Le scandale étouffé de la « vente » de soldates à un terroriste prisonnier palestinien fera l’objet d’une nouvelle enquête

Le ministre de la Sécurité intérieure, Omer Bar-Lev, a demandé au conseiller juridique du gouvernement de réenquêter sur la controverse à la prison de Gilboa après que l’actuel gouverneur de la prison, Freddie Ben-Shirit, a déclaré que sous la direction précédente, de jeunes gardiennes (soldates juives pendant leur service militaire) étaient « vendues » à des prisonniers pour satisfaire leur besoins sexuels.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Dans la soirée, la police a annoncé qu’elle commençait à ré-enquêter sur l’histoire. Freddie Ben-Shirit sera appelé à témoigner.

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

À l’été 2020, le détenu de la prison de Gilboa, Muhammad Atalla, a été reconnu coupable de harcèlement sexuel et d’actes indécents contre trois gardiennes de prison.

Les victimes ont affirmé que les autorités pénitentiaires les avaient « vendues » au prisonnier – un agent des services de renseignement avait envoyé les filles escorter Atalla à sa demande, en échange d’informations de renseignement sur ce qui se passait dans la cellule de la prison du Fatah. Il a été établi que la première plainte de la soldate qui souffrait d’Atalla n’avait pas du tout fait l’objet d’une enquête – l’administration pénitentiaire n’y a pas donné suite et a « fait taire » l’affaire.

Publicité 

L’officier en charge du travail d’infiltration n’a pas nié avoir affecté des gardiennes au département où se trouvaient les prisonniers du Fatah, à la demande d’Atalla, car il avait grand besoin d’informations d’infiltration. Cependant, il a catégoriquement nié les accusations de « vente » de soldates et a déclaré qu’il ne s’était jamais attendu à ce qu’Atalla les harcèle sexuellement. En conséquence, ni le surveillant ni l’administration pénitentiaire n’ont porté aucune responsabilité, les dossiers ont été classés et même aucune sanction disciplinaire n’a été imposée.

Après que Freddie Ben-Sheetrit, qui faisait l’objet d’une enquête après l’évasion de trois prisonniers de la prison de Gilboa, il ait suggéré à la commission de vérifier cette vieille histoire, la direction de l’administration pénitentiaire a déclaré que Ben-Sheetrit essayait simplement de « faire taire» l’évasion des prisonniers et détourner l’attention de leurs propres échecs. La commission d’enquête chargée d’enquêter sur l’évasion a refusé de traiter l’histoire de la « vente » de soldates, car cela sortait du cadre de son mandat. Mais le ministre de la Sécurité intérieure, Omer Bar-Lev, pense que les accusations portées contre la direction de la prison et l’officier sont si graves que l’histoire doit faire l’objet d’une enquête plus approfondie.

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   

🟦 ANNONCE 🟦