Le sud craint aussi aujourd’hui la vengence du jihad : « Ils décident notre routine, il suffit qu’ils menacent »

Un jour s’est écoulé depuis l’arrestation du haut responsable de l’organisation dans les activités de Tsahal à Jénine, et la vigilance dans la bande de Gaza est toujours à son comble. Les FDI ont bloqué de nombreuses routes dans la région, les habitants ont préféré rester chez eux et dans de nombreux endroits, ils passeront à un format de travail à distance. Les habitants protestent : « Nous ne critiquons pas Tsahal, mais il n’est pas possible pour les organisations terroristes décident de stopper notre routine de vie . »

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

Dans la vidéo : Activité de la Division de Gaza suite au blocus des zones et des routes près de la clôture périphérique (porte-parole de Tsahal)

Un jour après l’arrestation de hauts responsables du Jihad islamique dans le camp de réfugiés de Jénine, la menace de roquettes et de missiles en provenance de la bande de Gaza plane toujours dans l’air, il a donc été décidé de continuer à prendre des mesures de précaution. Ceci, à un moment où de fortes pressions sont exercées sur le Hamas pour freiner le Jihad islamique à attaquer depuis Gaza. Les blocages des routes centrales à Otef Aza se poursuivront également aujourd’hui, et les habitants de la région expriment leur mécontentement que leur vie quotidienne soit affectée par les menaces des organisations terroristes.

Shimon Elkhart, un habitant de Sderot, propriétaire d’un restaurant, révèle qu’aujourd’hui, aucun client n’est venu dans son commerce. « Et c’est un moment où le restaurant est plein. Aujourd’hui, contrairement aux fois précédentes, juste pour une menace, toute la clientèle est absente. Hier, on nous a appris qu’il n(allait pas tirer, seulement menacer et malgré tout la ville est bloquée. Je n’accepte pas cette équation. »

Aviva Fuld, une habitante de Netiv Hassara, est consciente que les actions visent à protéger la vie des habitants, mais elle est également convaincue que leur stopper leur routine de vie n’est pas la bonne solution. « Il est impossible qu’une organisation terroriste perturbe nos vies dans la moitié du pays et nuise aux moyens de subsistance des habitants en bordure de Gaza. Nous devons rétablir la dissuasion qui n’existe plus.

Guy, un habitant de Kerem Shalom a ajouté : « Une fois de plus, les organisations terroristes fixent l’ordre du jour en Israël. Nous sommes à leur merci, quand ils veulent. »

Dans le contexte des évaluations de la situation et de la protection de la clôture périphérique dans la bande de Gaza, et avec la forte vigilance contre le lancement de roquettes, d’obus de mortier, de missiles antichars et de tirs de snipers, les opérateurs égyptiens et d’autres facteurs s’efforçent de calmer les esprits à Gaza et dans les territoires de Cisjordanie.

A l’issue d’une évaluation de la situation sécuritaire par le Commandement Sud, il a été décidé que la Route 232 dans le tronçon entre Mepalim et Saad, et les routes agricoles à l’ouest de la route étaient également bloqué. Il a été décidé que le tronçon entre Saad et Kerem Shalom continuera également d’être fermé à la circulation.

En outre, la route 242 et la route 2410, qui sont à l’ouest de la route 232, ont également été bloquées. La route numéro 4 a été bloquée à partir du carrefour Zikim à la route Accès au carrefour d’Erez. L’autoroute numéro 34 est bloquée de l’intersection de Yad Mordechai à l’intersection de Nir Am. De plus, il est possible d’entrer et de sortir de toutes les localités par des routes secondaires, à l’exception de Kerem Shalom et du kibboutz Nahal Oz , qui coordonnent les déplacements sur les routes de la division sud de la division de Gaza.

 

Haut responsable du Jihad islamique Bassem al-Saadi, 2 août 2022. Documentation selon l'article 27 A, capture d'écran

Largement influent. Al Saadi après son arrestation (photo : capture d’écran, documentation selon l’article 27 A)

En attendant, des sources du système de sécurité n’excluent pas la possibilité que les terroristes du Jihad islamique et les loyalistes du cheikh Bassam al-Saadi en Judée-Samarie tentent de mener une attaque de vengeance, en réponse à l’arrestation, précisément dans la Cisjordanie. L’établissement de sécurité a souligné que l’arrestation du haut responsable djihadiste a laissé les militants du camp de réfugiés de Jénine sous le choc, car son domicile est sous surveillance régulière destinée à identifier les mouvements suspects, et les agents infiltrés de Judée Samarie ont tout de même réussi à les tromper et à se rendre chez lui. .

 

Documenter l'arrestation de Cheikh Bassem al-Saadi. 2 août 2022. Conformément à l'article 27 A de la loi sur le droit d'auteur, site officiel

A Jénine, ils ont été surpris par l’arrestation. La maison d’Al Saadi, hier (photo : site officiel, conformément à l’article 27 A de la loi sur le droit d’auteur)

En arrivant chez lui et en scannant les pièces, il a réussi à s’éclipser et à se cacher sous un hangar dans la cour, mais les agents d’infiltration ont réussi à révéler la cachette. Al Saadi, qui est défini comme une figure très appréciée parmi les Tanzim, le Jihad et le Hamas, se comportait comme un homme recherché et avait l’habitude de disparaître de sa maison chaque nuit et de s’installer dans des appartements clandestins. Des pilleurs de Majev, l’ont également surpris juste avant qu’il ne soit sur le point de quitter le bâtiment

Selon des sources du système de sécurité, Al Saadi a été défini comme le « cerveau » derrière toutes les activités des hommes armés à Jénine, Tulkarem et Kalkilia et a commencé par influencer Naplouse également l’année dernière, c’est pourquoi son arrestation a été demandée. En réponse à cela, des dizaines d’hommes armés ont traversé Jénine aujourd’hui d’une manière inhabituelle tout en tirant en l’air et se sont déclarés satisfaits de son arrestation car, selon eux, il s’agit d’une décision qui, à long terme, calmera la région.

🟦 ANNONCE 🟦