L’Imam de Lod : j’ai été « victime de la répression israélienne. »

L’imam de la principale mosquée de Lod, Yusuf Mohammed al-Baz, arrêté la semaine dernière pour incitation aux émeutes et atteinte à la police, a été libéré hier et a déjà fait un certain nombre de déclarations très médiatisées au sujet de son arrestation, se qualifiant de « victime de la répression israélienne. »

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

L’imam de 63 ans a été arrêté après avoir partagé une vidéo sur son compte Facebook qui aurait appelé à nuire aux policiers. La vidéo était un extrait de la série d’horreur australienne Wolf Pit, dans laquelle un civil tue deux policiers, qu’al-Baz a ajouté avec le commentaire suivant : « C’est le meilleur moyen de lutter contre l’injustice ».

Suite à la publication du message, le chef d’Otzma Ehudit, Itamar Ben-Gvir, a déposé une plainte contre l’imam auprès du procureur de la République Shlomi Abramzon pour incitation à la violence et au terrorisme, et suite à la plainte, des détectives de l’Unité nationale d’enquête internationale à Lahav 433 l’ont arrêté.

🟦 ANNONCE 🟦

Après des interrogatoires et une audience préliminaire au tribunal vendredi dernier, son arrestation a été prolongée de quatre jours, mais l’enquête n’a pas avancé et l’inculpation, selon les avocats, « ne s’est pas cristallisée ».

Après sa libération hier, l’imam a été interviewé par Channel 11 News, déclarant qu’« Israël a mobilisé tout son appareil répressif pour le mettre en prison, mais a échoué. L’État nous regarde de travers le prisme de notre nationalité et de notre religion, et nous traite en conséquence – pas comme des citoyens ordinaires. » Il a également chaleureusement remercié « les avocats, les héros et les personnes partageant les mêmes idées qui se sont tenus côte à côte avec lui » qui l’ont aidé à être libéré.

Publicité 

Son avocat, Khaled Azberga, a ajouté que la police peut continuer à enquêter malgré la libération de son client, bien qu’il ne comprenne pas du tout de quoi il peut être accusé, puisqu’il ne s’est jamais livré à l’incitation ou n’a exprimé son soutien au Hamas.

« Je suis surpris par la formulation même de la question. La police ne lui attribue pas de soutien au terrorisme ou d’incitation au terrorisme. Il n’est qu’une figure religieuse », a déclaré l’avocat. Auparavant, il avait déclaré que le véritable instigateur était le maire de Lod, qui non seulement appelle à la violence contre la population arabe, mais a également fait venir des     « milices » des territoires vers la ville.

Un conseil, une info, une question ? Contactez nous !

Connaissez vous nos autres sites ? Répondez à ce questionnaire 

Abonnez vous à notre nouvelle Newsletter 

ABONNEZ VOUS A NOTRE COMPTE YOUTUBE

 

🟦 ANNONCE 🟦