Le ministère de la Santé cherche de nouvelles solutions au problème de la pénurie de médecins. La population croît et vieillit et, avec elle, des centaines de médecins vieillissent et ne sont remplacés par personne. La profession médicale est de moins en moins populaire dans l’État juif.

Récemment, le plan du ministère de la Santé visant à attirer des médecins expérimentés à la périphérie a été signalé. L’État est prêt à leur verser un «cadeau» d’un montant maximal de 750 000 shekels pour leur installation dans la Haute Galilée et dans d’autres lieux isolés.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Aujourd’hui, le journal The Marker a fait état d’un autre programme du ministère de la Santé, visant à attirer les médecins de la médecine privée vers l’État.

Au cours des derniers mois, le minis-tère de la Santé s’est tourné vers les hôpitaux publics en proposant de payer des salaires supplémentaires aux spécialistes qui accepteraient de rester dans des cliniques après les quarts de travail du matin et de l’après-midi. Nous parlons de spécialistes comme des chirurgiens, cardiologues effectuant une coronographie (centurions) et d’autres vérifications complexes vérifiant que ces opérations sont effectuées dans des cliniques privées l’après-midi.

Sans annoncer ce programme, le ministère de la Santé propose aux médecins une augmentation de 18 à  35 000 shekels pour 14 à 15 heures supplémentaires par semaine, en fonction de son salaire de base. Ce dernier dépend de la spécialisation, de la durée du service et de l’endroit, encore une fois, ils seront plus payés en périphérie. Dans ce cas, les médecins devraient complètement abandonner la pratique privée.

Dans un premier temps, le ministère de la Santé envisage d’allouer 80 millions de shekels à un «projet pilote» auquel participeront 15 à 20 médecins choisis par le directeur de l’hôpital. S’il réussit, le budget du projet sera porté à 400 millions de shekels par an et des dizaines de nouveaux spécialistes y seront rattachés.

La publication note que ce programme s’adresse principalement aux jeunes médecins qui n’ont pas encore eu le temps de se lancer dans une vaste pratique privée et qui, en même temps, n’ont pas une charge de travail suffisante. L’idée est de leur proposer un emploi à temps plein dans un hôpital public. Les chirurgiens expérimentés avec une pratique privée bien établie sont difficiles à séduire avec 20 à 30 000 en 15 heures sur la table d’opération.

Le ministère de la Santé estime que le succès de ce programme réduira le temps d’attente pour les patients en attente d’une chirurgie.

Vous pouvez partager cet article avec les conditions suivantes :

infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !