Les parents du garçon écrasé à mort à Yom Kippour : « Barak a profité de chaque minute de sa vie »

Trois jours après le drame de la veille de Yom Kippour, les parents de Barak Khoury, 12 ans, écrasé à mort sur la route 4 alors qu’il circulait à vélo, prennent la parole pour la première fois. Dans une interview sur Kan, ils parlent d’un garçon doué, d’un peintre talentueux, d’un pianiste et de quelqu’un qui avait l’entrepreneuriat technologique dans le sang : « Barak a profité de chaque minute de sa vie, il a agi comme s’il était en sursis. « 

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Ses parents ont déclaré que Barak, qui était l’enfant du milieu de trois enfants, demandait depuis longtemps d’aller chez son meilleur ami, qui vit à Petah Tikva, à Yom Kippour. Pendant la journée, disent les parents, il s’est organisé pour le voyage, a préparé des cartes et des itinéraires, et il est parti. « Il a fait un sac avec un casier et de la nourriture, un casque et tout était prêt. Il est sorti sans dire aurevoir, par excitation, et il est parti », raconte la mère.

En chemin, ils ont appris l’accident, le père Itzik dit : « Nous l’avons appelé, et il n’a pas répondu. Combien de fois. Je suis allé à la police, ils ont passé un coup de fil, puis deux policiers sont soudainement apparus ici. Ils nous ont emmenés à Beilinson. Quand nous sommes arrivés, un groupe de médecins est entré dans la pièce et j’ai déjà compris d’après le nombre de médecins que la situation était très mauvaise.

🟦 ANNONCE 🟦

Les parents refusent de parler directement au conducteur fautif, Eran Azulai, qui ont constaté qu’il était un conducteur ivre avec un nombre importants de contraventions, deux fois plus que permis. Lorsqu’on a demandé aux parents de Barak s’ils étaient en colère, la mère a répondu : « Cela m’aidera-t-il à être en colère ? Cela ne ramènera pas mon enfant. »

Publicité 

Dans le cadre de l’enquête, la police a visionné hier matin les caméras routières de Netivei Israel sur la route 4. L’accident lui-même n’a pas été documenté, relativement normal à l’autoroute 4. La police n’a aucune trace de un véhicule zigzaguant ou un véhicule circulant anormalement avant l’accident.

Le conducteur présumé Eran Azoulay a déjà été condamné à deux reprises pour conduite en état d’ébriété, dont l’un alors qu’il était déjà impliqué dans un accident de voiture. En plus de cela, il a des dizaines d’autres infractions au code de la route. Il y aura une deuxième audience demain sur la prolongation de la détention d’Azoulay, après que le tribunal a prolongé sa détention à Yom Kippour que jusqu’à dimanche, malgré la demande de la police de prolonger sa détention pour une période prolongée. Selon une source impliquée dans les détails, la police dispose de nombreuses preuves qui renforcent les soupçons à l’encontre du conducteur. Les avocats d’Azoulay ont refusé de commenter.

Dans le cadre de son grand amour pour l’entrepreneuriat technologique, Barak a travaillé au cours de la dernière année sur le développement d’un robot conçu pour identifier les sources d’incendie et éteindre les incendies avec des retardateurs de flamme, la seule source d’électricité du robot étant l’énergie solaire. Barak n’a pas eu le temps de finir le robot et maintenant sa famille veut perpétuer sa mémoire à travers la réalisation du projet, et sa mise en place comme outil d’apprentissage pour les autres enfants. Pour cela, ils ont lancé une campagne de financement participatif avec la famille via le site GIVEBACK. Nom du projet : « Le Robot de Barak Khoury ».

Pour les dons au projet de robot de Barak Khoury – cliquez ici

 

🟦 ANNONCE 🟦