Les constructeurs en Israel entretiennent la criminalité dans le pays par des méthodes d’appels d’offres douteuses 

Le phénomène de protection, qui a depuis longtemps atteint le secteur privé de la construction, a également commencé à déborder sur les appels d’offres publics de construction et d’infrastructures. L’Unité nationale de lutte contre la criminalité économique (YALK) de Lahav 433 de la police, en coopération avec le bureau du procureur de l’État, mène actuellement des enquêtes sur deux cas de protection présumée dans les appels d’offres de l’État pour la mise en place de projets d’infrastructure nationaux, mais la crainte est qu’il s’agit d’un phénomène beaucoup plus large, qui existe dans tout le pays .

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

Lahav reconnaît qu’il y a de plus en plus de familles de criminelles entrant dans le domaine des appels d’offres et de l’industrie de la construction, donc, pour la première fois, Lahav a également pris sous leurs auspices le domaine des appels d’offres publics, et cela principalement pour créer de la dissuasion. Les entreprises contractantes qui entrent dans les appels d’offres des collectivités locales et des organismes gouvernementaux (par exemple : la construction d’un centre communautaire, d’un pont ou l’agrandissement d’un canal de drainage des eaux pluviales) remplissent les conditions de seuil de l’appel d’offres, et ont une certaine note à cet effet au nom du registraire des entrepreneurs.

Cependant, dans certains cas, ceux qui réalisent réellement le projet sont d’autres entrepreneurs qui ne remplissent pas du tout les conditions de seuil de l’appel d’offres, qui n’ont pas du tout approché l’appel d’offres et parfois sans licence d’entrepreneur. Selon les soupçons, les organisations criminelles collectent des pourcentages financiers en transférant les gains à des entrepreneurs en leur nom. Le phénomène peut constituer un danger pour la sécurité publique, car il s’agit de grands projets publics de l’ordre de dizaines et de centaines de millions de shekels, et parfois ceux qui les réalisent sont des entrepreneurs qui ne remplissent pas les conditions et la classification requises.

La personne censée superviser la phase de mise en œuvre des projets publics au nom de l’État est le registraire des entrepreneurs – une unité du ministère du Logement et de la Construction composée de dizaines d’employés. Il est douteux que Lahav 433, une unité habituellement occupée à d’autres tâches, avec le registraire des entrepreneurs, soit en mesure de contrôler le phénomène, et l’intervention du gouvernement est ici nécessaire pour lutter contre un phénomène qui met en danger la sécurité publique.

Sans mécanisme de disqualification

Tzvika David, vice-présidente de l’Association Boni Ha’aretz des entrepreneurs, a déclaré que « cela a commencé comme une protection des entités qui prétendent être des sociétés de sécurité, et qui menacent les entrepreneurs et les obligent à payer en échange du maintien de la sécurité des biens et équipements sur le chantier de construction Récemment, selon des informations publiées par la police, il y a eu des cas de prises de contrôle par des criminels sur des appels d’offres publics de construction et d’infrastructure Il s’agit de cas où des entrepreneurs sans licence professionnelle du tout, ou sans licence professionnelle adaptée à la travail, travail dans divers projets nationaux, du gouvernement local et des ministères gouvernementaux et des entreprises gouvernementales.

Selon cette méthode, lors d’un appel d’offres public de construction ou d’infrastructure, une offre est présentée par un entrepreneur qui remplit les conditions de seuil avec la classification appropriée pour le projet, mais en pratique, après avoir remporté, le travail est transféré à un autre organisme, qui est pas autorisé à effectuer de tels travaux.

« La facilité intolérable de la prévalence du phénomène tient à la manière dont l’entrepreneur gagnant est sélectionné dans les appels d’offres de l’État, qui se fait sur la seule base du prix, souvent sans mécanisme de rejet des offres déficitaires ou d’examen des critères de qualité de l’entrepreneur. L’acte de reprise de l’appel d’offres s’effectue, selon les estimations de l’industrie et des cas déjà signalés par la police, principalement en faisant pression sur ces entrepreneurs. Heureusement, il est évident que récemment l’État a décidé de se mobiliser pour éliminer ce phénomène.

Reconnaître le potentiel

Le chef de la police Moti Schiff, chef de la branche d’enquête du Yalakh à Lahav 433, explique que « comme dans tout domaine économique dans lequel les organisations criminelles sentent l’argent, elles ont également reconnu le potentiel de l’industrie de la construction. Elles peuvent influencer l’entrepreneur qui s’approche de l’appel d’offres, peut lui dire « je m’en occupe et tu vas gagner l’appel d’offres, mais dès que tu gagnes je te dirai à qui tu donnes le travail », alors ils créent un effet dissuasif pour l’autre concurrents, et une fois que l’entrepreneur a gagné, il doit transférer le travail à quelqu’un d’autre. Dans certains endroits, cela a commencé par extorquer des frais de parrainage, et après cela, cela est resté une décision commerciale naturelle. Il n’ets pas nécessaire de menacer à chaque fois, car une fois qu’il menace, il voit que tout se passe bien, et l’organisation criminelle reçoit son pourcentage de la construction que l’entrepreneur fait en son nom.

Chef de la police Moti Schiff, chef de la branche des enquêtes des Forces de défense israéliennes à Lahav 433, Photo : porte-parole de la police

Schiff souligne que cela doit être distingué du transfert de l’offre à un sous-traitant – ce qui est parfaitement normal, tant que l’entrepreneur supervise les travaux et que le sous-traitant a la qualification appropriée pour effectuer le travail requis.

« Un entrepreneur, quelle que soit sa taille, ne peut pas construire une ville entière sans avoir de nombreux sous-traitants. Mais avec un sous-traitant, il faut travailler de manière ordonnée : l’entrepreneur qui engage des sous-traitants a des responsables, des superviseurs, un agent de sécurité, des ingénieurs et  signe avec le sous-traitant dans le domaine un contrat qu’il est autorisé à constituer jusqu’au montant qui lui est autorisé. Ce qui est interdit ? Il est interdit de remporter un appel d’offres, de venir vers une personne et de lui dire : « Prenez l’offre, prenez ». Mes gains sont de 200 millions de NIS, et je vous prendrai 4 à 7 %, et vous ferez ce que vous voulez sur le site Web et c’est tout. » Ce qui se passe, c’est que l’autorité gouvernementale lui remet un chèque en fonction de l’état d’avancement du construction, il en déduit son pourcentage et transfère le reste à l’entrepreneur, alors qu’il n’a ni main ni pied à l’intérieur du chantier », souligne Schiff qui  explique le danger.

« Dans les immeubles de cinq étages, il est construit par une personne sans aucune licence d’entrepreneur. L’entrepreneur qui a gagné l’appel d’offre sera remplacé par un autre entrepreneur . C’est le phénomène. Ce phénomène est très douloureux, très difficile. Il est connu de toutes les entités commerciales.

Pourquoi n’y a-t-il pas de surveillance ?

« La personne responsable de l’inspection n’est pas la police mais le registre des entrepreneurs. Ils ont un service d’inspection, ils ont un plan de travail annuel, ils parcourent les sites et vérifient. Mais l’inspection n’est pas simple, car même quand je viens sur le chantier, l’entrepreneur qui est sur le terrain peut dire qu’il travaille pour le compte de l’entrepreneur gagnant, il sait quoi dire. Il faut vraiment lancer une enquête pour vérifier, pour le prouver. C’est une arnaque. dit Schiff.

« Nous avons reconnu que ce phénomène, de transfert de travail d’une entreprise contractante qui respecte les termes de l’appel d’offres vers une autre entreprise qui ne respecte pas les termes de l’appel d’offres, est un phénomène large qui traverse les quartiers et les branches », ajoute le recteur Rinat Saban, commandant du groupe de travail sur les appels d’offres à Yalk Lahav 433.
Surintendant Rinat Saban, commandant du groupe de travail sur les appels d’offres à Yelak Lahav 433, Photo : porte-parole de la police

« Jusqu’à présent, ce phénomène n’a pas été correctement géré. Il n’a été géré qu’au niveau administratif, et celui qui l’a géré jusqu’à présent est le registraire des entrepreneurs, qui, malheureusement, n’a pas assez de ressources pour l’application et la dissuasion est importante. Nous avons réalisé que nous devons entrer dans cette niche et l’attaquer correctement pour qu’ils comprennent que c’est quelque chose de très dangereux, qui peut avoir des conséquences dévastatrices.

Double enquête dans le nord

Comme mentionné, Lahav 433 mène actuellement une enquête criminelle sur deux cas dans la région du nord. Dans les deux cas, les entrepreneurs qui ont remporté les appels d’offres les ont transférés, apparemment en violation de la loi, à d’autres entrepreneurs qui ne disposent pas des licences appropriées et qui ne remplissent pas les conditions de seuil. Selon les soupçons, une organisation criminelle de la région du nord aurait été impliquée dans une « médiation » et aurait empoché des millions de shekels. La semaine dernière, la police a perquisitionné les maisons des suspects et saisi des documents, des ordinateurs et de l’argent valant la vente aux enchères.
« L’expansion du kibboutz Kabri et le traitement des eaux usées qui sortent de Nahal Gaaton est un travail national très complexe », explique Saban.

« Quand vous comprenez la complexité, vous comprenez les conséquences possibles de l’arrivée d’une entreprise qui n’a pas été formée, qui n’a pas l’équipement, l’expérience et la compétence pour faire ce travail. Il y a un an, une personne s’est noyée à la suite d’inondations à Nahariya. Nous comprenons que si le travail n’est pas effectué correctement, nous pouvons causer des catastrophes. Il y a de sérieux soupçons ici, de l’entreprise gagnante à l’entreprise exécutante réelle. Tous sont accusés du délit d’avoir reçu quelque chose frauduleusement dans des circonstances aggravantes. Les entreprises savaient à l’avance qu’elles n’allaient pas exécuter ces travaux, qu’ils seraient transférés à une autre entreprise. En fait, elles ont trompé la commission d’appel d’offres et l’organisme qui a commandé les travaux et leur a versé de l’argent.

Informez vous en temps réel !

Rejoignez nous sur Telegram en cliquant sur ce lien :

https://t.me/infoisraelnews

Telegram  

Je rappelle à tous les lecteurs qu’il y a trois sites liés à la société d'informations de défense d'Israel de la société reconnue Alyaexpress-News 1) Le site Infos Israel News avec le lien Telegram à partager : Lien Telegram à partager : https://t.me/infoisraelnews Lien du site Infos Israel à partager : https://infos-israel.news/
  2) Le site RAK BE ISRAEL pour les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel, pas forcément que la guerre et les attentats, mais aussi les nouvelles decouvertes technologiques, medicales, écologiques, ...et les bons conseils pour nos olim de France ! Lien du site Rak Be Israel à partager : https://rakbeisrael.buzz/
  3) Le site CQVC est plus dans la recherche, les analyses, et les preuves que l'Autorité palestinienne n'a jamais vraiment existé...de quoi vous defendre sur les groupes anti-sionistes, à mort les fakes news ! Lien du site à partager : https://cqvc.online/
  4) Rendez vous aussi sur le site de la société Alyaexpress-News qui réunit les infos de tous nos sites en même temps : Lien du site à partager : https://alyaexpress-news.com/
  5) Et le site Ougasheli pour ceux qui aiment la pâtisserie et la cuisine juive , des recettes qui sont illustrées et expliquées par Sabrina qui est une amoureuse de la bonne cuisine et la pâtisserie fine … Lien du site à partager : https://ougasheli.com/
  6) N'oubliez pas de faire votre shopping sioniste sur Israel Chrono : produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables ! Lien du site à partager : https://israelchrono.com/
  7 ) Cependant nous pensons aussi à nos lecteurs qui veulent se faire connaitre et qui auront la possibilité sur ce groupe d'Alya de 3600 personnes dont nous sommes administrateurs de poster un lien pour votre publicité afin de vous aider dans votre parnassa et votre alya ( les liens des groupes télégram sont interdits) Lien du groupe Alya sans langue de bois : https://www.facebook.com/groups/746330378765450 Partagez nos liens , c'est la seule chose que nous vous demandons en retour, nous ne demandons pas d'argent , pas de conditions , juste partager !