Les ministères de la santé de 4 pays signalent une épidémie de virus respiratoire hors saison touchant les enfants

Les enfants de plusieurs pays ont été touchés par des épidémies soudaines et hors saison du virus respiratoire. Les ministères de la Santé de quatre pays – les États-Unis, la Grande-Bretagne, la Suisse et le Japon – tirent la sonnette d’alarme. Le virus infecte les poumons et les bronches d’enfants d’âges différents, y compris les nourrissons, et, si l’évolution est défavorable, peut entraîner une fibrose pulmonaire et une réanimation.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le virus respiratoire syncytial (VRS) est l’un des virus respiratoires les plus courants. Aux États-Unis, jusqu’à 60 % des bébés en sont infectés au cours de leur première année de vie, et pratiquement tous les bébés sont infectés avant l’âge de deux ou trois ans. Selon diverses sources, dans les pays européens, elle est retrouvée chez 18 à 33 % des enfants hospitalisés atteints d’infections des voies respiratoires inférieures. Elle est plus grave chez les nourrissons et provoque souvent des épidémies dans les services de néonatalogie des hôpitaux et des maternités.

Plus l’enfant malade est jeune, plus il a de chances que la toux se transforme en bronchiolite aiguë, pneumonie, phénomènes spasmodiques du système respiratoire et, dans certains cas, risque de décès. Il est particulièrement dangereux pour les bébés prématurés et les enfants présentant des anomalies cardiovasculaires.

🟦 ANNONCE 🟦

Les épidémies de VRS sont généralement saisonnières et surviennent pendant la saison froide. Les principales voies de transmission de l’infection sont par voie aérienne et par contact, alors que le virus est très contagieux.

Habituellement, les enfants de plus d’un an qui ont contracté le VRS et qui n’ont pas de maladies concomitantes nécessitent une hospitalisation dans environ 3 à 5 % des cas, mais cette fois, la situation a changé. Le nombre d’enfants infectés par le virus a grimpé en flèche dans plusieurs pays, et la maladie est plus grave que d’habitude, nécessite une hospitalisation et n’est pas programmée pour coïncider avec le gel de décembre. Par exemple, Tokyo rapporte la plus forte augmentation annuelle de cas de VRS depuis 2003.

Publicité 

Une situation similaire a été notée par des médecins aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Suisse et au Japon. Les experts pensent que la cause était de nombreux blocages dus au coronavirus. La fermeture des lieux publics, la distanciation sociale, le passage à l’enseignement à distance et d’autres mesures anti-épidémiques ont réduit la propagation non seulement du coronavirus, mais également d’autres virus respiratoires, dont le VRS. Les enfants n’ont tout simplement pas eu l’occasion de le rencontrer et de développer une immunité, et après la levée des restrictions, il a commencé à infecter de jeunes organismes non préparés.

Malheureusement, il n’y a pas de traitement spécifique pour le VRS, seulement un traitement de soutien sous forme d’antispasmodiques, d’oxygène et de beaucoup d’eau.

 

🟦 ANNONCE 🟦