À la fin de leur «cérémonie du béret» célébrant la fin de la formation de base, les soldats de Tsahal du corps blindé se sont joints à chanter la chanson «Ani Ma’Amin» (j’ai la foi en Machiah) qui est une déclaration de foi totale en l’arrivée imminente du Messie. La chanson a été, à la demande des soldats, incorporée comme partie officielle de la cérémonie. Cette chanson incarne l’un des 13 principes de base de la foi juive tel qu’interprété par le rabbin Moïse ben Maimon, connu sous le nom de Maïmonide et par l’acronyme Rambam qui était la principale autorité de la Torah au 12ème siècle.

Le journaliste gauchiste de Haaretz, Nir Gontarz, a tweeté une réponse, critiquant la décision des soldats, disant : «Tsahal devient progressivement « l’armée de D.ieu » des juifs messianiques littéraux.»

Lorsqu’il a été interpellé sur Twitter par un commentaire, « Quand arrêterez-vous votre phobie religieuse ? », Gontarzn a répondu : « Quelques minutes seulement après que le religieux ait quitté le pays. »

Publicité 

L’organisation militaire religieuse Torat Lechima a déclaré : « Les soldats religieux et traditionnels ont demandé à chanter eux même cette chanson et à la fin de la cérémonie et ont reçu la permission du commandant. »

Réponse du journal Haaretz :  » Sauvez-nous, ce sont des Juifs messianiques et l’armée de D.ieu. « 

Cette reaction antisémite montre que la gauche n’est que liée à la haine du juif et rien d’autre, cette même gauche se plaint lorsque les religieux ne s’enrôlent pas, et crie «à l’illégalité des responsabilités». Et quand les religieux s’enrôlent, la gauche crie la religionisation. La gauche radicale déteste le sionisme autant que le judaïsme. Et cela se nomme antisémitisme.

ABONNEZ VOUS A NOTRE COMPTE YOUTUBE