Le suicide en tant que valeur juive – Par Daniel Greenfield

Il y a un mois, Debbie Wasserman-Schultz s’est entretenue avec le présentateur d’une chaîne de télévision juive, et n’a pu fournir de raison quelconque aux juifs de voter pour Obama, mis à part son soutien à l’avortement. C’est-à-dire que la marionnette préférée du Parti démocrate ne voyait aucune raison de soutenir BO, si ce n’est par un engagement mutuel qu’il y ait moins de Juifs à naître.

 

🟦 ANNONCE 🟦

C’est un fait peu connu que Margaret Sanger, cette pionnière des solutions eugéniques aux  » problèmes raciaux, politiques et sociaux « , commença par cibler les Juifs en ouvrant son premier centre à Brownsville, Brooklyn, avec des prospectus en yiddish et en italien, en ciblant les deux groupes d’immigrants dont les taux élevés de reproduction étaient considérés comme un problème social.

L’avortement en tant que valeur juive Libérale a été d’un succès retentissant. À New York, où Sanger s’est d’abord installée, 74 pour cent de tous les enfants juifs appartiennent au groupe religieux Orthodoxe traditionaliste. Les Juifs Libéraux paniquent déjà sur la perspective d’une future population juive à New York qui serait résolument conservatrice et religieuse.

Un récent sondage auprès des Juifs de New York montre également une répartition presque à part égale entre Mitt Romney et Barack Obama. 46 pour cent des Juifs de New York envisagent de voter contre Obama, et une majorité de Juifs de New York pense que Romney serait mieux pour relancer l’économie que BO. Mais il est tout à fait normal que le groupe pour qui l’avortement n’est pas une valeur juive dépassera largement en nombre celui pour qui l’avortement est une valeur juive.

Le problème avec les valeurs est que vous devez vivre avec leurs conséquences. Lorsque vos valeurs vous dictent que les terroristes méritent toutes les protections du système de justice civile, alors vous devez être prêt à vivre avec les explosions. Si vos valeurs dictent une croissance minimale de la population, alors vous devez accepter les conséquences de l’extinction. Les valeurs qui sont contraires à la survie portent leur propre prix naturel. Et quand vos valeurs sont en désaccord avec vos intérêts, alors vos valeurs pourraient être aussi une fenêtre ouverte, un revolver chargé ou une dose de strychnine.

Les Juifs Libéraux aiment parler des valeurs juives plutôt que des intérêts juifs, parce que leurs valeurs sont incompatibles avec les intérêts juifs — même si c’est une simple question de survie. Le fourre-tout habituel des valeurs libérales qui sont représentées par les marionnettes juives du libéralisme, tel Wasserman-Schultz, ne sont pas seulement étrangères, elles menacent la survie même du peuple juif.

Quand on lui demande de justifier quels intérêts le Parti démocratique et les Juifs américains ont en commun, le juif libéral plonge dans un exemplaire du New York Times et en vient à l’immigration clandestine, l’avortement, les droits des homosexuels et le soutien à la paix au Moyen-Orient.

Cette liste de valeurs juives Libérales, non seulement ne parvient pas à aligner un seul intérêt juif, mais chacune d’elles, menace les intérêts juifs … si tant est que la survie doit être considérée comme un intérêt juif.

La paix au Moyen-Orient veut dire faire avorter Israël, en le disséquant en petits morceaux et en répétant le processus jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien du pays. C’est un autre cas de Juifs libéraux essayant de faire à Israël ce qu’ils ont déjà fait pour eux-mêmes. Croire que faire pression sur Israël en faisant sans arrêt une liste de concessions aux terroristes musulmans est une valeur juive, c’est croire que le suicide est une valeur juive.

L’immigration illégale, une cause que presque toutes les grandes organisations juives ont signée, signifie la migration en masse des Mexicains vers les États-Unis. La propre enquête de l’ADL montre que près de la moitié du pourcentage des Latinos nés à l’étranger est fortement antisémite, plus de trois fois le taux des américains blancs. (Mauvaises nouvelles pour l’alliance glorieuse des droits civils; les indices sur l’antisémitisme de l’ADL sont 12 pour cent pour les américains blancs, 35 pour cent pour les afro-américains et 44 pour cent pour les latinos nés à l’étranger.) La seule façon de donner un sens à cela est que les groupes juifs Libéraux croient que l’augmentation de l’antisémitisme en Amérique est réellement une valeur juive.

Mais les libéraux de toutes les confessions ont besoin de plus de mexicains étrangers et d’immigrants illégaux de toutes les régions du tiers monde pour suppléer le bon travail de Sanger. Les chrétiens libéraux craignent les taux de reproduction des chrétiens conservateurs, les juifs libéraux craignent les taux de reproduction des juifs orthodoxes. Le seul moyen de sortir de la course démographique est d’importer des « variantes » qui auront des enfants qui ne le seront pas. Le nouvel eugénisme est l’eugénisme politique. Le contrôle des naissances n’est plus pour les gens considérés par Sanger comme «inutiles», ils sont évalués aujourd’hui pour leur taux reproducteur qui aidera les « bons » à rester au pouvoir.

 L’antisémitisme croissant est un petit prix à payer pour les valeurs du parti libéral quand on a des gens comme Debbie Wasserman-Schultz qui siègent au Congrès au lieu de vendre des tee-shirts imprimés et des narguilés peintes à la main dans un marché aux puces. Et comme tous les salaires du libéralisme, le prix pour cela n’est pas payé par les personnes de haut rang, mais par celles se trouvant au bas de l’échelle. Ces Juifs qui vivent pour près de 44 pour cent à New York ou dans les exploitations agricoles en Cisjordanie à portée de tir de leurs partenaires pour la paix, les palestiniens musulmans. Ce sont ces Juifs que Sanger et Schultz jugent «inutiles».

Il existe un écart fondamental entre les intérêts des Juifs, et ceux d’une élite libérale qui prétend que ses valeurs libérales sont nos valeurs juives. Les valeurs de l’élite sont liées au pouvoir, tandis que celles de la population sont liées à la survie. Le pouvoir des élites juives libérales est inextricablement lié à la décimation des populations juives, que ce soit aux États-Unis, en Europe ou en Israël.

On demande constamment aux Juifs qui ont grandi dans la bulle de valeurs juives Libérales de choisir entre leurs propres intérêts, leur bien-être physique, social et économique et les valeurs qui leur ont été présentées comme des valeurs juives. Ils sont encouragés à croire que trahir leurs propres intérêts est un acte noble de sacrifice de soi pour le plus grand bien.

C’est le même choix fallacieux entre intérêts et valeurs, entre le vil motif de la survie et les motifs élevés de la supériorité morale, c’est ce que la gauche soumet au américains et européens régulièrement. Ce que tous les conférenciers sur le thème de la grandeur morale et le nouveau système de valeurs ont oublié de mentionner, c’est qu’un système de valeurs qui est incapable de se perpétuer ne peut être d’utilité à quiconque. Ce n’est même pas bénéfique comme un acte de martyre parce que les martyrs demeurent dans la mémoire des gens qui partagent leurs convictions.

Les martyrs vivent, mais meurent pour une foi, non pas pour l’extinction d’une foi. Et c’est ce que les valeurs juives libérales sont. L’extinction d’une foi et d’un peuple au nom d’une foi meilleure dans le libéralisme et d’un peuple meilleur tel un arc-en-ciel multiculturel issu d’autres gens qui ont des enfants, mais qui toujours voteront démocrate, parce que leurs valeurs religieuses n’ont pas encore été immergées dans une identité libérale.

Le paradoxe de l’alliance multiculturelle, c’est que la survie politique du décalage étroit des dirigeants libéraux dépend d’un décalage plus important des non-libéraux qui votent pour eux, mais ne partagent pas leurs valeurs. Si les communautés minoritaires avaient adopté la panoplie complète des valeurs libérales, elles seraient sur la même voie d’extinction que les gens qui leur ont appris à tirer le levier le jour du scrutin.

C’est ce qui fait de l’alliance multiculturelle, une bête effrayante et instable qui est toujours à risque de rupture soit à droite, ou soit à gauche, et qui doit être constamment réapprovisionnée grâce à de nouvelles livraisons d’immigrants qui sont encore économiquement libéraux et socialement assez conservateurs pour maintenir le système en cours.

Les juifs Libéraux sont coincés dans une version particulièrement infernale de ce paradoxe en prêchant une extinction basée sur un système de valeurs qui est destiné à faire perdre la course aux traditionalistes. Et la seule issue qui s’offre est d’essayer de suborner et de briser plus agressivement les valeurs des Juifs traditionalistes afin de gagner de nouvelles recrues pour leur armée zombie de morts-vivants.

Margaret Sanger a pour le moins compris que «le déséquilibre entre le taux de natalité de l’« inutile» et l’ « utile»… ne pourra jamais être rectifié par l’ouverture de la compétition de berceaux entre ces deux classes.

Le principe du contrôle des naissances sans l’eugénisme ne suffirait jamais, et l’époque où le gouvernement pourra imposer la politique de l’enfant unique n’est pas encore là. Et même si c’était le cas, cela mènerait toujours à un taux de natalité plus élevé chez les couples mariés de façon traditionnelle.

La course entre les valeurs juives traditionnelles et les valeurs juives libérales doit toujours se terminer de la même manière, encore et encore. Le suicide ne peut jamais devenir une valeur juive que si elle est universalisée, mais elle ne pourra jamais être universalisée à moins que chacun des groupes traditionnalistes ne soit détruit. Debbie Wasserman-Schultz a déjà perdu et elle le sait probablement. Si elle ne le sait pas, les fédérations juives qui sont occupées à taper les résultats de l’enquête, le savent certainement. Même si cela les mène à réinjecter davantage d’argent à des groupes tels que Yeshivat Chovevei Torah et Uri L’Tzedek qui agissent comme des avant-postes de la gauche contre le judaïsme traditionnel – ce qui est aussi une autre course qu’ils ne pourront gagner.
En Israël et en Amérique, les partisans du suicide juif s’anéantissent eux-mêmes avec succès, tandis que les partisans de la survie du peuple juif remplissent les berceaux. La course entre les valeurs juives de Debbie Wasserman-Schultz et leurs valeurs est d’ores et déjà gagnée.

Par Daniel Greenfield

Traduction française :Galila pour Israël-chronique-en-ligne