L’administration américaine examine la possibilité de publier un document qui engagerait les futurs gouvernements dans le plan de paix du président Donald Trump, a appris Israël Hayom.

L’idée a été présentée aux hauts fonctionnaires de la Maison Blanche et elle est en discussion.

À ce stade, on ne sait toujours pas comment les accords entre Israël et les États-Unis sur le plan Trump seraient rendus contraignants. Une possibilité serait d’émettre un mémorandum d’accord qui indiquerait que le plan Trump est la seule solution au conflit israélo-palestinien. Une autre option serait de publier un document contraignant dans le style de la lettre Bush, qui promettait que les blocs des localités de Judée et de Samarie ne seraient jamais évacués.

L’administration attache une grande importance à ce que le plan de paix Trump reste actif et applicable, même si une nouvelle administration est élue en novembre. Les discussions sur le libellé de l’annonce concernant la normalisation des relations entre Israël et les Émirats arabes unis ont inclu des efforts considérables pour persuader toutes les parties d’adopter le plan Trump comme contraignant.

Israël a également un grand intérêt à maintenir le plan sur la table. Beaucoup en Israël considèrent le plan Trump comme la meilleure option jamais présentée par une administration américaine. Les partenaires de la coalition du Premier ministre Benjamin Netanyahu, le ministre de la Défense Benny Gantz et le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi, ainsi que le chef de l’opposition Yair Lapid, ont tous exprimé leur soutien.

Publicité 

Jusqu’à présent, le soutien a été verbal. L’intérêt des États-Unis et d’Israël à rendre le plan contraignant pour l’avenir a incité les deux parties à prendre position par écrit.

Ce ne serait pas la première fois que les États-Unis prendraient une telle mesure. En 1975, le président Gerald Ford a écrit au Premier ministre Yitzhak Rabin et lui a dit que les États-Unis envisageraient sérieusement de maintenir Israël sur les hauteurs du Golan. Le président George W. Bush a déclaré dans une lettre au Premier ministre Ariel Sharon que les États-Unis reconnaissaient les changements démographiques en Judée et en Samarie et que les blocs des implantations resteraient en place. Malgré l’importance de ces documents, ils ne sauraient obliger les futures administrations.

Jérusalem et Washington conviennent qu’il n’y a aucun engagement contraignant en place pour le Moyen-Orient autre que la déclaration conjointe des dirigeants d’Israël, des Émirats arabes unis et des États-Unis sur les relations israélo-émiraties. Le conseiller de Netanyahu, Aaron Klein, a déclaré à Israel Hayom qu’ « il n’y a pas d’autre engagement ni d’autres documents. Pas sur la souveraineté ou toute autre question ».

Dans une interview exclusive, Klein a rejeté l’affirmation selon laquelle il y avait un « accord » pour annuler les plans d’Israël d’appliquer la souveraineté à la vallée du Jourdain et aux localités de Judée Samarie en échange de la paix avec les Emiratis.

« L’administration a demandé à deux reprises à Israël de reporter sa souveraineté. La première fois, c’était juste après la cérémonie de janvier, et la deuxième fois, récemment. Compte tenu de cette dynamique, le Premier ministre a décidé d’accepter la demande [ Mais il n’y avait pas d’accord pour renoncer à la souveraineté en échange d’un accord de paix. C’étaient deux choses distinctes », a-t-il dit.

Klein, 40 ans, travaille avec Netanyahu depuis moins d’un an et est connu comme un conseiller «fantôme», ce qui signifie qu’il a peu de contacts avec les autres membres du gouvernement. Selon certains rapports, il est très proche de Netanyahu. S’adressant à Israel Hayom, Klein a déclaré que l’accord avec les Emirats « place Israël dans une nouvelle ère. Netanyahu a prouvé que la gauche avait tort. Alors que d’autres politiciens israéliens soutenaient l’accord nucléaire iranien, Netanyahu était parfois le seul au monde à prendre un position contre lui et contre l’Iran. C’est l’une des choses qui a aidé l’accord [avec les Emirats] à avancer. « 

Klein dit que beaucoup de gens pensaient que la seule façon qu’Israël ferait la paix avec les pays arabes serait de parvenir à un accord avec les Palestiniens.

«Depuis 2002, les gens disent que seul le plan de paix arabe, qui comprenait un retrait israélien aux frontières de 1967 et a attiré beaucoup d’attention, est la seule formule de paix. En revanche, Netanyahu a fait valoir que nous pourrions normaliser avec les pays arabes. et ils poussaient les Palestiniens à abandonner leur objectif de détruire Israël. C’est ce qui s’est passé. Maintenant, Israël et les Émirats arabes unis font la paix, et c’est un changement de paradigme. Il faudra quelques semaines, voire des mois, pour que les gens comprennent ce changement de mentalité au Moyen-Orient. C’est la doctrine Netanyahu », dit Klein.

Q: Israël appliquera-t-il la souveraineté, ou est-ce juste un discours ?

« La souveraineté est actuellement hors de la table, parce que l’administration américaine a demandé qu’elle soit reportée temporairement. A quiconque attaque Netanyahu pour ne pas aller de l’avant avec la souveraineté, je dis qu’il serait irresponsable de sa part de faire une telle démarche sans le soutien américain. – Je vous rappelle que Netanyahu est celui qui a évoqué l’idée d’appliquer la souveraineté. Il a également changé de paradigme à ce sujet, car avant cela, on parlait de retrait, et maintenant les gens parlent de souveraineté et de règlement. « 

Q: Si Trump remporte les élections, Israël déclarera-t-il sa souveraineté ?

« Nous devons regarder cela dans une perspective large. Nous attendons depuis 1967 et tout le monde comprend que le report est temporaire. Le Premier ministre continuera à y travailler, et le président Trump a déjà prouvé qu’il est le meilleur ami d’Israël. ». Ainsi, Israël travaillera avec les États-Unis, et cela sera évoqué au bon moment. »

Q: Quels sont les prochains pays ?

« J’espère que les Emirats ne sont que le début, et nous verrons plus de pays arabes emboîter le pas. C’est le plan dont le Premier ministre a parlé à maintes reprises. Après des années où les Palestiniens ont refusé tout ce qui leur est proposé, il a parlé à propos de sa conviction que le monde arabe viendrait à la table pour faire la paix en échange de la paix, une paix basée sur l’intérêt mutuel et non sur une paix de retraite. « 

🔊 Abonnez vous à la nouvelle Newsletter !

ABONNEZ VOUS A NOTRE COMPTE YOUTUBE



IMPORTANT 

Facebook nous censure depuis quelques semaines. La solution ? Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News Sans censure, rejoignez moi sur l'application Telegram : https://t.me/infoisraelnews

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.