Le 30 novembre, les communautés juives du monde entier ont organisé des manifestations pour se souvenir de l’exode massif de réfugiés juifs des pays arabes et de l’Iran . Près d’un million de personnes ont été déplacées au cours des 50 dernières années, laissant des milliards de dollars en biens.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Les gouvernements arabes non seulement n’ont jamais dédommagé les Juifs pour leurs maisons et leurs affaires volées, mais ils mènent actuellement une campagne pernicieuse pour revendiquer la propriété communale et l’héritage juif comme leur patrimoine national.

Les synagogues ne peuvent pas être déplacées et, de toute évidence, il est préférable que les États arabes les conservent comme monuments d’une communauté éteinte qui ne les préserve pas du tout. Cependant, ces États déclarent également que les rouleaux de la Torah, les archives communales et les livres font partie de leur patrimoine culturel .

Par exemple, le gouvernement égyptien prétend que tous les manuscrits de la Torah ainsi que les archives, les bibliothèques, les archives communales et tous les biens juifs de plus de 100 ans sont des « antiquités égyptiennes ». Cependant, les Juifs considèrent que les rouleaux de la Torah sont leur propriété exclusive . Il est interdit de les acheter ou de les vendre. Les Juifs en fuite ont souvent privilégié les parchemins et les livres par rapport à leurs biens personnels.

Que dit le droit international ?

La Convention de La Haye de 1954 sur la protection des biens culturels en cas de conflit a été introduite pour mettre fin au pillage massif qui a toujours eu lieu pendant la guerre et en particulier pendant la Seconde Guerre mondiale. Il existe également une compréhension postcoloniale selon laquelle les nouveaux États apparus au XXe siècle sont propriétaires de leur propre patrimoine culturel; L’époque où le Royaume-Uni pouvait envoyer les marbres d’Elgin de Grèce ou Napoléon pouvait piller les anciens obélisques égyptiens comme un «butin de guerre» est révolue.

En Égypte, les registres des naissances, des mariages et des décès de Juifs d’Alexandrie et du Caire depuis le milieu du XIXe siècle ont été conservés dans les deux principales synagogues de chaque ville. Mais en 2016, les représentants du gouvernement ont conservé des archives qui seront conservées aux Archives nationales égyptiennes.

Les Juifs égyptiens vivant à l’étranger ne peuvent même pas obtenir de photocopies de certificats, souvent la seule identification juive formelle obligeant les Juifs égyptiens à prouver leur lignage ou leur identité pour l’inhumation ou le mariage. Depuis 2005, des efforts répétés pour intercéder auprès des autorités égyptiennes ont été vains.

La politique du gouvernement égyptien a été soutenue par le petit reste de la communauté juive du pays. Son chef, Magda Haroun, a l’intention de laisser les actifs de la communauté au gouvernement. Il a même suggéré que deux peintures du Louvre appartenant à un juif égyptien soient retrouvées en Égypte.

Sous le dictateur irakien Saddam Hussein, des milliers de livres, manuscrits et autres documents ont été confisqués dans des maisons, des écoles et des synagogues juives et stockés au siège des services secrets irakiens à Bagdad . En 2003, le dossier a été découvert dans le sous-sol inondé après le bombardement du bâtiment par les États-Unis.

Les Américains envoyèrent le dossier à Washington pour restauration et signèrent rapidement un accord diplomatique promettant de restituer les documents au gouvernement irakien. Les États-Unis ont dépensé plus de 3 millions de dollars pour restaurer et numériser le fichier, qui a depuis été exposé dans tout le pays. La collection comprend une Bible hébraïque commentée de 1568, un Talmud babylonien de 1793 et ​​une version de 1815 du texte mystique juif Zohar, ainsi que des objets plus banals tels que des bulletins scolaires et un annuaire téléphonique de Bagdad.

Bien que des dizaines de milliers de documents irakiens aient été envoyés aux États-Unis, le gouvernement irakien n’a formalisé sa revendication que sur les 2 700 livres et les 30 000 documents conservés dans les archives souillées à l’eau, qui constituent selon lui le « précieux patrimoine culturel » du pays. Dernier lien affectif avec son ancienne communauté juive et un rappel de l’ancienne diversité de l’Irak.

La communauté juive irakienne en exil mène une âpre bataille pour récupérer la collection et l’empêcher d’être renvoyée en Irak . Selon eux, le renvoi du dossier, qui a été confisqué dans les bureaux, les écoles et les synagogues de la communauté juive, serait comme le renvoi en Allemagne des avoirs pillés par les nazis.

Les cas de l’Iraq et de l’Égypte sont symptomatiques d’un problème . Depuis 2004, les États-Unis sont légalement tenus d’imposer des restrictions à l’importation de matériel archéologique et ethnologique qui constitue le patrimoine culturel d’un pays. À cet effet, un mémorandum d’accord a été signé avec l’Algérie, l’Égypte, la Syrie et la Libye. En janvier 2018, le Conseil international des musées a publié une «liste rouge» pour le Yémen dans le but de protéger les manuscrits et les monuments hébreux de la Torah de quitter le pays. Tous les Juifs, à l’exception de 50, ont fui le pays et ont pris tous leurs biens, mais même ceux-ci pourraient être renvoyés au Yémen.

« Ces protocoles d’accord prétendent qu’il s’agit de mettre un terme au pillage, mais sa portée étendue et ses preuves de succès limitées suggèrent que son impact réel est de fournir un moyen juridique de légitimer les confiscations étrangères et les revendications de propriété illégale … Les protocoles d’entente reposent sur Une prémisse erronée. C’est l’héritage et le patrimoine de 850 000 Juifs autochtones qui ont fui leurs maisons et leurs biens sous la contrainte », a déclaré Sarah Levin, de l’organisation juive autochtone du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (JIMENA), basée en Californie.

Il est compréhensible que la communauté internationale veuille empêcher le pillage et la contrebande d’objets anciens et leur vente sur le marché international de l’art. C’est ainsi que l’État islamique a financé une grande partie de sa conquête du nord de l’Iraq et de la Syrie. Mais il existe une distinction entre le vol à but lucratif et le sauvetage légitime des rouleaux de la Torah ou des livres que les Juifs en fuite prennent pour les utiliser dans la prière.

Huit objets sumériens vendus au British Museum ont récemment été envoyés à Bagdad. Mais les archives juives irakiennes n’appartiennent à aucune civilisation éteinte depuis longtemps: certains de ses propriétaires sont toujours en vie.

Le droit international repose sur l’hypothèse obsolète de la souveraineté territoriale . Il est nécessaire de l’actualiser, en particulier pour résoudre le bras de fer entre la minorité et le patrimoine national, où la minorité a été persécutée et déplacée.

Le copié collé des contenus pour les sites et blogs est interdit, seul le lien URL est autorisé . Contactez nous en cas de besoin : [email protected]

Abonnez vous à notre Newsletter Infos-Israel.News

Entrez votre émail:

IMPORTANT :

Nous subissons actuellement une censure abusive de notre Page Facebook . Par sécurité nous avons mis en ligne une autre Page de secours, veuillez la liker et la faire connaitre à vos amis et proches au cas ou l'actuelle sera fermée.

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur nos photographies. Si vous avez identifié une photo sur laquelle vous possédez des droits, vous pouvez nous contacter et demander de cesser d'utiliser l'adresse e-mail: [email protected]

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !