Double attaque à la voiture bélier contre des policiers à Nahariya : un policier bénévole tué

Les détails d’un incident choquant qui a eu lieu aujourd’hui sur l’un des chantiers de construction de Nahariya, où un conducteur de voiture a heurté un policier et un policier volontaire, qui étaient arrivés à la suite d’une plainte de résidents locaux concernant le bruit pendant les fêtes, continuent de faire l’objet d’une enquête. Le policier a été hospitalisé dans un état modéré, et le policier volontaire, Husam Sajir, 32 ans, du village druze de Yarka, est décédé à son arrivée à l’hôpital, laissant une femme et ses deux enfants.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Vers 10 heures ce matin, des habitants de la rue Ha’Aliya à Nahariya ont appelé la police et se sont plaints du bruit intense causé par les travaux, qui se sont poursuivis malgré les fêtes. Un patrouilleur arrivé sur place, accompagné d’un volontaire, est allé savoir pourquoi le travail se faisait à Souccot, et en même temps a vérifié si les ouvriers palestiniens avaient des permis. Lors du contrôle, un conflit a éclaté, au cours duquel l’un des chefs de chantier est monté dans une voiture et a heurté un policier et un volontaire Husam Sajir, puis est retourné et les a à nouveau renversés, se cachant par la suite.

Quelque temps plus tard, la police a arrêté la voiture Audi du suspect près du village de Shlomi. Avec lui, son passager, un citoyen israélien d’origine arabe, a été arrêté. Trois autres passagers qui se trouvaient dans la voiture au moment de la collision, prétendument des immigrants illégaux palestiniens, continuent d’être recherchés.

🟦 ANNONCE 🟦

Comme on l’a appris, l’une des personnes arrêtées est une figure bien connue de la société arabe, un entrepreneur en construction et en travaux fonciers, ainsi que le président d’un club de football. Selon lui, il est arrivé sur le chantier après avoir reçu des plaintes concernant le bruit et un appel du contremaître de la construction pour clarifier les circonstances. Il affirme également que tous les Palestiniens qui travaillent pour lui ont des permis de travail et que l’entrepreneur lui-même a la permission de travailler pendant les fêtes, car ils renforcent la rivière à proximité pour empêcher les inondations hivernales dans la ville.

Ce qui s’est passé ensuite est encore très vague. Selon le suspect, la police a exigé l’arrêt du travail et le licenciement des travailleurs. Et puis, à un moment donné, le conflit verbal s’est transformé en conflit physique. Le suspect n’a pas encore expliqué les motifs de ses actes, mais a souligné qu’il n’y avait aucun motif terroriste, et a même déclaré que ses proches « servent dans les unités d’élite de la police israélienne ».

Publicité 

La police a également officiellement annoncé qu’après un contrôle conjoint effectué avec le Shin Bet, la version avec une attaque terroriste était exclue. En ce moment, des mesures d’enquête sont menées et l’enregistrement vidéo de la caméra de l’attaque sur le policier est à l’étude.

L’avocat du conducteur d’Audi détenu affirme que tout s’est passé par accident et que son client ne s’est même pas rendu compte qu’il avait heurté quelqu’un. « La police est venue et a demandé la permission, puis on a dit à mon client de monter dans la voiture et de partir, ce qu’il a fait. Il n’avait pas l’impression d’avoir frappé qui que ce soit. Et que répondre par le fait qu’il les a écrasés plusieurs fois ? Il a répondu  » c’est juste un mensonge ».

 

🟦 ANNONCE 🟦