Les EAU ont défendu la position du président français Emmanuel Macron, dans le contexte de la polémique qui s’est répandue parmi les musulmans du monde entier et s’est élargie ces derniers jours, liée à sa position sur les caricatures qui a suscité la colère populaire et officielle dans plusieurs pays.

Le ministre d’Etat des Affaires étrangères des Emirats Arabes Unis, Anwar Gargash, a refusé, dans une interview au journal allemand Die Welt, publiée lundi, que Macron avait exprimé le désir d’exclure les musulmans, selon l’agence de presse française.

Selon ce qui a été cité par le journal allemand, Gargash a déclaré : « Vous devez écouter ce que Macron a réellement dit dans son discours ; il ne veut pas isoler les musulmans en Occident, et il a tout à fait raison. »

Il a ajouté que « les musulmans doivent mieux s’intégrer et que l’Etat français a le droit de rechercher des moyens d’y parvenir en parallèle avec la lutte contre l’extrémisme et la fermeture sociale ».

Dans le même temps, Gargash a attaqué le président turc Recep Tayyip Erdogan, et a considéré que « dès qu’Erdogan voit une faille ou une faiblesse, il l’utilise pour augmenter son influence, et il ne montre pas de volonté de négocier sauf lorsque nous lui montrons la ligne rouge », a-t-il déclaré.

Publicité 

Dans un contexte connexe, le prince héritier d’Abou Dhabi Mohammed ben Zayed Al Nahyan a confirmé à Macron le rejet par son pays du discours de «haine» et la justification du «terrorisme» après les attentats en France après la publication des caricatures.

L’agence de presse française a indiqué que ben Zayed avait exprimé au président français, lors d’un appel téléphonique entre eux, sa « condamnation des attentats terroristes en France au cours de la dernière période », soulignant que « ces pratiques sont incompatibles avec les enseignements et principes de toutes les religions monothéistes », selon un communiqué officiel.

L’agence a ajouté que le prince héritier d’Abou Dhabi a souligné son opposition au « discours de haine qui nuit aux relations entre les peuples, blesse les sentiments de millions de personnes et sert ceux qui ont des idées extrémistes » et rejette catégoriquement « toute justification du crime, de la violence et du terrorisme ».

Bin Zayed a également indiqué que «le Messager Muhammad, que Dieu le bénisse et lui accorde la paix, représente un grand caractère sacré parmi les musulmans, mais relier cette question à la violence et à sa politisation est inacceptable».

Samedi dernier, le président français a déclaré dans une interview à Al-Jazeera qu’il avait compris que les musulmans seraient « choqués » par la publication des caricatures du prophète Mahomet, mais a ajouté que « les caricatures ne justifient pas la violence ».

Selon « France Press », des sources proches du président français Emmanuel Macron ont déclaré que ce dernier cherche à « clarifier sa vision de manière sereine », avec sa volonté de montrer que « ses déclarations sur la lutte contre l’isolationnisme ont été déformées et (ses déclarations) sur les caricatures sont montrées de manière caricaturale « .

Paris a fait face à une campagne généralisée dans un certain nombre de pays arabes et islamiques pour boycotter les produits français, ce que la France a rejeté.

Des manifestations anti-françaises ont également éclaté dans certains pays islamiques en réponse aux déclarations de Macron dans lesquelles il défendait le droit de publier des caricatures au nom de la liberté d’expression.

La position de Macron est venue en réponse à la décapitation d’un professeur de français, le 16 octobre, par un jeune tchétchène, après avoir montré à ses élèves des caricatures du prophète Mahomet dans d’un cours sur la liberté d’expression.

ABONNEZ VOUS A NOTRE COMPTE YOUTUBE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.