Ramadan est décédé au Maroc après un accident de santé, tandis que son ambassadeur à Rabat a cité les autorités marocaines, affirmant que cette mort était une « attaque cardiaque ».

Un communiqué égyptien a déclaré que l’ambassadeur du Caire à Rabat, Ashraf Ibrahim, a déclaré que le scientifique « Ramadan » était décédé dans sa chambre d’hôtel.

Il a ajouté: « Il s’est senti très fatigué pendant les réunions et a demandé la permission d’aller dans sa chambre »

Des activistes ont déclaré sur des sites de réseaux sociaux qu’il valait mieux parler de l’hypothèse de son assassinat, soulignant que « le poison se décompose et n’apparaît pas dans le sang lors de l’analyse, après la formation de caillots de sang et de la mort, ce qui est similaire à un arrêt cardiaque », surpris en même temps par la rapidité avec laquelle l’hypothèse de l’assassinat a été mise de côté.

Une photo du scientifique égyptien avant qu’il ne soit « tué » a été postée sur Twitter, un verre de jus d’orange à la main.

Pourquoi Israel chercherait à les assassiner  ?

Le Mossad a eu recours à des assassinats de différentes manières: « étranglement, fusillade, bombes, explosions à distance et accidents. »

Selon un journal égyptien,  « l’Egypte » a enregistré l’assassinat d’un certain nombre de scientifiques tués et assassinés, orchestrés par des pays hostiles, des services de renseignement ou des gangs, qui ne souhaitent pas que l’Egypte progresse ou prospère sur le plan scientifique. En raison de leur hostilité envers Israël et les États-Unis »

Ces scientifiques arabes ont été assassinés

Yehia El-Mashad (1932-1980)

Un scientifique égyptien spécialisé dans les atomes, qui a participé au programme nucléaire irakien après le gel du programme nucléaire égyptien sous le président Anwar Sadat, a été assassiné en France (juin 1980), où son corps a été retrouvé dans une chambre de l’hôtel Méridien à Paris, après avoir été frappé avec une machine tranchante.

Jamal Hamdan (1928-1993)

Un historien égyptien a été assassiné en 1993 après l’incendie de son appartement dans la capitale égyptienne du Caire.

Ramal Hassan (1951-1991)

La mort ou l’assassinat du scientifique libanais Ramal Hassan dans un laboratoire de recherche en France est encore un mystère.

Nabil Fleifel

Un scientifique palestinien qui a étudié la nature nucléaire et n’avait que 30 ans.

Ibrahim Al – Dhaher

Un scientifique irakien spécialisé dans les atomes, titulaire d’un doctorat dans ce domaine, est rentré en Irak après la chute du régime de Saddam Hussein en 2003. Il a été abattu par des hommes armés dans un taxi.

Jassim Al Dhahabi

Abattu à l’entrée de l’université de Bagdad, professeur et doyen de la faculté de gestion et d’économie le 2 novembre 2006, par des tueurs professionnels.

Mohamed Zouari (1967-2016)

Un ingénieur de l’aviation tunisien a aidé les brigades Izz al-Din al-Qassam à fabriquer des drones et a terminé un doctorat sur les sous-marins télécommandés. Il a été assassiné dans la ville de Sfax, dans le sud-est de la Tunisie, par 20 balles. Les médias ont rapporté qu’une cellule composée de huit étrangers et arabes avait participé à l’assassinat.

Samira Moussa

Elle a étudié la radiation nucléaire en Grande-Bretagne et a obtenu son doctorat en rayons X et ses effets sur les matériaux. .

Le 15 août 1952, Samira Moussa s’est rendue en Californie pour visiter des centrales nucléaires.

Mustafa Musharrafah

En 1920, il entre au Royal College of Britain où il obtient son doctorat en philosophie des sciences en 1923 sous la supervision du célèbre physicien Charles Thomas Wilson.

Musharrafa obtint son doctorat en sciences de l’Université de Londres en 1924, le plus haut diplôme au monde, où il ne put obtenir que 11 scientifiques à l’époque, et fut le premier Egyptien à recevoir ce diplôme.

Il est décédé le 15 janvier 1950 à la suite d’une crise cardiaque et son décès est incertain.

Fadi Al Batsh 

Un scientifique palestinien, assassiné le 21 avril 2018 en Malaisie, a reçu le prix du meilleur chercheur arabe dans la bourse du Trésor malaisien, après avoir obtenu un doctorat en génie électrique.

Il a accusé le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur de Malaisie, Zahid Hamidi, alors « Israël », sans le nommer explicitement, responsable de l’assassinat de « l’oppression ».

« Il y a un Etat du Moyen-Orient qui est prêt à tout faire pour tuer le potentiel et les capacités du peuple palestinien afin d’empêcher une nouvelle Intifada contre l’occupation », a-t-il déclaré.

IMPORTANT :

Nous subissons actuellement une censure abusive de notre Page Facebook . Par sécurité nous avons mis en ligne une autre Page de secours, veuillez la liker et la faire connaitre à vos amis et proches au cas ou l'actuelle sera fermée.

Vous pouvez partager cet article avec les conditions suivantes :

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur nos photographies. Si vous avez identifié une photo sur laquelle vous possédez des droits, vous pouvez nous contacter et demander de cesser d'utiliser l'adresse e-mail: [email protected]

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !